Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation du fonds de modèles artistiques Ferry-Capitain

Dossier IM52015581 réalisé en 2018

Fiche

Voir

Généralités

Du modèle à la reproduction

Le fonds Ferry-Capitain est composé de 3 types d’œuvres : le modèle, le chef-modèle, et la reproduction. Le modèle est la représentation de l’œuvre que l'on souhaite exécuter en série. L’épreuve originale de l’artiste est surmoulée dans deux coquilles en plâtre dans lesquelles, assemblées, du plâtre ou de la terre cuite est coulé, reproduisant fidèlement l’original après retouche.

Les fondeurs ont ainsi commandé des modèles à des sculpteurs renommés pour étoffer leurs fonds, ou acquis dans les Salons les droits d’édition de sculptures primées qui accroissaient leur renommée.

Le traité d’édition qui liait le fondeur avec le sculpteur fixait le pourcentage de la rémunération de l’artiste et les conditions de reproduction et de propriété du modèle : diminution ou agrandissement au pantographe ou réalisation de chefs-modèles en fonte (notamment pour les œuvres de série). L'inventaire des modèles de fonderie de 1896 a le grand intérêt de posséder un exemplaire vierge d'un traité d'édition, qui était conclu directement entre l'artiste et le fondeur. Trois types de relations commerciales existaient:

- Le modèle était acquis par le fondeur et devenait son entière propriété ;

- L'édition du modèle était conclue moyennant un droit d'auteur (en général de 10% ou 20% du prix de chaque reproduction). L'artiste restant propriétaire du modèle ;

- Le client reste propriétaire du modèle et le met en dépôt chez le fondeur.

Les manipulations consécutives au moulage détériorent rapidement le modèle si bien que pour l'édition en série, une des premières opérations consiste à couler un chef-modèle à partir de ce dernier, en métal cette fois.

La reproduction est quant à elle le tirage de l’œuvre définitive, à partir du modèle ou du chef-modèle, et dont les parties constitutives sont assemblées puis goujonnage le cas échéant.

La technique

Le mouleur confectionne le moule en prenant dans deux châssis remplis de sable serré l’empreinte de chaque moitié du modèle délimitée par le plan de joint. Il aménage ensuite le système de coulée. Pour les reliefs comportant des contre-dépouilles, il utilise la technique des mottes battues avec prise d’empreintes partielles, assemblées et intégrées au moule. Un noyau en sable est ensuite suspendu dans les deux châssis superposés, afin que la statue soit creuse. Des évents sont aménagés pour évacuer les gaz lors de la coulée qui se fait d’un seul jet. Après refroidissement, la statue est sortie de son moule (décochée), débarrassée de son noyau puis du système de coulée (ébarbée).

Bilan

La campagne a permis le récolement de 639 œuvres. A noter que parmi celles-ci, au moins 37 n'ont pu être localisées depuis le récolement partiel de 1995-1996. A ce jour, ce fonds met ainsi en lumière les œuvres de 97 artistes dont les modèles ont notamment pu être acquis auprès de 10 éditeurs comme Vermare, à Lyon. 90 artistes sont contemporains des œuvres, soulignant ainsi la volonté des fondeurs de diffuser et mettre en lumière la création artistique de leur temps.

Des 639 œuvres récolées, 438 (soit près de 70% du fonds) représentent des sujets religieux, ce qui corrobore parfaitement l'inventaire établi en 1896 et l'orientation prise par l'entreprise à une époque qui voit l'émergence de nouveaux cultes, tels ceux dévolus à Notre-Dame de la Salette ou de Lourdes, où les modèles et leurs nombreuses déclinaisons d'échelle abondent.

Des 201 œuvres profanes, on peut citer les 8 bustes de la République et la galerie de 51 bustes de notables, témoins rares d'une pratique plus que répandue au 19e siècle. Quelques-uns ont pu être à ce jour formellement identifiés. Parmi eux, on retrouve Emile Goguenheim, maire de Chaumont de 1900 à 1910; Raymond Bergougnan, industriel du pneumatique; Prosper-Sylvain Denis (1799-1863), directeur de l'hôpital militaire de Toul (Meurthe et Moselle), membre de l'Académie des sciences et de l'Institut de France; Camille Flammarion (1842-1925), astronome français; Adam Mickiewicz (1798-1855), écrivain et poète polonais. Quelques modèles de monuments ont été conservés. Souvent édités à l'unité, ils étaient généralement détruits à la demande du sculpteur ou du commanditaire tels que le monument au tragédien Talma par Léon Fagel, la maquette originale du monument des soldats de la Haute-Marne tués à l'ennemi (Chaumont) par Tony Noël, ou encore le monument à Eugène Carada par Ernest Dubois.

Bilan détaillé du récolement

Par genre

- 438 œuvres religieuses (68,54%)

- 201 œuvres profanes (31,46%)

Par dénomination

- 388 statues (60,72%)

- 122 groupes sculptés (19,09%)

- 51 bustes (8%)

- 34 statues-lampadaires (5,32%)

- 22 reliefs (3,44%)

- 5 vases décoratifs (0,78%)

- 11 piédestaux (1,72%)

- 6 autres (0,94%)

Par matériau

- 405 œuvres en plâtre (63,38%)

- 209 œuvres en fonte de fer (32,71%)

- 16 œuvres en terre cuite (2,530%)

- 4 œuvres en bronze (0,63%)

- 5 œuvres dont le matériau est inconnu (0,78%)

Par stade

- 404 modèles en plâtre (63,22%)

- 137 chefs-modèles en fonte de fer (21,44%)

- 72 reproductions en fonte de fer (11,27%)

- 16 modèles en terre cuite (2,50%)

- 3 reproductions en bronze (0,47%)

- 1 chef-modèle en bronze (0,16%)

- 1 maquette en plâtre (0,16%)

- 5 œuvres dont le stade est inconnu (0,78%)

Par hauteur

- 357 œuvres mesurant plus d'un mètre et moins de deux mètres (55,87%)

- 233 œuvres mesurant moins de un mètre (36,46%)

- 46 œuvres mesurant plus de deux mètres et moins de trois mètres (7,20%)

- 3 œuvres mesurant plus de trois mètres (0,47%)

Les artistes et éditeurs

Artistes

- Cambio di (Arnolfo) (1240(c.)-1300 (c.))

- Michel-Ange (1475-1564)

- Raphaël (Raffaello Sanzio) (1486-1520)

- Florentin (Dominique) (1506-1570)

- Bologne de (Jean) (1509-1608)

- Goujon (Jean) (1510-1565)

- Pilon (Germain) (1528-1590)

- Jacques (Nicolas ?) (1600(c.)-?)

