Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 61 à 80 sur 80 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Verrière hagiographique (chœur) : Scènes de la Passion
    Verrière hagiographique (chœur) : Scènes de la Passion Villemoiron-en-Othe - en village
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le commanditaire peint sur l'oeuvre partiellement illisible
    Historique :
    Polisy et bailli de Troyes, accompagna Charles VIII à Naples et fut le premier maître d'hôtel de François Verrière réalisée, d'après le Corpus vitrearum, en 1846 par le peintre-verrier troyen Louis-Germain concernant le vitrail 19e, 20e et 21e siècles mises à jour en 2015-2016.]
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Référence documentaire :
    . [consulté le 13 juin 2016]. Accès Internet : t. 5, p. 600 AUBERT DE LA CHESNAYE-DESBOIS, François-Alexandre. Dictionnaire de la noblesse [...], 1772 AUBERT DE LA CHESNAYE-DESBOIS, François-Alexandre. Dictionnaire de la noblesse, contenant les
    États conservations :
    Le vitrail date du 19e siècle excepté les armoiries des ajours qui sont du 16e siècle. En 2016
    Annexe :
    1905, le 1er mars 1906 AD Aube. V 504. Séparation des Eglises et de l'Etat - Inventaires des biens du confessionnal et le premier à gauche du maître-autel. Le premier à droite du maître-autel ne présentent les particularités suivantes ; celui qui est situé derrière le maître-autel et au-dessus représente le crucifiement, celui de gauche la passion, celui de droite la descente de la croix, la
  • Ensemble de 2 verrières à personnages (chapelles du choeur) : Saints personnages
    Ensemble de 2 verrières à personnages (chapelles du choeur) : Saints personnages Rigny-le-Ferron - rue Grande rue - en village
    Inscriptions & marques :
    Baie 9 : Lancettes : S. Amabilis ; Sanctus Jacobus ; S. Eugenius (noms peints sur le socle des l'époque de la réalisation de la verrière (1846-1878). Baie 10 : Lancettes : Sainct François de Salle (sic ) ; Sainct Augustin (auréole des saints). 1867 (socle sous le pied de saint Pierre). Tympan : blasons de 3
    Historique :
    Les verrières ont probablement été réalisées entre 1863 et 1868 par le peintre-verrier de Seignelay
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Représentations :
    François de Sales. Lancette centrale : saint Pierre. Lancette droite : saint Augustin. Tympan : blasons de
    Localisation :
    Rigny-le-Ferron - rue Grande rue - en village
  • Ensemble de 3 verrières abstraites (côté nord de la nef) : La terre
    Ensemble de 3 verrières abstraites (côté nord de la nef) : La terre Villenauxe-la-Grande - place Georges Clémenceau - en ville
    Historique :
    Les anciens vitraux de l'église furent détruits lors d'un bombardement, le 13 juin 1940. Ils ont mars 2001, le maire de la commune, Jean-Louis Waibel, décide de continuer les travaux de restauration de l’église par la création de verrières contemporaines pour les vingt-quatre baies de l'édifice. Le artiste répondent. Le 4 juin 2002, le jury sélectionne trois équipes : l'Atelier Parot et Annette Messager , un cahier des charges et un programme iconographique sont imposés aux équipes. Le programme iconographique a été rédigé par la commission diocésaine d’art sacré et le comité national d’art sacré. Les l’évocation du Mystère pascal. Les candidats doivent rendre leur projet pour le 15 janvier 2003. Le 13 février 2003, le jury retient à l'unanimité le projet de David Tremlett et de l'atelier rémois Simon-Marq. Les de la Communication, maître d’ouvrage, la Région Champagne-Ardenne, le Département de l’Aube et la Commune de Villenauxe-la-Grande dont le legs de Maurice Boulley. Elle a bénéficié du mécénat de Gaz de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Référence documentaire :
    Tremlett. [en ligne]. Villenauxe-la-Grande : 2015. [consulté le 28 juin 2016]. Accès internet : BARRE, François, MURIENNE, Frédéric. David Tremlett, architecte de lumière. Les vitraux contemporains de , Jean-François (dir.). Lumières contemporaines. Vitraux du XXIe siècle et architecture sacrée. Chartres . [consulté le 28 juin 2016]. Accès internet :
    Représentations :
    Verrières abstraites colorées sur le thème d'un des quatre éléments, la terre.
