Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Notre-Dame de Pontfaverger-Moronvillers

Dossier IA51001256 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Présentation historique

Peu avant le début de la première guerre mondiale, le projet de remplacer les églises Saint-Brice et Saint-Médard (IA51001359 et IA51001360) par un nouvel édifice est mené par la commune. L’architecte Max Sainsaulieu est chargé du chantier de construction de la nouvelle église, qui démarre le 25 mai 1913 avec la pose de la première pierre. Elle est alors orientée sud-ouest, et s'élevait beaucoup plus au sud, le long de la rue de Moscou. Lorsque la Grande Guerre s’amorce en 1914, la nouvelle église n’est pas entièrement terminée, la construction du clocher restant à achever.

Pendant la première guerre mondiale, l’église sert de dépôt de munitions. Le clocher est dynamité en 1917 et l’église est finalement détruite en 1918 (A Êvéché. Bulletin Pontfabricien N°4, 28 Septembre 1986, p. 6). L’archiprêtre Anselme Sabatin de Rethel fait don le 25 octobre 1922 à la commune de la somme de 554.210.48 Frs qu’il a reçue au titre des dommages de guerre, sous la condition d’employer cette somme à la reconstruction d’une nouvelle église dans les cinq années à suivre (AD Marne. 2 O 3201). Deux projets sont proposés pour la reconstruction de l’église : celui de l’architecte Rigaud qui est alors en charge de la reconstruction partielle de la commune et celui de l’architecte Max Sainsaulieu, maître d'œuvre de la première église démolie en 1918. Le conseil municipal choisit le projet de Rigaud, mais la commission diocésaine impose celui de Sainsaulieu. Le 26 novembre 1922, la première pierre de la nouvelle église est posée.

L'emplacement de la nouvelle église se situe à peu près au même endroit que l'église démolie, mais bénéficie du don du terrain de Mme Wendling et de la destruction de fermes, permettant la création d'une vaste esplanade autour de l'édifice, et envisager une orientation nord-sud. Le chantier de construction s'étend de 1922 à 1927. L’inauguration de l’église Notre-Dame a lieu le 24 avril 1927 en présence du Cardinal Luçon et le baptême du clocher se déroule le 28 août 1927 (Bulletin Pontfabricien, op. cit. p. 7).

Construite dans le style néo-roman, elle est plus grande que la première église de 1913, mesurant 44 m de long et 28 m de large. Le projet initial a été modifié afin de comprendre des annexes dans le chevet, en périphérie de l’abside (débarras, salles de catéchisme, chapelles, sacristie).

Analyse architecturale et description

Le parti architectural de l’église adopte le style néo-roman, souvent utilisé dans les chantiers de reconstruction d’églises paroissiales détruites pendant la première guerre mondiale. Le vocabulaire architectural roman est ici décliné sous de nombreuses formes : voûtes en berceau plein cintre ou en arêtes, arcs en plein cintre, chapiteaux sans ordre, fenêtres à lancettes ou en réseau, absides, arcs aveugles décoratifs, oculi, tour clocher et porche d’entrée ouvert par des arcades.

La décoration intérieure est réalisée en style Art Nouveau, selon une conception du décor s’inspirant du modèle des églises paléochrétiennes. L’abside du chœur est ainsi ornée de peintures murales représentant des palmes de martyre et des encensoirs sur un fond de flots bleus entrelacés et d’étoiles jaillissantes dorées. Dans le registre inférieur de l’abside, des mosaïques représentent des saints. Symbole ancien des évangélistes, les 4 Vivants sont peints en doré sur la voûte d’arêtes couvrant la croisée du transept. Dans les vaisseaux, les baies et les arcs sont soulignés par des rinceaux végétaux stylisés peints, tandis que les murs des bas-côtés sont animés par des strigiles paléochrétiens.

Cette église s’inscrit ainsi dans la tradition de l’éclectisme historique enseigné aux architectes français depuis le 19e siècle. Étrangère à l’avant-garde architecturale de l’entre-deux-guerres, elle présente cependant un intéressant programme décoratif conjuguant les modèles romans et paléochrétiens stylisés selon les codes de l’Art Nouveau.

Vocables Notre-Dame
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Marne - Mourmelon-Vesle et Monts de Champagne
Adresse Commune : Pontfaverger-Moronvilliers
Cadastre : 2014 AD 88

Mené par l’architecte Max Sainsaulieu, le chantier d’une première église est presque achevé lorsque éclate en 1914 la Grande Guerre. Inachevée, l’église est finalement détruite en 1918 après que son clocher ait été dynamité.