- Bouchardon (Edme) (1698-1762)

- Greuze (Jean-Baptiste) (1725-1805)

- Bosio (François Joseph) (1768-1845)

- Rutxhiel (Henri-Joseph) (1775-1837)

- Pradier (Jean-Jacques) (1790-1852)

- Daniel (David Henry-Joseph Ducommun du Locle) (1804-1884)

- Orléans d' (Marie) (1813-1839)

- Vital-Dubray (Vital Gabriel) (1813-1892)

- Coinchon (Jacques Antoine Théodore) (1814-1881)

- Lavergne (Claudius) (1815-1887)

- Gilbert (François Ambroise Germain) (1816-1891)

- Truphème (André François Joseph) (1820-1888)

- Moreau (Mathurin) (1822-1912)

- Paul (Eugène Louis Joseph) (1822-1898 (après))

- Salmson (Jean Jules Bernard) (1823-1902)

- Valentin (Jean-Marie) (1823-1896)

- Début (Didier) (1824-1893)

- Frémiet (Emmanuel) (1824-1910)

- Thomas (Gabriel Jules) (1824-1905)

- Valette (Jean) (1825-1877)

- Lecointe (Léon Aimé Joachim) (1826-1913)

- Lecreux (Paul) (1826-1894)

- Leclaire (Edme Marie Laurent) (1827-1903)

- Roubaud (Louis Auguste) (1828-1906)

- Bailly (Charles Éloy) (1830-1895)

- Gauthier (Charles) (1831-1891)

- Doré (Gustave) (1832-1883)

- Durand (Ludovic Eugène) (?) (1832-1905)

- Bouret (Eutrope) (1833-1906)

- Latry (Anna) (1833-1924)

- Sanson (Justin-Chrysostome) (1833-1910)

- Cugnot (Louis Léon) (1835-1894)

- Godebski (Cyprian) (1835-1909)

- Nadaud (Auguste) (1835-1889)

- Vermare (Pierre) (1835-1906)

- Épinay d' (Prosper) (1836-1914)

- Noël (Hubert Louis) (1839-1925)

- Chrétien (Eugène Ernest) (1840-1909)

- Allar (André-Joseph) (1845-1926)

- Mercié (Marius Jean Antonin) (1845-1916)

- Noël (Edme Antony Paul) (1845-1909)

- Houssin (Édouard Charles Marie) (1847-1919)

- Lavergne (Georges Claudius) (1847-1923)

- Manuela (Anne de Rochechouart de Mortemart) (1847-1933)

- Bacquet (Paul Eugène Victor) (1848-1901)

- Bloch (Elisa) (1848-1905)

- Passage du (Charles Marie) (1848-1926)

- Paris (Auguste) (1850-1915)

- Valentin (Augustin) (1850-1880)

- Boutellier (Jean-Ernest) (1851-1920 (c.))

- Fagel (Léon) (1851-1913)

- Lecourtier (Prosper) (1851-1924)

- Massoulle (André Paul Arthur) (1851-1901)

- Lemaître (Eglantine) (1852-1920)

- Rambaud (Joseph Pierre) (1852-1893)

- Rouillard (Pierre) (1853-1919)

- Coutan-Montorgueil (Laure) (1855-1915)

- Kinsburger (Sylvain) (1855-1935)

- Péchiné (Antide Marie) (1855-?)

- Printemps (Jules Louis) (1856-1899)

- Charpentier (Félix Maurice) (1858-1924)

- Chavalliaud (Léon Joseph) (1858-1919)

- Didier (Auguste) (1858-1918)

- Loiseau-Bailly (Georges Philippe Eugène) (1858-1913)

- Signoret-Ledieu (Lucie) (1858-1904)

- Drouot (Edouard) (1859-1945)

- Fournier (Paul) (1859-1926)

- Desvergne (Charles Jean Cléophas) (1860-1928)

- Loiseau-Rousseau (Paul Louis Emile) (1861-1927)

- Roze (Albert) (1861-1952)

- Certowicz (Téofila) (1862-1918)

- Perron (Charles Théodore) (1862-1934)

- Dubois (Ernest Henri) (1863-1913)

- Itasse (Jeanne) (1865-1941)

- Bareau (Georges Marie Valentin) (1866-1931)

- Vermare (André-César) (1869-1949)

- Graf (Paul) (1872-1947)

- Quef (Maurice Albert Aimé) (1878-1957)

- Vaury (Maurice) (1878-1965)

- Broquet (Gaston) (1880-1947)

- Bassi (Antonio ?) (1889-1965)

- Madame Q (Quinquaud (Anna)) (?) (1890-1984)

- Autane d' (Charles) (18(?)-19(?))

- Blavier (Emile Victor) (18(?)-19(?))

- Carillon (René Philéas) (18(?)-19(?))

- Fournier (Louis) (18(?)-?)

- Lefèvre (Marie Joseph) (18(?)-1906)

- Pécron (Georges) (18(?)- ?)

- Dupuy (architecte ?)

Éditeurs

- Atelier de moulage du Louvre

- Biais

- F.V.L ( Frédéric Vermare Lyon)

- La Statue religieuse

- Maison Gousset

- Maison Laugier

- Maison Raffl

- Maison Vermare

- Marron M

- Poiret

- Veuve D. Saudinos-Ritouret

Aires d'études Wassy
Localisation Commune : Dommartin-le-Franc
Adresse : rue de Chanlaire
Auteur(s) Auteur : Allar André-Joseph,
André-Joseph Allar (1845 - 1926)

Élève de Dantan, Guillaume et Cavelier à l’École des beaux-arts de Paris. Grand prix de Rome en 1869, Allar exposa au Salon de 1873 à 1914. Première médaille en 1873, puis en 1878 (Exposition universelle), médaille d’honneur en 1882 et médaille d’or aux Expositions universelles de 1889 et 1900. Officier dans l’Ordre de la Légion d’honneur. Membre de l’institut en 1905.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Autane d' Charles, sculpteur
Auteur : Bailly Charles Éloy,
Charles Éloy Bailly (1844 - 1914)

Élève de Robinet à l’École des beaux-arts de Paris où il entre en 1855. Il exposa au Salon de 1863 à 1895 et remporta une médaille en 1863 avec une statue en plâtre, La Besace.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Bareau Georges,
Georges Bareau (1866 - 1931)

Exposa au Salon à partir de 1889.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Bassi Antonio,
Antonio Bassi (1889 - 1965)

Sculpteur italien et fils du sculpteur Nicola Bassi, a terminé son apprentissage premier à Rome.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Blavier Emile Victor,
Emile Victor Blavier