  • Ensemble de 2 verrières abstraites (côté nord de la nef) : Le feu
    Ensemble de 2 verrières abstraites (côté nord de la nef) : Le feu Villenauxe-la-Grande - place Georges Clémenceau - en ville
    Historique :
    Les anciens vitraux de l'église furent détruits lors d'un bombardement, le 13 juin 1940. Ils ont mars 2001, le maire de la commune, Jean-Louis Waibel, décide de continuer les travaux de restauration de l’église par la création de verrières contemporaines pour les vingt-quatre baies de l'édifice. Le artiste répondent. Le 4 juin 2002, le jury sélectionne trois équipes : l'Atelier Parot et Annette Messager , un cahier des charges et un programme iconographique sont imposés aux équipes. Le programme iconographique a été rédigé par la commission diocésaine d’art sacré et le comité national d’art sacré. Les l’évocation du Mystère pascal. Les candidats doivent rendre leur projet pour le 15 janvier 2003. Le 13 février 2003, le jury retient à l'unanimité le projet de David Tremlett et de l'atelier rémois Simon-Marq. Les de la Communication, maître d’ouvrage, la Région Champagne-Ardenne, le Département de l’Aube et la Commune de Villenauxe-la-Grande dont le legs de Maurice Boulley. Elle a bénéficié du mécénat de Gaz de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Référence documentaire :
    Tremlett. [en ligne]. Villenauxe-la-Grande : 2015. [consulté le 28 juin 2016]. Accès internet : BARRE, François, MURIENNE, Frédéric. David Tremlett, architecte de lumière. Les vitraux contemporains de , Jean-François (dir.). Lumières contemporaines. Vitraux du XXIe siècle et architecture sacrée. Chartres . [consulté le 28 juin 2016]. Accès internet :
    Représentations :
    Verrières abstraites colorées sur le thème d'un des quatre éléments, le feu.
    Titre courant :
    Ensemble de 2 verrières abstraites (côté nord de la nef) : Le feu
  • Ensemble de 2 verrières abstraites (côté nord de la nef) : L'argile
    Ensemble de 2 verrières abstraites (côté nord de la nef) : L'argile Villenauxe-la-Grande - place Georges Clémenceau - en ville
    Historique :
    Les anciens vitraux de l'église furent détruits lors d'un bombardement, le 13 juin 1940. Ils ont mars 2001, le maire de la commune, Jean-Louis Waibel, décide de continuer les travaux de restauration de l’église par la création de verrières contemporaines pour les vingt-quatre baies de l'édifice. Le artiste répondent. Le 4 juin 2002, le jury sélectionne trois équipes : l'Atelier Parot et Annette Messager , un cahier des charges et un programme iconographique sont imposés aux équipes. Le programme iconographique a été rédigé par la commission diocésaine d’art sacré et le comité national d’art sacré. Les l’évocation du Mystère pascal. Les candidats doivent rendre leur projet pour le 15 janvier 2003. Le 13 février 2003, le jury retient à l'unanimité le projet de David Tremlett et de l'atelier rémois Simon-Marq. Les de la Communication, maître d’ouvrage, la Région Champagne-Ardenne, le Département de l’Aube et la Commune de Villenauxe-la-Grande dont le legs de Maurice Boulley. Elle a bénéficié du mécénat de Gaz de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Référence documentaire :
    Tremlett. [en ligne]. Villenauxe-la-Grande : 2015. [consulté le 28 juin 2016]. Accès internet : BARRE, François, MURIENNE, Frédéric. David Tremlett, architecte de lumière. Les vitraux contemporains de , Jean-François (dir.). Lumières contemporaines. Vitraux du XXIe siècle et architecture sacrée. Chartres . [consulté le 28 juin 2016]. Accès internet :
    Représentations :
    Verrières abstraites à motifs géométriques colorés sur le thème de l'argile. L'argile fait ces deux baies : "Dans l’église, le motif de la juxtaposition de briques est signe de rigidité et de
  • Ensemble de 4 verrières abstraites (côté sud de la nef) : L'eau
    Ensemble de 4 verrières abstraites (côté sud de la nef) : L'eau Villenauxe-la-Grande - place Georges Clémenceau - en ville
    Historique :
