Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fiche

Dossiers de synthèse

Statue Notre-Dame de Juilly dont l'original en fonte dorée de 3,70 m de haut surmonte la nouvelle chapelle du célèbre collège des Pères Oratoriens. Cette Vierge archaïque, debout et bénissante, terrasse à ses pieds le dragon numérique. Ceinte du bandeau royal, sa chevelure descend en longues nattes de ses épaules. La robe étroite tombe à plis droits, enserrée comme d'une gaine par les entrelacs de sa cordelière. Ce morceau de sculpture fait honneur au ciseau de Léon Cugnot de Paris.

Dénominations groupe sculpté
Titres Vierge mère (style roman)
Aire d'étude et canton Wassy - Haute-Marne
Adresse Commune : Dommartin-le-Franc
Adresse : rue de Chanlaire

Modèle de fonderie en plâtre par Léon Cugnot (1835-1894) portant la date de 1888, représentant une Vierge à l'Enfant, dite Vierge mère (style roman). Il est mentionné dans l'inventaire de 1896 qui fait suite à la reprise des fonderies Denonvilliers par le Comptoir général des fontes d'art, de bâtiment et de fumisterie, détenu par Auguste Salin et Edmond Capitain. Le modèle est devenu l'entière propriété du fondeur après son exécution.

Le modèle de ce groupe a figuré au salon de 1889 sous le n° 4241. Une reproduction en fonte de fer orne la chapelle de l'ancien collège de Juilly (Seine-et-Marne) et inaugurée le 8 décembre 1888, ainsi qu'une seconde qui surmonte la tour de Peyrebrune, à Alrance (Aveyron), érigée en 1898 par l’abbé Lamouroux.

On retrouve ce modèle dans le catalogue du Comptoir général des fontes d'art, de bâtiment et de fumisterie, c. 1900, planche 13, modèle dit: style Roman (Léon Cugnot) (proposé en 3,90 m de hauteur uniquement).

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source, porte la date
Dates 1888, porte la date
Stade de création modèle direct
Auteur(s) Auteur : Cugnot Louis-Léon, dit(e) Léon Cugnot,
Louis-Léon Cugnot , dit(e) Léon Cugnot (1835 - 1894)

Élève de Diébolt et Duret aux Beaux-Arts. Il fut le 1er grand prix de Rome en 1859 avec Mézence blessé préservé par Lausas (bas-relief). Il débuta au Salon en 1863 et fut de nombreuses fois médaillé (1863, 1865,1867). Il travailla à Paris à l’Hôtel de Ville, à l’hôtel de Païva, au Palais de Saint-Cloud, à l’église de la Trinité, à la Cour de cassation, à la salle des États du Palais du Louvre etc.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, signature
Auteur : Fonderies Denonvilliers,
Fonderies Denonvilliers

Léon Claude Denonvilliers (1816 - 1885) est considéré comme le premier fondeur de la famille Denonvilliers. Il a fondé une société avec son fils Maurice Marie Denonvilliers et Victor Célestin Saleur, ancien salarié de Barbezat, à Osne-le-Val. Du 1er juillet 1860 au 11 novembre 1872, la société ainsi formée avait la dénomination Saleur Jeune et compagnie, puis Société des hauts-fourneaux fonderie de Sermaize-sur-Saulx, du 12 juillet 1872 au 12 mars 1877, puis Denonvilliers L. Et Fils et Saleur Jeune, du 13 mars 1877 à 1891, et enfin Société Anonyme de Fonderies d'Art et de Bâtiment (anciens Établissements Denonvilliers), jusqu'à sa dissolution le 25 mars 1895. Cette dernière raison sociale a été donnée lors du rachat de la société par le Comptoir Général des Fontes d'art, de bâtiment et de fumisterie, détenu en 1891 par Auguste Salin, Edmond Capitain et Charlotte Gény, son épouse.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
atelier de fabrication, attribution par source
Auteur : Comptoir général des fontes d'art de bâtiment et de fumisterie,
Comptoir général des fontes d'art de bâtiment et de fumisterie

Établissements industriels de fonderie créés en 1889 et ayant pour but la revente dans un dépôt unique sis au 78 quai de Jemmapes à Paris, la production des quatre associés: Chatel-Mathieu et Cie, Jean-Pierre Victor André, Edmond Capitain et Auguste Salin.

En 1891, le Comptoir est reconstitué entre les seuls Auguste Salin, Edmond Capitain, et Charlotte Gény son épouse. La raison sociale devient: Comptoir général des fontes de bâtiment et de fumisterie.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
atelier de fabrication, attribution par source

Modèle de fonderie en plâtre creux représentant une Vierge couronnée à l'Enfant, qu'elle tient devant elle de ses deux mains. Le modèle, en pied, repose sur une sphère formant socle, sur laquelle se trouve le dragon. L'Enfant, bras ouverts, est coiffé d'un nimbe et emmailloté.

Catégories sculpture
Structures groupe relié intérieur creux
Matériaux plâtre, en plusieurs éléments
Mesures h : 370.0 cm
l : 80.0 cm
la : 60.0 cm
Iconographies Vierge à l'Enfant, en pied
couronne
croissant de lune
bénédiction
Inscriptions & marques signature, en creux, sur l'oeuvre
date, en creux, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Signature et date: LEON CUGNOT, 1888.

États conservations oeuvre cassée
manque
oeuvre reconstituée
collage
Précision état de conservation

Le pied gauche de la Vierge est mutilé; sa couronne possède quelques éclats.

Les deux parties du croissant de lune, prenant place de part et d'autre de la sphère, ainsi que les pans droite et gauche du drapé de la Vierge sont déposés à côté du modèle. Les bras de l'Enfant ont été fixés à l'aide de plâtre.

Statut de la propriété propriété d'une société privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Fonderies Denonvilliers. Inventaire des modèles de fonderie suite à la liquidation de la société, 1896.

    Page 19 Collection privée, ASPM
Bibliographie
  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L.Baschet, 1889. ISSN : 2276-0075.

    n° 4241 Bibliothèque nationale de France, Paris
  • Comptoir général des fontes d'art, de bâtiment et de fumisterie. Album série B, c. 1900.

    Planche 13 Collection privée, ASPM

Liens web

(c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Région Grand-Est - Inventaire général ; (c) ASPM - Delvaux Guillaume - Isnard Isabelle