Emile Victor Blavier entre à l'école académique de Douai puis aux Beaux-Arts de Paris où il est élève de Toussaint et Calmel. Il expose aux Salons de 1852 à 1876.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Bloch Elisa,
Elisa Bloch (1848 - 1905)

Élève de Chapu, elle exposa au Salon de 1880 à 1904 et obtint une mention honorable en 1894. Elle réalisa de nombreux portraits et bustes.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Bouret Eutrope,
Eutrope Bouret (1833 - 1906)

Élève de Buhot à l’École des Beaux-Arts de Paris. Il exposa au Salon de 1875 à 1903.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Boutellier Jean-Ernest,
Jean-Ernest Boutellier (1851 - Vers 1920)

Élève de Jouffroy et de Falguière à l’École des Beaux-Arts de Paris, puis directeur de l’école des Beaux-Arts de Dijon. Exposa régulièrement au Salon de 1880 à 1903 : mention honorable en 1880 pour Jeune mendiant, troisième médaille en 1882 avec Avant le combat, deuxième médaille en 1893 avec La nymphe victorieuse.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Carillon René,
René Carillon

René Philéas Carillon est probablement le fils du sculpteur Philéas-Hector, mort en 1906. Il fut élève de Cavelier, Millet, Barrias et Allar à l’École des beaux-arts de Paris.

Sociétaire des Artistes français depuis 1904, il a exposé des bustes au Salon et obtenu une deuxième médaille en 1912.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Certowicz Téofila,
Téofila Certowicz (1864 - 1918)

Téofila, dite Tola ou Tolla Certowicz a travaillé à Cracovie et à Paris. En 1881, elle a fait ses études à Cracovie avec Guyski, puis à Paris avec Saint-Marceaux, Mercier et Chapu. Elle exposa aux Salons de Paris de 1885, 1887 et 1888.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Charpentier Félix Maurice,
Félix Maurice Charpentier (1858 - 1924)

Félix Charpentier (1858-1924) est élève de Cavelier et Doublemard aux Beaux-arts. Il exposa régulièrement au Salon à partir de 1882. Médaille de troisième classe en 1884 avec Jeune faune, de seconde classe en 1887 avec l’Improvisateur, de première classe avec prix du Salon en 1890 avec La Chanson.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Chavalliaud Léon,
Léon Chavalliaud (29 janvier 1858 - 5 février 1919)

Léon Joseph Chavalliaud (1858-1919) est d'abord apprenti modeleur dans l’atelier Bulteau à Reims, sis rue Buirette, où il a été embauché vers 1872. Il entre à l’École des beaux-arts de Paris à l'aide d’une bourse de la ville. Il y est l’élève d'Alexandre Falguière, de François Jouffroy en 1878, et de Louis Auguste Roubaud.

Second grand prix de Rome en 1886 avec Tobie retirant le poisson de l'eau, le Salon de 1891 lui vaut une médaille; celui de 1892 récompense son Monument de la fédération bretonne-angevine et sa statuette du jeune Melchior de Polignac.

On lui doit également de nombreux bustes de personnalités françaises, britanniques, ainsi que les cariatides de la façade sur cour de l’hôtel de ville de Reims (1880).

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Chrétien Eugène,
Eugène Chrétien (1840 - 1909)

Eugène Ernest Chrétien (1840-1909) est élève aux Beaux-arts de Marseille puis de Paris dans les cours du Dumont. Il expose régulièrement aux Salons de 1868 à 1909. Ses thèmes favoris sont les allégories, les scènes de la vie quotidienne et les bustes. Quelques bronzes sont édités par Thiébaut.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Chrysostome Justin, dit(e) Sanson,
Justin Chrysostome , dit(e) Sanson (1833 - 1910 )

Justin Chrysostome (1833-1910) entre à l’école des Beaux-Arts en 1854. Il est grand prix de Rome en 1861 et commence à exposer au salon la même année. Il obtient une médaille de troisième classe à l’exposition universelle de 1867 et une de seconde classe en 1878.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Coinchon Jacques Antoine Théodore,
Jacques Antoine Théodore Coinchon (1814 - 1881)

Entre à l’École des Beaux-Art en 1838. Élève de David d’Angers. Expose au Salon de Paris de 1844 à 1881.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Coutan-Montorgueil Laure,
Laure Coutan-Montorgueil , né(e) Laure Martin (29 octobre 1855 - 14 novembre 1915)

Élève à Paris d’Alfred Boucher, elle se caractérise par une manière classique qui s’exprime dans les nombreux bustes et des statues allégoriques. Mention honorable en 1894. Nombreuses commandes publiques ou privées. Participe à l’Exposition internationale de Chicago en 1893 avec Camille Claudel et Marie Cazin.

Bien que peu connue, Laure Coutan-Montorgueil marque cependant, avec d’autres artistes comme Camille Claudel, et son élève Jeanne Royannez, la présence des femmes dans la sculpture de la fin du XIXe siècle.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Cugnot Louis-Léon, dit(e) Léon Cugnot,
Louis-Léon Cugnot , dit(e) Léon Cugnot (1835 - 1894)

Élève de Diébolt et Duret aux Beaux-Arts. Il fut le 1er grand prix de Rome en 1859 avec Mézence blessé préservé par Lausas (bas-relief). Il débuta au Salon en 1863 et fut de nombreuses fois médaillé (1863, 1865,1867). Il travailla à Paris à l’Hôtel de Ville, à l’hôtel de Païva, au Palais de Saint-Cloud, à l’église de la Trinité, à la Cour de cassation, à la salle des États du Palais du Louvre etc.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Début Didier,
Didier Début (1824 - 1893)

Élève de David d’Angers et second Prix de Rome en 1851, il exposera au Salon de 1848 à sa mort. Remporta une mention honorable. Fut employé à la décoration du tribunal de commerce, de l’Opéra et de l’Hôtel de Ville de Paris.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Didier Auguste,
Auguste Didier (1858 - 1918)

Cité dans la liste des œuvres réalisées par les fonderies Denonvilliers.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Doré Gustave,
Gustave Doré (1832 - 1883)

Dessinateur, graveur, peintre et sculpteur. Outre une œuvre immense d’illustrateur et de peintre, Gustave Doré a réalisé 45 groupes, statues, bas-reliefs et pièces décoratives durant ses douze dernières années.

Il exposa comme sculpteur pour la première fois en 1877, puis jusqu’en 1882 et remporta en 1880 une médaille de troisième classe avec une statue de Madone.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Drouot Edouard,
Edouard Drouot (1859 - 1945)

Élève de Dumont, Gauthier, Millet, Thomas et Mathurin Moreau. Expose au Salon à partir de 1889. Médaille de troisième classe en 1892. Participe à l’Exposition universelle de 1900 avec l’Amateur où il obtient une mention honorable.