    Les anciens vitraux de l'église furent détruits lors d'un bombardement, le 13 juin 1940. Ils ont mars 2001, le maire de la commune, Jean-Louis Waibel, décide de continuer les travaux de restauration de l’église par la création de verrières contemporaines pour les vingt-quatre baies de l'édifice. Le artiste répondent. Le 4 juin 2002, le jury sélectionne trois équipes : l'Atelier Parot et Annette Messager , un cahier des charges et un programme iconographique sont imposés aux équipes. Le programme iconographique a été rédigé par la commission diocésaine d’art sacré et le comité national d’art sacré. Les l’évocation du Mystère pascal. Les candidats doivent rendre leur projet pour le 15 janvier 2003. Le 13 février 2003, le jury retient à l'unanimité le projet de David Tremlett et de l'atelier rémois Simon-Marq. Les de la Communication, maître d’ouvrage, la Région Champagne-Ardenne, le Département de l’Aube et la Commune de Villenauxe-la-Grande dont le legs de Maurice Boulley. Elle a bénéficié du mécénat de Gaz de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Référence documentaire :
    Tremlett. [en ligne]. Villenauxe-la-Grande : 2015. [consulté le 28 juin 2016]. Accès internet : BARRE, François, MURIENNE, Frédéric. David Tremlett, architecte de lumière. Les vitraux contemporains de , Jean-François (dir.). Lumières contemporaines. Vitraux du XXIe siècle et architecture sacrée. Chartres . [consulté le 28 juin 2016]. Accès internet :
    Représentations :
    Verrières abstraites à motifs géométriques colorés sur le thème d'un des quatre éléments, l'eau.
  • Ensemble de 2 verrières abstraites (côté sud de la nef) : La vigne
    Ensemble de 2 verrières abstraites (côté sud de la nef) : La vigne Villenauxe-la-Grande - place Georges Clémenceau - en ville
    Historique :
    Les anciens vitraux de l'église furent détruits lors d'un bombardement, le 13 juin 1940. Ils ont mars 2001, le maire de la commune, Jean-Louis Waibel, décide de continuer les travaux de restauration de l’église par la création de verrières contemporaines pour les vingt-quatre baies de l'édifice. Le artiste répondent. Le 4 juin 2002, le jury sélectionne trois équipes : l'Atelier Parot et Annette Messager , un cahier des charges et un programme iconographique sont imposés aux équipes. Le programme iconographique a été rédigé par la commission diocésaine d’art sacré et le comité national d’art sacré. Les l’évocation du Mystère pascal. Les candidats doivent rendre leur projet pour le 15 janvier 2003. Le 13 février 2003, le jury retient à l'unanimité le projet de David Tremlett et de l'atelier rémois Simon-Marq. Les de la Communication, maître d’ouvrage, la Région Champagne-Ardenne, le Département de l’Aube et la Commune de Villenauxe-la-Grande dont le legs de Maurice Boulley. Elle a bénéficié du mécénat de Gaz de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Référence documentaire :
    Tremlett. [en ligne]. Villenauxe-la-Grande : 2015. [consulté le 28 juin 2016]. Accès internet : BARRE, François, MURIENNE, Frédéric. David Tremlett, architecte de lumière. Les vitraux contemporains de , Jean-François (dir.). Lumières contemporaines. Vitraux du XXIe siècle et architecture sacrée. Chartres . [consulté le 28 juin 2016]. Accès internet :
    Représentations :
    Verrières abstraites à motifs géométriques colorés sur le thème de la vigne. David Tremlett précise au sujet de ces deux baies : "Le raisin et la viticulture marquent profondément la mémoire et la
  • Ensemble de 5 verrières abstraites (façade occidentale)
    Ensemble de 5 verrières abstraites (façade occidentale) Villenauxe-la-Grande - place Georges Clémenceau - en ville
    Historique :
    Le 13 juin 1940, les anciens vitraux de l'église sont détruits lors d'un bombardement puis restauration. Après délibération du conseil municipal en date du 5 mars 2001, le maire de la commune, Jean contemporaines pour les vingt-quatre baies de l'édifice. Le 11 mai 2001, cette opération est inscrite au Contrat équipes comprenant un maître-verrier et un artiste ont répondu. Le 4 juin 2002, le jury a sélectionné iconographique ont été donnés aux équipes. Le programme iconographique a été rédigé par la commission diocésaine d’art sacré et le comité national d’art sacré. Les thèmes retenus étaient les quatre éléments, les devaient rendre leur projet pour le 15 janvier 2003. Le 13 février 2003, le jury a retenu à l'unanimité le d’ouvrage, la Région Champagne-Ardenne, le Département de l’Aube et la Commune de Villenauxe-la-Grande dont le legs de Maurice Boulley. Elle a bénéficié du mécénat de Gaz de France. L'inauguration a eu lieu le