Le chantier de construction d’une nouvelle église consacrée à Notre-Dame est financé grâce au don fait à la Commune par l’archiprêtre Sabatin. L’architecte Max Sainsaulieu est chargé de son édification, avec l’appui de la commission diocésaine. Débuté en 1922, le chantier s’achèvera en 1927.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1927, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Sainsaulieu Max
Max Sainsaulieu (1870/07/17 - 1953/02/21)

Architecte rémois, il a longuement œuvré à la reconstruction de la Ville de Reims et au département de la Marne après la première guerre mondiale. Il est notamment l'architecte de la bibliothèque Carnegie de Reims en 1928.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Cette église en pierre possède une couverture en tuiles rouges. Elle possède un plan en croix latine s’achevant par une abside monumentale formant le chevet. Se développant sur 5 travées, la nef principale est bordée de bas-côtés éclairés par des oculi. Les bras du transept s’achèvent par des absides surmontées de hautes baies à lancette. L’ensemble de l’édifice est couvert en plein-cintre, mise à part la croisée du transept qui est couverte par une voûte d’arêtes formée par la rencontre des deux berceaux principaux.

Un porche ouvert par trois arcades est plaqué sur la façade principale, qui accueille en son centre l’accès à la nef centrale. Un grand oculus est ouvert sur le registre supérieur de la façade principale, à laquelle est adossée une tour clocher couverte par un toit en pyramide. Les élévations sont animées par les ouvertures (oculi, baies à lancettes, baies en réseau) et par des motifs d’arcs en plein cintre aveugles. Une annexe intégrée au chevet est aménagée derrière l’abside du chœur.

Murs calcaire pierre de taille
Toit tuile plate, tuile mécanique
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
voûte d'ogives
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis
Techniques peinture
mosaïque
vitrail
Représentations saint Jean, saint Pierre, saint Paul, sainte Madeleine, sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, Tétramorphe
Précision représentations

L’intérieur de l’église est décoré de peintures murales, représentant des motifs décoratifs d’ornements végétaux stylisés, de strigiles, de plumes de paon, d’étoiles, de flots et d’entrelacs. La croisée du transept est décorée d’une représentation peinte des Quatre Vivants. Le chœur est décoré de motifs de flots stylisés, d’étoiles et de palmes de martyre, ainsi que de mosaïques au registre inférieur représentant des personnages Saints (Saint Jean, Saint Pierre, Saint Paul, Sainte Madeleine, Sainte Thérèse de l’enfant Jésus, et Saint Jean Marie Vianney dit le Curé d'Ars).

Des vitraux historiés décorent les oculi.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne. Série 2 O : 2 O 3201. Pontfaverger - Église : reconstruction du mur de soutènement de la terrasse de l’église (1894) ; reconstruction (1923). (1867-1925).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : 2 O 3201
  • Archives Évêché, Reims. Carton 24. 1. 6. Bulletin pontfabricien, photographies. (1919-1986).

    Archives Evêché, Reims : Carton 24. 1. 6.
  • Archives Évêché, Reims. Carton 28. 1. 2. Visites canoniques. (1948).

    Archives Evêché, Reims : Carton 28. 1. 2
  • Archives du musée de l'Hôtel le Vergeur, Reims. Carton tourisme n°36d. Dossiers de photographies, coupures de presse, brochures. Classement par communes. (1922-2011).

    Archives du musée de l'Hôtel le Vergeur, Reims : Carton tourisme n°36d
Documents figurés
  • Vues de l'église Notre-Dame de Pontfaverger / J. Philippot. [s. d.] 2 photogr. pos. : n. et b. (SRI. Classeur vert).

    Service régional de l'inventaire de Champagne-Ardenne : Classeur vert
Bibliographie
  • JADART, Henri. Inventaire sommaire des églises rurales de l'arrondissement de Reims au point de vue de l'art et de l'histoire. Paris : Typographie Plon-Nourrit et Cie. 1906. 28 p.

  • Pontfaverger. Travaux de l’académie nationale de Reims, n°102 - II, 1896-1897.

  • NICOL, Charles. Études historiques sur Pontfaverger et les communes environnantes. Reims, 1895.

(c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Région Grand-Est - Inventaire général ; (c) Ministère de la culture et de la communication ; (c) Conseil départemental de la Marne (c) Conseil départemental de la Marne - Dujon-Attali Caroline
Caroline Dujon-Attali

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Dandel Elisabeth
Elisabeth Dandel

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Art2 Conseil, mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Caroline Dujon-Attali, Frederike Mulot, puis de Matthieu Couchet, Michèle Robin-Clerc et Marlène Koll, pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017).

Elle est mandataire du groupement composé de Raphaëlle Rivière, Pol Vendeville, Marlène Koll, Florence Bruny, Clotilde Redon, Céline Berrette, Sarah Rambaud pour le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Mulot Frederike
Frederike Mulot

Chercheur indépendant, membre du groupement Art2 Conseil pour le Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims hors ville de Reims (2015-2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Rivière Raphaëlle
Raphaëlle Rivière (1985 - )

Chercheur indépendant, gérante de l'agence Akhesen. Membre du groupement Art2 Conseil pour la mission de Recensement des églises de la Marne et de leur patrimoine mobilier, lot 1 : arrondissement de Reims, hors ville de Reims (2015-2017) ; le lot 2 : arrondissement d'Epernay (2017-2019) ; et du lot 6 : ville de Reims (2017-2018).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.