Un vaste répertoire, des thèmes variés, un sens du mouvement et de l’expression font de cet artiste une personnalité marquante de la sculpture de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Nombre de ses œuvres ont fait l’objet de tirages abondants en bronze par différents fondeurs. Au Salon, on peut recenser des bustes, des figures aussi bien féminines que masculines, des allégories, des compositions mythologiques parmi lesquelles d’assez nombreuses statuettes en plâtre.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Dubois Ernest Henri,
Ernest Henri Dubois (16 mars 1863 - 30 décembre 1930)

Élève de Falguière, Chapu et Mercié. Sociétaire des Artistes français depuis 1893, il figura au Salon de cette société et obtint une mention honorable en 1892, une médaille de première classe en 1894, une bourse de voyage en 1894, une médaille d’honneur en 1899 et une médaille d’or en 1900 lors de l’Exposition universelle. Officier de la Légion d’honneur en 1900.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Dubray Gabriel, dit(e) Vital-Dubray,
Gabriel Dubray , dit(e) Vital-Dubray (1813 - 1892)

Fils d’un sculpteur sur bois, il étudia la gravure à laquelle il renonça pour se consacrer à la sculpture. Élève de Ramey. En 1834, il entre chez un ornemaniste nommé Cicconi qui l’employa à modeler des figures destinées à la décoration des églises, des maisons, des jardins, ce qui était loin de satisfaire ses goûts artistiques.

Il décide de prendre part au Salon et expose pour la première fois en 1840. Il obtint une médaille de troisième classe en 1844, ainsi qu'une mention honorable à l’Exposition universelle de 1855. Plusieurs années après, il obtint la commande de la statue de Jeanne Hachette qui est placée à Beauvais. Plus tard, il travailla également à Paris pour le palais du Louvre, l’Opéra, l’Hôtel de Ville, le théâtre de la Gaieté, les églises St-Étienne-du-Mont, de la Trinité, de St-Roche, de St-Augustin et de la Sorbonne.

Il exposa au Salon de 1840 à 1882. Il exposa son œuvre Neptune à l’Exposition internationale de Londres en 1862.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Ducommun du Locle Henri Joseph, dit(e) Daniel,
Henri Joseph Ducommun du Locle , dit(e) Daniel (1804 - 1844)

Receveur-percepteur des impôts et sculpteur français. Il est le fils de Joseph Ducommun pharmacien en chef des hospices civils de Nantes et de Louise Laurence Martin. Il étudia sous la direction de Bosio et Cortot. Il exposa pour la première fois au Salon de 1839 et fut décoré en 1841.

Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur le 30 avril 1841, et élevé au rang d’officier le 15 août 1865.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Durand Ludovic,
Ludovic Durand (1832 - 1905)

Ludovic Eugène Durand (1832-1905) entra aux Beaux-arts en 1848. Il fut élève de Toussaint et de Bonnat et débuta à l’Exposition universelle de 1855. Il figura aux Salons de 1855 à 1879 et obtint une médaille de deuxième classe en 1872, et de première classe en 1874.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Épinay d' Prosper, dit(e) Nemo,
Prosper Épinay d' , dit(e) Nemo (1836 - 1914)

Dessinateur et statuaire, élève de Dantan à Paris et d’Amici à Rome. Expose au Salon de 1874 à 1902. Il est l'auteur de nombreuses œuvres dont la statue de son père Adrien, politicien, et exécuta un grand nombre de portraits caricatures. Il figura au Salon des Humoristes en 1909. Son pseudonyme en tant que caricaturiste est Nemo. Il est dit « le sculpteur des familles princières ».

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Fagel Léon,
Léon Fagel (1851 - 1913)

Après avoir étudié dans l’atelier de René Fache à Valenciennes, il fut l’élève de Cavelier à l’École des Beaux-Arts de Paris (1868). Prix de la tête d’expression en 1874. Second Grand Prix de Rome en 1879 avec Tobie rendant la vue à son père. Il exposa au Salon des Artistes Français de 1878 à 1993 (médaille de troisième classe en 1883, médaille d’or à l’Exposition universelle de 1900) et se fit admettre à la Société nationale des Beaux-Arts (1895 à 1911). Il a entrepris des ouvrages pour la Sorbonne, le Muséum d’histoire naturelle, l’église du Sacré-Cœur et la Cour des Comptes.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Filosi, sculpteur
Auteur : Fournier Louis,
Louis Fournier

Figure au Salon de Paris de 1864 à 1872.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Fournier Paul,
Paul Fournier (1859 - 1926)

Paul Fournier (1859-1926) est formé dans l'atelier de Jouffroy. Il expose aux Salons de 1882, 1884, 1886, 1888, 1890, 1892, ainsi que de 1896 à 1905.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Gauthier Charles,
Charles Gauthier (1831 - 1891)

Entre à l’École des Beaux-Arts en 1854, élève de Jouffroy. Expose de 1859 à 1882. Second prix de Rome en 1861. Médailles en 1865, 1866 et 1869. Médaille d’argent à l’exposition universelle de 1889. Figure au Salon de1859 à 1882. Travailla à Paris pour l’église de la Trinité, l’hôtel Carnavalet, le pavillon de Marsan, l’Opéra, l’Hôtel de Ville, l’église Notre-Dame des Victoires, l’église de la Sorbonne et le palais du Trocadéro etc.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Gilbert François,
François Gilbert (1816 - 1891)

François Ambroise Germain Gilbert (1816-1891) fut élève de Cortot. Il exposa au Salon de 1845 à 1889.

Il a travaillé à Paris pour les églises Saint-Augustin et la Trinité, pour le théâtre du Vaudeville, ainsi qu'à Marseille pour la grande salle de la Bourse.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Godebski Cyprian,
Cyprian Godebski (1835 - 1909)

D’origine polonaise. Élève de Jouffroy. Exposa au Salon de 1857 à 1896. Mentions honorables en 1880, 1884, 1886. Carrière internationale avec des œuvres en Autriche, Belgique, France, Pologne, Russie.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Houssin Édouard Charles Marie,
Édouard Charles Marie Houssin (1847 - 1917)

Édouard Charles Marie Houssin (1847-1917), sculpteur et professeur de sculpture et de modelage à Sèvres. Il envoie de nombreux bustes et statues en bronze aux Salons entre 1873 et 1910.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Itasse Jeanne,
Jeanne Itasse (21 septembre 1865 - 12 janvier 1941)

Jeanne Itasse est la fille ainée du sculpteur Adolphe Itasse dont elle fut l’élève la plus attentionnée. Elle débute au Salon des artistes français de 1879 et expose régulièrement à ce Salon jusqu’en 1938.