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Référence documentaire :
    Tremlett. [en ligne]. Villenauxe-la-Grande : 2015. [consulté le 28 juin 2016]. Accès internet : BARRE, François, MURIENNE, Frédéric. David Tremlett, architecte de lumière. Les vitraux contemporains de , Jean-François (dir.). Lumières contemporaines. Vitraux du XXIe siècle et architecture sacrée. Chartres . [consulté le 28 juin 2016]. Accès internet :
  • Ensemble de 5 verrières abstraites (chœur) : Le mystère pascal
    Ensemble de 5 verrières abstraites (chœur) : Le mystère pascal Villenauxe-la-Grande - place Georges Clémenceau - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le lieu d'exécution peint sur l'oeuvre
    Historique :
    Les anciens vitraux de l'église furent détruits lors d'un bombardement, le 13 juin 1940. Ils ont mars 2001, le maire de la commune, Jean-Louis Waibel, décide de continuer les travaux de restauration de l’église par la création de verrières contemporaines pour les vingt-quatre baies de l'édifice. Le artiste répondent. Le 4 juin 2002, le jury sélectionne trois équipes : l'Atelier Parot et Annette Messager , un cahier des charges et un programme iconographique sont imposés aux équipes. Le programme iconographique a été rédigé par la commission diocésaine d’art sacré et le comité national d’art sacré. Les l’évocation du Mystère pascal. Les candidats doivent rendre leur projet pour le 15 janvier 2003. Le 13 février 2003, le jury retient à l'unanimité le projet de David Tremlett et de l'atelier rémois Simon-Marq. Les de la Communication, maître d’ouvrage, la Région Champagne-Ardenne, le Département de l’Aube et la Commune de Villenauxe-la-Grande dont le legs de Maurice Boulley. Elle a bénéficié du mécénat de Gaz de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Référence documentaire :
    Tremlett. [en ligne]. Villenauxe-la-Grande : 2015. [consulté le 28 juin 2016]. Accès internet : BARRE, François, MURIENNE, Frédéric. David Tremlett, architecte de lumière. Les vitraux contemporains de , Jean-François (dir.). Lumières contemporaines. Vitraux du XXIe siècle et architecture sacrée. Chartres . [consulté le 28 juin 2016]. Accès internet :
    Représentations :
    Verrières abstraites à motifs géométriques (quadrilatères, diagonales, courbes) colorés sur le thème du Mystère pascal. Au nord, la Vierge (baies 1 et 3) regarde le Christ crucifié (baies 2 et 4) au sud ; la Vierge voit dans le Christ crucifié, le Christ ressuscité et glorieux (baie 0). Les tons
    Titre courant :
    Ensemble de 5 verrières abstraites (chœur) : Le mystère pascal
  • Chapelle de l'école, collège, lycée Saint-Bernard
    Chapelle de l'école, collège, lycée Saint-Bernard Troyes - 8 rue du Palais de Justice - en ville
    Historique :
    Saint-François-de-Sales. Le choeur accueille un décor peint réalisé par Dom Angelico Surchamp et cinq consécration de l'autel a lieu le 4 février 1967 par Mgr Julien Le Couëdic, évêque de Troyes. Elle est dédiée à verrières abstraites courant sur le mur nord de la nef, créées par Monique Brix, peintre-verrier de
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
  • Ensemble de 7 verrières abstraites : Les cinq plaies du Christ
    Ensemble de 7 verrières abstraites : Les cinq plaies du Christ Allibaudières - en village
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le lieu d'exécution peint sur l'oeuvre
    Historique :
    Ensemble homogène de 7 verrières abstraites sur le thème des Cinq plaies du Christ, vocable de l'édifice, conçues par l'atelier du maître-verrier François Chapuis sur des cartons du peintre André Ripeau Renaissance des Clochers". Un marché fut conclu en 1958 pour la somme de 1.080.450 francs. Le procès-verbal de réception des vitraux est signé le 11 septembre de la même année. Cet ambitieux programme s'intègre
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Représentations :
    présente les quatre clous, un cœur, la lance qui transperça le flanc de Jésus.
