Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Barthélémy

Dossier IA08002073 réalisé en 2012

Fiche

Vocables Saint-Barthélémy
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Ardennes - Carignan
Adresse Commune : Douzy
Adresse : place du 11 Novembre
Cadastre : 1985 AC 98

En 1867, Douzy se dota d´une nouvelle église de style néo-gothique conçue par les architectes Reimbeau et Couty ; elle fut consacrée le 25 avril 1869 par Monseigneur Landriot, archevêque de Reims, en présence du curé Dépinois, du maire Poncelet, des architectes et de l´entrepreneur Bourguignon. En 1886 la flèche du clocher penchait fortement et furent reconstruits par un charpentier d´Attigny, Baudard. En juillet 1889, le curé de Douzy lança une quête pour la construction d'une sacristie. En 489, Clovis donna à saint Remi, évêque de Reims, et à ses successeurs la terre de Douzy. En 772, l'archevêque Tilpin fit donation à Charlemagne de Douzy à condition que le roi et ses successeurs payent un cens pour l'entretien des luminaires de l´église et que les chapelles et leurs fruits continuent d´être en la possession des archevêques. En 775 eut lieu l'édification du palatium de Douzy qui contenait une église dédiée aux saints Apollinaire et Thimothée. En 1018, l'archevêque Arnould offrit l'autel de Douzy à l'abbaye bénédictine de Mouzon créée par l'archevêque Adalbéron. Un diplôme de l´empereur Henri II du 11 avril 1023 indique qu´il existait à Douzy une église, deux chapelles et deux manses. L'église fut fortifiée au moment des guerres de Religion, entre 1562 et 1588 : le curé Lambert Aubertin (curé de Douzy entre 1620 et 1635) rapporte que ce fort était annexé à l´église, en avant de la nef. Son donjon de forme carrée, était flanqué de tours et de solides contreforts. Il était divisé en deux étages, des mâchicoulis étaient établis au-dessus des portes et des fenêtres qui pouvaient facilement donner accès dans l´édifice. Elle fut utilisée comme temple protestant de 1574 à 1644. Cet édifice fut endommagé notamment par les troupes de Brunswick en 1620 et elle fut reconstruite sous le gouvernement d´Abraham Fabert au milieu du 17e siècle et alors dédié à saint Barthélémy.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates 1867, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Couty Jean-Baptiste, architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Baudard, charpentier, attribution par travaux historiques
Auteur : Reimbeau Louis-Auguste,
Louis-Auguste Reimbeau (1826 - 1865)

REIMBEAU Louis-Auguste (1826-1865). Architecte, dessinateur. Élève de Narcisse Brunette, il fut attaché à Visconti dans la construction du Nouveau Louvre. Il épousa à Rethel en 1854 Gabrielle Joséphine Harmel (1831-1913), fille du filateur de Boulzicourt (Ardennes) et repose au Cimetière du Nord. (http://cths.fr/an/prosopo.php?id=109635).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par travaux historiques

L'église Saint-Barthélémy est implantée dans la partie sud-est du village et est orientée au sud-est. Elle présente un plan en croix latine. La nef à vaisseau unique de quatre travées est précédée par un massif occidental composé de la tour du clocher (dont le premier niveau est occupé par une tribune) encadrée par une chapelle et un local technique ; la tourelle de l'escalier en vis est adossée au flanc sud du clocher. Le transept saillant comporte deux vaisseaux à deux travées : le premier vaisseau s'ouvre sur des chapelles orientées et la seconde est un transept-bas. Le choeur se compose de deux travées droites et d'une abside à trois pans. La sacristie est située dans l'angle formé par la chapelle sud et le bras sud. L'édifice est élevé en moellon calcaire avec chaîne en pierre de taille. Les sols de la nef sont couverts de dalles de calcaire et ceux des parties orientales de carreaux à motifs géométriques. Les faces intérieures des murs sont enduites et celles du bras nord du transept-bas sont décorées de peintures monumentales. Les murs des collatéraux et des bras du transept-bas sont percés de baies en arc brisé hautes et étroites ; ces mêmes baies sont regroupées par deux au vaisseau central de la nef et au choeur où elles sont surmontées d'oculi polylobés. Le clocher comporte une porte à plate-bande soutenue par des coussinets sous des voussures en arc brisé supportées par des colonnettes à chapiteaux et un gâble ; cet ensemble est surmonté par une vaste rose et une coursière. Les volumes intérieurs sont voûtés d'ogives. La couverture est en ardoise exceptée celle des collatéraux qui est en tuile creuse. Le vaisseau central de la nef et les travées droites du choeur sont couverts de toits à longs pans, les bras du transept de toits à longs pans à pignons découverts, les chapelles du transept de toits en appentis, l'abside par une croupe polygonale, la sacristie par un toit à longs pans à croupe et le clocher par une flèche polygonale.

Murs calcaire
enduit
moellon
Toit ardoise, tuile creuse
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives
Couvertures toit à longs pans
appentis
toit conique
flèche polygonale
croupe polygonale
pignon découvert
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
États conservations inégal suivant les parties
Techniques vitrail
peinture
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • 20130854176NUC1A : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi 3

    20130854177NUC1A : Archives départementales des Ardennes, Charleville-Mézières, 8 Fi 3

Références documentaires

Bibliographie
  • DARDART, Gérald. Douzy de Charlemagne à nos jours. Douzy : Ville de Douzy, 2003.

    pp. 74-81
  • METZGER, Claude. Amagne, une église témoin de l´histoire du village. Vouziers : Association Bienvenue, 2009. 224 p.

    pp. 145-147
Périodiques
  • JADART, Henri. Les édifices religieux du département des Ardennes. Revue historique ardennaise, 1906, tome XIII.

    p. 90
  • LUSSIEN-MAISONNEUVE, Marie-Josèphe. Le renouveau de l'architecture ardennaise au 19e siècle et l'art de Jean-Baptiste et Léon-Henri Couty. Le Pays sedanais, 1999-2000, tome 21.

    p. 200