Elle obtient de nombreuses récompenses, dont une médaille à l’Exposition universelle de 1893 à Chicago et une médaille d’argent à celle de Paris en 1900. Elle obtient en 1891 une bourse de voyage et une invitation par le vice-roi d’Égypte grâce à sa sculpture Harpiste égyptienne.

Elle épouse le sculpteur Gaston Broquet le 19 août 1911 à Auteuil. Jeanne Itasse-Broquet meurt à Paris le 12 janvier 1941 et est inhumée au cimetière du Père-Lachaise (31e division).

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Jacques N, sculpteur
Auteur : Kinsburger Sylvain,
Sylvain Kinsburger (1855 - 1935)

Sculpteur, graveur en médailles, dessinateur. Élève de A. Dumont et de Thomas. Exposa au Salon à partir de 1878. Mention honorable en 1884 et en 1886, médaille de troisième classe en 1888, médaille de bronze en 1889 à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889 et même récompense en 1900. Médaille de deuxième classe en 1899.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Latry Anna, sculpteur
Auteur : Lavergne Georges, dit(e) Georges Claudius,
Georges Lavergne , dit(e) Georges Claudius (1847 - 1923)

Fils de Claudius Lavergne (1814-1887).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Leclaire Edme Marie Laurent,
Edme Marie Laurent Leclaire (1827 - 1903)

ève de Vital Dubray puis d’Étienne Leroux. Il débuta à l’Exposition universelle de 1855 avec un bas-relief. Exposa au Salon de 1861 à 1872, puis de 1884 jusqu’à sa mort. Mention honorable en 1887, médaille de troisième classe en 1895, mention honorable à l’Exposition universelle de 1900.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Lecointe Léon Aimé Joachim,
Léon Aimé Joachim Lecointe (1826 - 1913)

Élève de Klagmann et Toussaint ; Expose au Salon de 1850 à 1899. Membre du comité de l’Association des artistes fondée par le baron Taylor à partir de 1887. Médaille de troisième classe en 1882 et de bronze à l’Exposition universelle de 1889.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Lecreux Paul, dit(e) Jacques France,
Paul Lecreux , dit(e) Jacques France (18 février 1826 - 3 juillet 1894)

Il est l’auteur d’un buste de la République dont le Musée de Rouen possède une réplique en bronze. Franc-maçon, il exécutera une autre Marianne portant les insignes maçonniques. Elle appartient au Grand Orient de France et a été exposée au Centenaire de la République à l’hôtel de Rohan à Paris en 1978. On lui doit également un médaillon de la République des Communes dédié à son ami Carré, qui se trouve au Musée de la franc-maçonnerie.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Lefèvre Marie Joseph, dit(e) jh Lefèvre,
Marie Joseph Lefèvre , dit(e) jh Lefèvre (1845 - 1905)

Marie-Joseph Lefèvre (1845-1905) est élève de Leroux et de Louis Noël. Il débute au salon en 1883, 1885, 1886, 1889, 1892, 1893, 1897. Il sculpta plusieurs modèles pour la fonderie de Bussy : Une statue de Jeanne d’Arc, signée par Lefèvre et dédiée à Léon XIII est conservée à Rome dans l’église San Silvestro al Quirinale. Elle a été fondue par Denonvilliers en 1887.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Lemaitre Eglantine,
Eglantine Lemaitre (1852 - 1920)

Églantine Lemaître (1852-1920), sculpteur animalier, exposa à Paris au Salon des Artiste Français. Sociétaire en 1885. Elle obtint une mention honorable en 1886 et 1889 (E.U.). Le fondeur d’art Denonvilliers édita en série son modèle Chien.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Loiseau-Bailly Georges Philippe Eugène,
Georges Philippe Eugène Loiseau-Bailly (1858 - 1913)

Élève de Dumont à l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris. Il débuta au Salon de 1879 et exposera des groupes, statues, bustes, médaillons, plaquettes et objets d’art jusqu’en 1913. Mention honorable en 1884, deuxième médaille en 1886, médailles d’argent aux Expositions universelles de 1889 et 1900.

Il est l’auteur de bustes et de statues de contemporains, d’œuvres allégoriques ou mythologique et de figures orientalistes que lui inspire un voyage en Italie et en Tunisie en 1890. Il réalise également des médaillons, des plaquettes et divers objets ornés en relief : pots à tabac, porte-bouquets, encriers, sucriers etc.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Loiseau-Rousseau Paul Louis Émile,
Paul Louis Émile Loiseau-Rousseau (1861 - 1927)

Élève de Barrau. Expose au Salon. Troisième médaille en 1892, deuxième en 1895, médaille 1898, d’or en 1900 (Exposition universelle)

Des voyages en Afrique inspirent à ce sculpteur des personnages typiques de ce continent, des scènes orientalisantes, des chasses au fauve. Il s’est également intéressé à la tauromachie et aux personnages du Moyen Âge et de la Renaissance. Il ne semble pas que des éditions importantes de ses œuvres aient été effectuées. En revanche, des bronzes, auxquels s’ajoutent souvent d’autres matières apparaissent assez fréquemment parmi ses envois au Salon à partir de 1886.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Massoulle André Paul Arthur,
André Paul Arthur Massoulle (1851 - 1901)

Élève de Salmson et de Cavelier. Expose au Salon en 1878, 1879, 1881 et jusqu’en 1899. Médaille de deuxième classe en 1882, d’argent à l’Exposition universelle de 1889, d’or à l’Exposition universelle de 1900. En 1900 il exécute pour le Pont Alexandre III deux groupes en cuivre martelé représentant des génies avec des poissons.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Nadaud Auguste, dit(e) Bonnetaud,
Auguste Nadaud , dit(e) Bonnetaud (1835 - 1889)

Élève de Duret et de A. Toussaint. Expose au Salon de 1861 à 1888. Mention au concours du Grand prix de Rome en 1863.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Noël Edme Antony Paul, dit(e) Tony Noël,
Edme Antony Paul Noël , dit(e) Tony Noël (1845 - 1909)

Élève de Lequesme, Guillaume et Cavelier. Premier prix de Rome en 1868 (Thésée vainqueur du Minotaure). Débute au Salon en 1872 et expose régulièrement. Obtint une médaille de deuxième classe en 1872, de première classe en 1874, de deuxième classe à l’exposition universelle de 1878 et un grand prix à celle de 1889. Abandonne en 1891 le Salon des Artistes français pour la Société nationale des Beaux-Arts qui lui donna d’emblée le titre de sociétaire. Hors concours et membre du jury à l’Exposition universelle de 1900. Reparut une dernière fois au Salon en 1901.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Noël Louis,
Louis Noël (1er avril 1839 - 1925)

Il suit d’abord les cours de l’école académique de Saint-Omer puis, en 1859, puis ceux de François Jouffroy à l’école des beaux-arts de Paris. Il débute au Salon de 1863. Artiste particulièrement productif, il exposera très régulièrement de nombreux bustes et statues, portraits de personnages historiques, de contemporains et de saints. Il est le beau-père du sculpteur Jules Déchin.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Orléans d' Marie,
Marie Orléans d' (12 avril 1813 - 6 janvier 1839)
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Paris Auguste,
Auguste Paris (1850 - 1915)

Élève de Jouffroy, de Hiolle, de Falguière et de Doublemard. Expose au Salon de 1876. Sociétaire des Artistes français à partir de 1883. Nombreuses médailles, troisième classe en 1876, deuxième en 1880, première en 1882, d’or en 1889 (exposition universelle).