    Auteur :
    [peintre-verrier] Chapuis François
  • Ensemble de 2 verrières hagiographiques (chapelles orientées) : Épisodes de la vie de saint Vincent de Paul et de la Vierge
    Ensemble de 2 verrières hagiographiques (chapelles orientées) : Épisodes de la vie de saint Vincent de Paul et de la Vierge Bréviandes - en village
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le lieu d'exécution peint sur l'oeuvre nommé par / St François de Sales directeur de la Visitation (lancette gauche, en bas du panneau ) ; La Ste Vierge Visite sa cousine Ste Elisabethe mère / de St Jean Bte le précurseur de Notre-Seigneur (lancette gauche, en bas du panneau supérieur, en écriture gothique) ; La Ste Vierge retrouve dans le temple
    Historique :
    Verrières réalisées en 1879 par le peintre-verrier troyen Honoré-Louis Vincent-Feste.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Représentations :
    saint François de Sales fonde un hôpital (lancette droite, en bas) ; saint Vincent de Paul est nommé par saint François de Sales
    États conservations :
    Baie 3 : bon état apparent de la grisaille, de la maçonnerie et de la serrurerie ; fissures dans le
  • Usine de métiers de bonneterie et usine de bonneterie François Gamichon, puis S.A. Kretz, puis magasin de commerce, actuellement immeuble à logements Aube Immobilier
    Usine de métiers de bonneterie et usine de bonneterie François Gamichon, puis S.A. Kretz, puis magasin de commerce, actuellement immeuble à logements Aube Immobilier Romilly-sur-Seine - 71 rue Voltaire-Sellières - en ville - Cadastre : 1985 BC 637
    Historique :
    François Gamichon établit une usine de métiers pour bonneterie, ainsi qu'une usine de bonneterie en commerce occupe une partie des bâtiments ; le reste est sans destination particulière. En 2013 (complément
    Description :
    Les bureaux à un étage carré, avec soubassement en moellons et façade en briques, sont situés le
    Titre courant :
    Usine de métiers de bonneterie et usine de bonneterie François Gamichon, puis S.A. Kretz, puis
    Illustration :
    Atelier de fabrication vu depuis le nord IVR21_20141003902NUCA Cheminée d'usine vue depuis le nord IVR21_20141003903NUCA Vue partielle depuis le nord-est IVR21_20141003904NUCA Vue du site après destruction partielle, vu depuis le nord IVR21_20141003905NUCA Façade vue depuis le nord-est IVR21_19861001070Z Façade vue depuis le nord-ouest IVR21_19861001071Z Salle des machines et cheminée d'usine vues depuis le nord-ouest IVR21_19981000242Z Cheminée d'usine vue depuis le nord IVR21_19861001072Z
  • Présentation de la Villa Rothier
    Présentation de la Villa Rothier Troyes - Cadastre : 2014 BX 1 à 22, 70, 72 à 76, 100 à 103, 107, 108, 564
    Historique :
    Troyes ainsi que la rue Emile Gauthier de Sainte-Savine. Le lotissement s'est agrandi au fil du temps par le rachat de parcelles attenantes par des propriétaires de maisons de la Villa Rothier. Ces nouvelles parcelles fusionnées sont intégrées dans l'inventaire topographique. Dans le cadre d'une étude générale des sur le terrain en 2017.
