Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Brûlerie de café, puis immeuble 39-41, rue des Capucins

Dossier IA51060311 réalisé en 2018

Fiche

Œuvres contenues

Précision dénomination brûlerie de café
Parties constituantes non étudiées cour, entrepôt industriel
Dénominations brûlerie, immeuble
Aire d'étude et canton Reims centre - Reims 1
Adresse Commune : Reims
Adresse : 39-41 rue des Capucins
Cadastre : 2017 IK1 1417, 1418
Précisions

Après 1901, Louis-François Morgen, qui a aussi une entreprise d'arboriculture, achète des locaux au 39, rue des Capucins à Aldrich de Pagès, négociant en bouchons (almanach Matot-Braine). En 1904, il les fait entièrement remettre à neuf afin d'y installer une brûlerie de café et un entrepôt d'huiles (l'almanach mentionne "huiles et café"). Dans les années suivantes (almanach de 1909), il agrandit son établissement des parcelles mitoyennes (37 et 41) et fait construire en 1908 le bâtiment de la brûlerie au n° 41, le 37, ancienne maison de notaire, restant sans doute une habitation. L'usine est entièrement détruite pendant la guerre de 1914-1918. L'estimation des dommages est réalisée en 1921 par Lucien Lefranc, architecte au Pré-Saint-Gervais (93). Morgen remplace l'usine par un immeuble de rapport, ne reconstruisant qu'un entrepôt de machines élevé au fond de la parcelle (Morgen est désigné comme "constructeur mécanique" dans l'almanach de 1924). Les plans de l'immeuble sont dressés en octobre 1922 par Joseph Gaudet, architecte à Reims. L'entrepôt est démoli à la fin du 20e siècle.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle , daté par source
Auteur(s) Auteur : Gaudet Joseph,
Joseph Gaudet

Architecte à Reims à l'époque de la Première Reconstruction. En 1922, il demeure 44, rue des Capucins.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

L'immeuble comporte, au rez-de-chaussée, une entrée centrale avec porte bâtarde entre deux boutiques et, sur le côté gauche, un passage cocher qui desservait l'ancien entrepôt, aujourd'hui le parking aménagé à son emplacement. Il présente deux appartements par étage (de cinq pièces à droite et de quatre à gauche), y compris pour le premier étage de comble, et des chambres de service au deuxième étage de comble. Trois courettes d'aération échancrent les élévations, une au centre de chacun des murs mitoyens et une au milieu de l'élévation sur cour. À l'origine, elles descendaient jusqu'au niveau du rez-de-chaussée, à l'exception de celle sur cour qui commençait au premier étage. Aujourd'hui, elles démarrent toutes du premier étage. L'ensemble du bâtiment est protégé par un toit à longs pans à double brisis, le premier étant en ardoise, le deuxième en tuile mécanique, le terrasson en appentis à très faible pente, en zinc.

La façade est élevée en béton armé enduit pour le rez-de-chaussée, en pierre de taille avec brique en remplissage pour les étages. Les travées latérales, bombées en plan, sont en pierre de taille, leur surplomb à hauteur du cordon du rez-de-chaussée en béton armé revêtu d'enduit et de décors en plâtre. Les murs pignons sont construits avec des moellons de récupération laissés apparents, tandis qu'ils sont enduits sur l'élévation arrière, avec des briques agrémentant le couvrement des fenêtres. Le plancher du sous-sol est métallique, à entrevous en brique.

Murs calcaire moyen appareil
brique pierre avec brique en remplissage
pierre moellon enduit
béton béton armé enduit
Toit tuile mécanique, zinc en couverture, ardoise
Étages sous-sol, 2 étages carrés, 2 étages de comble
Couvrements
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans brisés pignon couvert
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente, suspendu
Techniques sculpture
fonderie
Représentations rose palmette pomme de pin dent de scie
Précision représentations

L'abondant décor sculpté de la façade a pour unique thème une même fleur de rose avec ses feuilles. Un motif de pomme de pin amortit les lucarnes monumentales des travées latérales. Les balconnets des portes-fenêtres et les garde-corps des balcons et des fenêtres, le tout en fonte, présentent chacun une grande palmette. Sur l'élévation arrière, une frise en dent de scie à relief, en brique, court au niveau du couvrement des fenêtres du deuxième étage.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée, copropriété.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne, Reims. 10 R 1128, dossier 2507. Dossier de dommages de guerre de la brûlerie du 39-41, rue des Capucins, 1921-1922.

    Archives départementales de la Marne, Reims : 10 R 1128
Documents figurés
  • Monsieur Morgen rue des Capucins à Reims [plan de la brûlerie] / L. Lefranc. 1:100. [ca 1921]. 1 tirage de plan : bleu ; 47 x 32,5 cm.

    Archives départementales de la Marne, Reims : 10 R 1128, dossier 2507
  • Propriété de Monsieur Morgen 39-41 r. des Capucins à Reims [projet de l'immeuble] / Joseph Gaudet. 1:50. Octobre 1922. 6 tirages de plan ; :

    - Plan du rez-de-chaussée et du sous-sol.

    - Plan du premier étage (deuxième étage identique) et du premier étage de comble (troisième étage)

    - Plan du deuxième étage de comble (quatrième étage)

    - Élévation sur rue.

    - Élévation sur cour

    - Coupes

    Archives municipales et communautaires de Reims
  • Propriété de Monsieur Morgen 39 et 41 rue des Capucins Reims. Plan d'ensemble [plan-masse] / Joseph Gaudet. 1:100. 1er décembre 1922. 1 tirage de plan : bleu ; .

    Archives municipales et communautaires de Reims
(c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Région Grand-Est - Inventaire général ; (c) Ville de Reims - Campeotto Jeanne
Jeanne Campeotto

Architecte DPLG ville de Reims associée par convention au SRI de la région Grand Est.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Ducouret Bernard
Bernard Ducouret

Chercheur au service de l'Inventaire Grand Est.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.