Atteint de paralysie des jambes, il se reconvertit dans la sculpture de petites dimensions et produit alors des bustes et des médaillons, des médailles, des plaquettes, des statuettes ainsi que des vases et des objets en diverses matières, bronze, étain, argent.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Paul Eugène Louis Joseph,
Eugène Louis Joseph Paul (1822 - Après 1898)

Sculpteur français.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Péchiné Antide Marie,
Antide Marie Péchiné (1855 - )

Sculpteur et médailleur. Élève de Dumont, Bonassieux et Thomas. Débuta au Salon de 1876. Il y expose 19 fois entre 1878 et 1902. Sociétaire des Artistes Français depuis 1887 ; mention honorable en 1887 et 1889 (Exposition universelle).

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Pécron Georges,
Georges Pécron

Élève de Le Bourg et de Farochon. Figura au Salon de 1869 à 1875.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Perron Charles,
Charles Perron (1862 - 1934)

Élève de Falguière, Roy et Hiolin. Figure au Salon des artistes français dès 1896 : mention honorable en 1896, médaille de troisième classe en 1897, médaille de deuxième classe en 1899, mention honorable en 1900 (Exposition universelle), médaille de première classe en 1910.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Printemps Jules Louis,
Jules Louis Printemps (1856 - 1899)

Élève de Joufroy à l’École nationale des Beaux-Arts, il débuta au Salon dès 1878 et continua à prendre régulièrement part aux expositions parisiennes avec des bustes. Médaille de troisième classe en 1879 avec une statue Adraste (conservée par le musée de Saint-Quentin) et une médaille de bronze à l’Exposition universelle de 1889 où il avait envoyé deux œuvres : Hercule brisant sa lyre et Baudin tué sur la barricade.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Quef Maurice,
Maurice Quef (1878 - 1957)

Élève de Barrias, Coutan et Hippolyte Lefebvre. Sociétaire des Artistes français depuis 1909, il figura au Salon de ce groupement depuis 1905.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Quinquaud, sculpteur, (?)
Auteur : Rambaud Joseph Pierre,
Joseph Pierre Rambaud ( 20 avril 1852 - 29 octobre 1893)

Élève d’Irvoy, de Jouffroy et de Chapu. Il envoie au Salon de 1878 et jusqu'à sa mort des statues de personnages historiques, des scènes de genre, des allégories. Mentions honorables en 1881, 1883, 1884 et 1885. En 1899, il reçoit la médaille de troisième classe et la mention honorable à l’Exposition universelle.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Rochechouart de Mortermart de Marie Adrienne Anne Victurnienne Clémentine, dit(e) Manuela,
Marie Adrienne Anne Victurnienne Clémentine Rochechouart de Mortermart de , né(e) Rochechouart de Mortermart de , dit(e) Manuela (1847 - 1933)

Sculpteur et écrivain. Expose au salon des Artistes français. Mention honorable en 1887. Présidente de l’Union des femmes peintres.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Roubaud Louis Auguste, dit(e) Roubaud le jeune,
Louis Auguste Roubaud , dit(e) Roubaud le jeune (1828 - 1906)

Frère du sculpteur François-Félix (1825-1876). Élève de Flandrin et de Duret. Expose au Salon à partir de 1861. Médailles en 1865, 1866, de deuxième classe en 1875, médailles de bronze aux Expositions universelles de 1889 et 1900. Travaille avec Deperthes, l’architecte et dessinateur. Travaille pour différents monuments de Paris et Grenoble.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Rouillard Pierre,
Pierre Rouillard (1853 - 1919)

Sculpteur, spécialisé dans les œuvres religieuses. Il succède à henri Bourriche, sculpteur religieux à Angers. Bourriche succédait lui-même à Barrême. Bourriche fait acquérir une grande réputation à sa "sainterie".

Il cède son atelier à son collaborateur Rouillard en 1889 qui s'associe avec un autre ancien collaborateur de Bourriche, Schleininger. Ils continuent la production pendant trente ans; leur clientèle étant majoritairement composée d’ecclésiastiques. A partir des années 1910, les images de Jeanne d'Arc, du Sacré-Cœur et de saint Michel se multiplient.

A sa mort, son fils, homonyme, prend sa succession. La maison prospère et devient la seconde de France après La statue religieuse, à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Roze Albert,
Albert Roze (1851 - 1952)

Albert Roze (1851-1952) fut élève de Dumont puis de Bonnassieux. Il séjourna à Rome de 1891 à 1893 et fut directeur de l’École des Beaux-arts d’Amiens. Mention honorable en 1891, médaille de troisième classe en 1897, de deuxième classe en 1908, puis médaille d’or en 1914.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Signoret-Ledieu Lucie,
Lucie Signoret-Ledieu (1858 - 1904)

Lucie Signoret-Ledieu (1858-1904) est élève de Gautherin. Elle expose pour la première fois au Salon de 1878. Le musée de Chambéry conserve une fileuse de l'artiste.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Truphème François André Joseph,
François André Joseph Truphème (1820 - 1888)

Élève de Bonnassieux. Expose au Salon à partir de 1850. Mention honorable à l’Exposition universelle de 1855, médaille de troisième classe en 1859, autres médailles en 1864 et 1865. Participe à la décoration de plusieurs édifices : Le Louvre, l’Hôtel de Ville, l’Opéra, églises. Il participa également à la réalisation de la fontaine de la Rotonde d’Aix-en-Provence (élément coulé par Capitain-Gény à Bussy – Haute-Marne), en collaboration avec trois autres sculpteurs aixois.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Valentin Augustin,
Augustin Valentin (1850 - 1880)

La première œuvre documentée de Valentin date de 1865.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Valentin Jean-Marie,
Jean-Marie Valentin (17 octobre 1823 - 8 août 1896)

En 1842, Jean-Marie Valentin fréquente l’école de dessin et sculpture de Rennes. Jean-Baptiste Barré lui enseigne la sculpture, Jourgeon et Briand le dessin. L'élève est remarqué par ses maîtres qui l'incitent à poursuivre dans cette voie.