    Annexe :
    L’Inventaire général du patrimoine culturel sur le territoire de Troyes Champagne Métropole Principes entrée monumentale 3. Le retrait de la famille Rothier II.... Les types d’architectures à la Villa participer à cette opération en contribuant à l’étude de leur maison. Ce document présente le cadre, le /. L’Inventaire général du patrimoine culturel sur le territoire de Troyes Champagne Métropole L’Inventaire , étudier et faire connaître le patrimoine de la France. Cette compétence est ensuite transférée aux Régions sur le territoire de la collectivité et de le mettre en valeur. Des opérations ont été menées sur les lavoirs du territoire de l’agglomération et sur le quartier de la gare de Troyes. Ces opérations ont été encore en vigueur à travers le renouvellement de convention triennale entre la Région Grand Est et la d’inventaire du patrimoine sur le territoire de la collectivité, sous le contrôle scientifique du service l’opération menée sur le quartier de la gare de Troyes, la Villa Rothier, exemple de lotissement privé troyen
  • Chapelle Notre-Dame-des-Neiges du monastère de la Visitation
    Chapelle Notre-Dame-des-Neiges du monastère de la Visitation Troyes - 75 rue André Beury - en ville
    Historique :
    Pierre Herluison (menuisier). La cérémonie de bénédiction a lieu le 18 mai 1670 par Mgr François Malier Troyes. Elle est bâtie sur le terrain du faubourg Croncels (actuel boulevard Brossolette) en 1664. Les 1864 à Metz par l'atelier Worms Justin et Cie, et d'un tableau ornant le retable du maître-autel composée par le peintre français Pierre Mignard.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Précisions sur la protection :
    du cloître, le sol du jardin, les parties subsistantes du mur de clôture ancien (cad. CH 280, 279
  • Château de la Cordelière
    Château de la Cordelière Chaource - Golf de Troyes La Cordelière - - en écart
    Historique :
    flèche sur celle de l'hospice, a été construite en 1933 à la demande de François Chandon de Briailles. Le Le domaine de la Cordelière comprend deux châteaux et une chapelle au fond du parc. La petite 1985, exceptée la chapelle. Il abrite depuis 1957-1958 le golf de Troyes.
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Référence documentaire :
    Golf de la Cordelière. [en ligne]. Chaource : Golf de Troyes La Cordelière. [consulté le 29 novembre
  • Ancien hospice Saint-Nicolas, actuellement immeuble à logements dit Résidence Saint-Nicolas
    Ancien hospice Saint-Nicolas, actuellement immeuble à logements dit Résidence Saint-Nicolas Troyes - 101 bis rue de la Cité - en ville
    Historique :
    Architecture néo-classique de la première moitié du 19e siècle sur le site de l'ancien hospice conservé son décor peint par Anne-François Arnaud en 1845. Deux plaques sont apposées à l'extérieur de de Hons, évêque de Troyes et bénit par Mgr Jean Marie Mathias Debelay, son successeur, le lundi 2
    Cadre de l'étude :
    enquête thématique départementale inventaire des vitraux des 19e, 20e et 21e siècles dans le
    Annexe :
    baies en hémicycle : h = 180 ; la = 440 environ. Baie en hémicycle située dans le choeur : h = 90 ; la
    Illustration :
    Vue générale sur la verrière située en aplomb du maître-autel, dans le choeur
  • Église paroissiale Sainte-Madeleine
    Église paroissiale Sainte-Madeleine Troyes - rue de la Madeleine - en ville
    Historique :
    vers 1200 pour la nef, le transept et la première travée de chœur, vers 1500 pour le chœur. L'hypothèse dans l'état actuel, s'appuie sur le fait que le courte nef, buttant sur la rue, n'aurait pu être allongée. Le projet du chœur est attribué sans preuve à Jean Gailde, l'auteur du jubé. En 1519 on procédait Faulchot. Le portail du bras droit a été élevé en 1550 par Jean Rousseau : il ouvrait sur le cimetière François Ier). La façade date de la fin du 17e siècle. Mal bâtie, l'église a été plusieurs fois restaurée vaisseau central et repris le bras gauche.