En 1845, il obtient une bourse de la ville de Rennes. À Paris, il recherche un atelier ou une école. En attendant, il travaille avec François Lanno, un sculpteur rennais rencontré et installé dans la capitale.

Jean Marie Valentin fréquente plusieurs ateliers dont ceux de James Pradier, François Rude, Jules Ramey et Auguste Dumont à l’École des beaux-arts de Paris. Son choix se fixe sur l'atelier de Rude.

Il revient ensuite se fixer à Rennes et se spécialise dans le mobilier religieux. Sa première grande œuvre est probablement la chaire érigée dans l'église Sainte-Croix de Saint-Malo, offerte par l'empereur Napoléon III lors de son passage en Bretagne en 1858.

Il a sculpté de nombreux autels, maîtres autels, chaires, statues, groupes et des monuments à la mémoire des prélats et curés.

Le monument de Saint-Yves à Tréguier est sa plus grande œuvre qui lui valu une mention honorable au Salon des artistes français de 1888.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Valette Jean,
Jean Valette (1825 - 1877)

Jean Valette (1825-1877) est élève de Bonnassieux et de Jouffroy. Il débute au Salon de 1847 en exposant un Cujas et entre aux Beaux-Arts en 1848.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Vaury Maurice,
Maurice Vaury (1878 - 1965)

Né à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et installé dans cette ville.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Vermare André-César,
André-César Vermare (1869 - 1949)

André Vermare est le fils de Pierre Vermare, qui tient une entreprise d’objets et de sculptures religieuses. Aspirant à la sculpture à l'école nationale des beaux-arts de Lyon en 1885, il y est admis l'année suivante et devint l'élève de Charles Dufraine. À Paris, en 1891, il est l’élève d’Alexandre Falguière puis de Laurent Marqueste. Il expose au Salon de la Société des artistes français dès 1892 et reçoit une mention honorable, puis le prix Chenavard en 1894 pour sa statue Giotto enfant. Après un second grand prix de Rome en 1897 pour Orphée et Eurycide, il obtient, en 1899, le premier prix de Rome pour Adam et Ève retrouvant le corps d’Abel. Il séjourne à Rome à la villa Médicis entre 1900 et 1903. André Vermare collabore avec son père dans l’entreprise familiale et produit plusieurs statues religieuses. Il accepte de nombreuses autres commandes et mène une carrière nationale.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Vermare Pierre,
Pierre Vermare (1835 - 1906)

Pierre Vermare (1835-1906) est élève de Fabisch aux Beaux-Arts. Son œuvre est entièrement consacrée à l'art religieux. Il est le premier maître de Jean Carriès, céramiste, et de André Vermare, son fils. Il expose au salon à partir de 1863 et est le fondateur d'une entreprise d'édition de sujets religieux, à Lyon.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Bouchardon Edme,
Edme Bouchardon (1698 - 1764)

Élève de Coustou, célèbre sculpteur du roi Louis XIV. Prix de Rome en 1722. Nommé sculpteur du roi par Louis XV, il travailla pour Versailles et d’autres demeures royales. Sa statue équestre de Louis XV illustre la section Sculpture de l’Encyclopédie de Diderot.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Broquet Gaston,
Gaston Broquet (1880 - 1947)

Élève de Gabriel, Jules Thomas (1902), puis d’Injalbert à l’École des beaux-arts de Paris. Il avait préparé son examen d’entrée dans l’atelier parisien du sculpteur Léon Roussel (natif de Ourches sur Meuse, village voisin de Void, d'où est natif Gaston Broquet). Sociétaire des Artistes français, il obtint une médaille d’argent en 1922.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Bacquet Paul Eugène Victor,
Paul Eugène Victor Bacquet (1848 - 1901)

Élève de Farochon et Dumont à l’École des beaux-arts de Paris. Il exposa aux Salons de 1870 à 1899.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Graf Paul,
Paul Graf (1872 - 1947)

Sculpteur né à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) et installé à Paris. Membre perpétuel de la société des artistes français. Secrétaire général de l'association des anciens élèves de l'École nationale supérieure des Beaux-Arts. Chevalier de la Légion d'honneur en qualité de sculpteur (décret du 21 janvier 1936 sur rapport du ministre de l'Éducation nationale). Officier d'Académie (6 février 1903). Officier de l'Instruction publique (23 octobre 1909). Médaillé du Salon des Artistes Français.

Quelques-unes de ses réalisations : Deux bas-reliefs en marbre sur la façade du musée de Clermont-Ferrand. Monument au docteur Holtz, à Andlop (Alsace). Deux statues sur la façade du théâtre de Calais. Hôtel des anciens élèves de l'école nationale des mines de Saint-Étienne (réalisation d’un fronton). Décoration de la façade de l’hôtel des postes de Boulogne-sur-Mer. Monument au capitaine Ferber. Décoration de l'hôtel de la garantie à Paris. Monument aux morts du 7e arrondissement de Paris. Groupe de l'église de la Trinité à Paris. Statue du général Damrémont pour le pavillon de Marsan. Groupe d'une Vierge gothique avec anges pour le poste des dunes à Boulogne-sur-Mer. Statue de mineur pour Carmaux. Le Monument aux 73e RI, 273e RI et 6e RIT de Béthune. Un buste de Camille Enlart, etc.

Source: http://www.wikipasdecalais.fr/index.php?title=Paul_Graf


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Thomas Gabriel-Jules,
Gabriel-Jules Thomas (1824 - 1905)

Sculpteur français (né à Paris le 10 septembre 1824, décédé à Paris le 8 mars 1905), fils du sculpteur Alexis François Thomas.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Desvergnes Charles,
Charles Desvergnes (1860 - 1929)

Charles Desvergnes est un sculpteur français (1860-1929), spécialiste des monuments commémoratifs, monuments aux morts et des statues de Jeanne d'Arc.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Lecourtier Prosper,
Prosper Lecourtier (1851 - 1924)

Sculpteur animalier, élève de Frémiet et de Coutant à l’École nationale des Beaux-Arts de Paris. Nombreuses médailles, 3e classe en 1880, 2e classe en 1879, bronze en 1900 (exposition universelle), de première classe en 1902. Expose au Salon de 1875 à sa mort.

Œuvre abondante et entièrement consacrée à l’art animalier comportant aussi bien des chiens ou des chevaux que des oiseaux ou de grands fauves. A fourni aussi des modèles pour l’édition en série en fonte de fer notamment le Coq Gaulois (ornant de nombreux monuments aux morts de la Grande Guerre).