    Description :
    Église à plan allongé ; déambulatoire et 3 chapelles dont celle du nord tronquée par le
    Texte libre :
    l’église remonte à la fin du XIIe siècle : commencée par le chœur et le bras sud, elle s’est poursuivie par la nef, puis s’est achevée par le bras nord au début du XIIIe siècle. Bâtie en matériaux de mauvaise particulier dans la nef et le côté occidental du bras nord), les voûtes hautes jadis en maçonnerie furent primitivement un plan en croix grecque, le tout bordé de bas-côtés. Une flèche en charpente, sans doute encore en place, le chœur comportait deux travées et son vaisseau central était couvert d’une voûte sobriété – le rez-de-chaussée formant soubassement à l’étage rythmé par un ordre toscan – elle se distingue ouvertures à travers les piliers ont été murées par la suite). Dans le chœur, partie la plus ancienne qui s’étend à la première travée orientale du bras nord (à droite de l’image), le triforium est faux, se réduisant à trois arcades plaquées contre le mur et une seule fenêtre au lieu de deux ouvre le troisième niveau. Dans les autres travées, le passage est interrompu par les piliers, l’entrée se faisant, pour
    Illustration :
    Élévation latérale nord depuis le nord-est. IVR21_20141000533NUCA Bas-côté sud depuis le bras sud du transept. IVR21_20141000520NUCA La nef (partie gauche), et le bras nord du transept (partie droite). IVR21_20141000485NUCA La nef, depuis le bras nord du transept. IVR21_20141000471NUCA Enfilade du bas-côté nord, depuis le bras-nord du transept. IVR21_20141000488NUCA Le choeur : vue générale. IVR21_20141000483NUCA Le choeur : vue générale. IVR21_20141000482NUCA
  • Église paroissiale Saint-Pantaléon
    Église paroissiale Saint-Pantaléon Troyes - rue Vauluisant - en ville
    Historique :
    achevées en 1508 et le haut vaisseau en 1511. En 1517, fut entrepris le côté nord de la nef, mais le Maurice Favereau. En 1524, les parties basses étaient à peu près terminées, la façade et le clocher bien avancés, lorsque l’église fut ravagée par le feu qui détruisit plusieurs quartiers de la ville, provoquant l’indique une inscription latine gravée sur le chevet. Il semble qu’on ne conserva de l’édifice que les murs gouttereaux sud et de chevet. Les travaux, commencés par le côté sud du chœur – verrières datées de 1531-1533 – se poursuivirent par le côté nord sous la direction d’un nouveau maître d’œuvre, Antoine Dumey. Dès basses de la nef, ainsi que de 1536 à 1538. Pour la partie ouest, on avait négocié en 1527 le déplacement l’ouest afin d’établir un porche. Seule l'amorce du deuxième de la tour sud avait été bâtie. Le haut vaisseau du chœur fut monté de 1635 à 1641, mais le lambris de couvrement ne fut posé qu’en 1660-1662 marguilliers décidèrent de prolonger le vaisseau central de la nef d’une travée et d’édifier une nouvelle
    Référence documentaire :
    : "Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l'Aube" / Anne-François Arnaud. lavis) ; 45 x 29 cm (AD Aube : 22 H 240. Ce document est classé à tort dans le fonds de l'abbaye Notre Le chœur et le grand autel de l'église Saint-Pantaléon de Troyes du XVIe au XVIIe siècle MINOIS , Danielle. Le chœur et le grand autel de l'église Saint-Pantaléon de Troyes du XVIe au XVIIe siècle. La Vie
    Représentations :
    L'élévation extérieure est rythmée de niches à décor flamboyant pour le chevet et le côté sud , Renaissance pour le clocher sud et tout le côté nord. De même, le portail sud est flamboyant tandis que celui du nord est Renaissance. Le couronnement de ce dernier, en arc de triomphe, abritait un Christ deux ordres de pilastres superposés, dorique associé à un fronton triangulaire pour le premier niveau , ionique avec un fronton cintré pour le second. A l'intérieur, les piliers du vaisseau central sont décorés de niches à deux niveaux, au décor flamboyant pour le côté sud du chœur, Renaissance pour toutes les autres. Des chapiteaux et un entablement corinthiens couronnent le vaisseau central. La grande arcade d'axe du chœur est ornée d'une figure en haut relief de Dieu le père environnée de rayons lumineux, de Renaissance. Le lambris de couvrement des parties hautes est ponctué de motifs de rosaces et d'une fausse-clef d'une série de bustes en médaillon, tandis que le garde-corps est orné d'une arcature aveugle sur
    Description :
    Église de plan en croix latine à transept non débordant. La nef, le chœur et le transept comprennent un haut vaisseau à éclairage direct, la nef et le chœur étant bordés de bas-côtés et de chapelles . L'abside, terminant le haut vaisseau du chœur, présente la particularité de s'inscrire dans une partie basse à chevet rectangulaire. L'édifice est entièrement construit en pierre de taille, le haut vaisseau et le clocher étant couvert d'ardoise, les parties basses de tuile plate. Les premières travées des ouverte car elles constituent le rez-de-chaussée des deux tours projetées. Toutes les parties basses sont voûtés d'ogives de divers dessins et le haut vaisseau reçoit un lambris de couvrement en anse de panier
    Texte libre :
    d'édifier l'ensemble des parties basses dans un premier temps, en démarrant par le chœur. En 1508-1509, date . Les voûtes des bas-côtés furent lancées en 1510-1511. En 1517, fut entrepris le côté nord de la nef , mais le chantier fut interrompu dès 1518 par la mort du maître d’œuvre. Il reprit en 1520 sous la façade et le clocher bien avancés, lorsque l’église fut ravagée par le grand incendie qui détruisit inscription latine gravée sur le chevet (transcrite, traduite et analysée par SALET, p. 154). Il semble qu’on ne conserva de l’édifice que les murs gouttereaux sud et de chevet. En effet, le portail sud est début du 16e siècle : le porche de Saint-Jacques-aux-Nonnains (avant 1507) et le jubé de Sainte -Madeleine (1510-1512). L’arcature entrecroisée sur laquelle se détache le gable renvoie à ce même jubé (clôture) ainsi que le traitement exubérant des choux frisés qui se retrouve autour de la baie sud du d’œuvre, Antoine Dumey (le portail nord date de 1538). Les travaux de la nef avaient commencé
    Illustration :
    . (lithographie) ; 26,5 16,5 cm. Extr. de : "Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l'Aube " / Anne-François Arnaud, p. 233. IVR21_19951000088X Vue générale vers le choeur. IVR21_20141000789NUCA Vue générale vers le choeur. IVR21_20141000790NUCA Transept, vue vers le bras gauche. IVR21_20141000792NUCA Choeur, grande arcade d'axe, détail de la figure de Dieu le père. IVR21_20141000850NUCA
  • Échauguette de l'hôtel de Marisy
    Échauguette de l'hôtel de Marisy Troyes - 9 rue Charbonnet rue des Quinze-Vingt - en ville - Cadastre : 2018 BV 184 1838 F 948, 949
    Historique :
    l'étage des fenêtres ont été conservés. Le 10 octobre 1873, un article d’Émile Soccard rend compte de ce
    Référence documentaire :
    p. 239 Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l'Aube ARNAUD, Anne-François . Voyage archéologique et pittoresque dans le département de l'Aube. Troyes : L.-C. Cardon, 1837.
    Représentations :
    Sur le cul-de-lampe se succèdent deux frises de feuilles d'acanthe, puis une troisième marquée par une alternance de figures en buste : deux hommes barbus la tête tournée vers le pan suivant, puis deux femmes tournées vers le pan central où se trouve un homme imberbe figuré de face. De petits anges ponctuent les angles. Le dernier registre est orné de modillons à volutes et les angles de chapiteaux suspendu et agrémenté de rubans. Les armoiries contenues dans les écus représentent : dans le pan central , celles du commanditaire, Claude de Marisy (d'azur à 6 macles d'or) ; dans le premier pan à droite, celles le dernier pan à droite, l'écu, parti, du couple commanditaire, Claude de Marisy et Michelle Molé (de gueules au croissant d'argent surmonté de deux étoiles d'or) ; dans le pan à gauche du panneau central maçonnées du champ, au chef du second chargé d'un lion issant de gueules) ; dans le dernier pan à gauche des cornes d'abondance. Le retrait de l'édicule de couronnement est marqué de vases décoratifs. Les