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Moreau Mathurin,
Mathurin Moreau (1822 - 1912)

C’est le plus célèbre d’une dynastie de sept sculpteurs et artistes. Élève de son père (Jean-Baptiste-Louis-Joseph Moreau), puis de Ramey et Dumont. Second Grand prix de Rome en 1843. Expose au Salon de 1848 jusqu’à l’année de sa mort. Médaille de deuxième classe en 1855 (Exposition universelle), de première classe en 1859, rap. En 1861 et 1863, de deuxième classe en 1867 (Exposition universelle), de première classe en 1878, d’or en 1889, membre du jury, hors-concours en 1900 (Exposition universelle).

Collabore aux prestigieux chantiers de Paris notamment l'Opéra, les Tuileries, le Trocadéro, l'Hôtel de ville. Auteur, en particulier, de L’Océanie (fonte Durenne pour l’Exposition universelle de 1878 au Trocadéro – statue aujourd’hui sur le parvis du musée d’Orsay).

De 1849 à 1879, création d’une centaine de modèles (statues, fontaines et objets décoratifs) pour la fonderie d’art du Val d’Osne dont il sera l’un des administrateurs. Pape de l’art de série, son apport artistique et technique transformera la reproduction industrielle d’œuvres éditées en série de grande qualité. Mathurin Moreau est le sculpteur français le plus répandu dans le monde, en particulier en Amérique Latine.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Passage du Charles Marie,
Charles Marie Passage du (1848 - 1926)

Illustrateur, peintre et sculpteur animalier. Frère d’Arthur du Passage. Élève de Trovier. Expose au Salon à partir de 1874. Son œuvre comporte surtout des oiseaux et des animaux chasseurs ou chassés.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur : Salmson Jean Jules Bernard,
Jean Jules Bernard Salmson (1823 - 1902)

Sculpteur et médailleur. Élève de Ramey, Toussaint et Dumont. Débute au Salon en 1859. Médaille de deuxième classe à l’Exposition universelle en 1863 et 1867 (la Dévideuse, bronze). Participation à plusieurs grandes commandes publiques comme le palais des Tuileries et l’Opéra (statue de Haendel), le théâtre du vaudeville, le Tribunal de Commerce, l’église Saint-Bernard, l’hôtel de Ville de La Rochelle. Auteur du monument à H.-B. de Saussure et Balmat, en bronze, inauguré à Chamonix en 1870 (Devaux 1887), Saussure et Balmat sont parmi les premiers alpinistes ayant atteint le sommet du Mont-Blanc (Maurice Rheims : « il s’agit peut-être de la première sculpture vouée à la gloire d’un sport moderne »). Directeur des arts industriels à Genève à partir de 1876.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur de la source figurée : Cambio di Arnolfo,
Arnolfo Cambio di (v. 1232-1240 - v. 1302-1310)

Sculpteur et architecte italien, originaire de Sienne et averti du gothique français comme de l'art antique. Collaborateur et élève de Nicola Pisano, on lui doit le renouvellement du genre funéraire.

Après son apprentissage, il fut attaché à la cour de Charles 1er d'Anjou et renouvela son rapport avec les chantiers cisterciens, angevins et français où il fut en contact direct avec le langage du gothique rayonnant. À la suite de Charles d'Anjou, le sculpteur rejoignit Rome en 1277 puis Florence en 1296.

Source: Wikipédia


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur de la source figurée : Bologne de Jean,
Jean Bologne de (1529 - 1608)

Études à Rome et collaboration avec Michel-Ange. Importantes commandes de la famille Médicis. À l’origine d’un style dit « maniériste », il influença de nombreux sculpteurs français du 19e siècle.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur de la source figurée : di Lodovico Buonarroti Simoni Michelangelo, dit(e) Michel Ange,
Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni , dit(e) Michel Ange ( 6 mars 1475 - 18 février 1564)

Peintre, sculpteur, architecte et ingénieur.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur de la source figurée : Frémiet Emmanuel, sculpteur
Auteur de la source figurée : Goujon Jean,
Jean Goujon (1510 - 1565)

Sculpteur et architecte, les informations manquent sur les débuts de sa carrière. Ses premières œuvres connues datent de 1541 et 1542 : portes de Saint-Maclou, et tombeau de Louis de Brézé à Rouen. Il se rendra à Paris où il collaborera avec l’architecte Pierre Lescot et réalisera le jubé de l’église Saint-Germain-l’Auxerrois en 1544. Sculpteur du roi Henri II en 1547, il réalisera, pour l’Hôtel de ville, de grands panneaux de bois représentant les Douze mois de l’année, pour l’hôtel Carnavalet : La Renommée, Des enfants qui soutiennent des cartouches, La Force, La Vigilance.

Vers 1550, il sculpta les bas-reliefs de la fontaine des Innocents et exécuta plusieurs œuvres pour Le Louvre et décora le château d’Anet. Parmi ses œuvres répertoriées par le musée du Louvre, les sculptures d’une façade, Buste de Henri II, Diane appuyée sur un cerf (château d’Anet).

Le buste de Diane a été édité par des fondeurs d’art au XIXe siècle, dont Denonvilliers, sous l’appellation Diane de Poitiers. La fonderie d’art Durenne a édité des bas-reliefs, d’après l’œuvre de Jean Goujon : Saint Jean et l’aigle, Saint Marc et le lion, Saint Matthieu et l’ange, Saint Luc et le bœuf, La charité.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur de la source figurée : Greuze Jean-Baptiste,
Jean-Baptiste Greuze (21 août 1725 - 21 mars 1805)

Élève de Charles Grandon à Lyon puis à partir de 1750 de Charles-Joseph Natoire à l'Académie royale de peinture et de sculpture. Il part étudier à Rome de 1755 à 1757. Son œuvre est constituée de scènes de genre et de portraits. En 1769 il est élu à l'Académie comme peintre de genre.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre
Auteur de la source figurée : Orléans d' Marie,
Marie Orléans d' (12 avril 1813 - 6 janvier 1839)
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur de la source figurée : Pilon Germain,
Germain Pilon (v. 1528 - 1590)

Germain Pilon est, avec Jean Goujon, l'un des plus importants sculpteurs de la Renaissance française. Participant notamment à la réalisation des tombeaux des derniers Valois, ses œuvres témoignent de son appartenance au maniérisme.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur de la source figurée : Pradier Jean-Jacques, dit(e) James Pradier,
Jean-Jacques Pradier , dit(e) James Pradier (1790 - 1852)

Élève du baron Gérard et du sculpteur Lemot. Premier Grand prix de Rome en 1813. Première œuvre au Salon en 1819. Carrière brillante qui lui vaudra lui vaudra la réputation de plus grand sculpteur de la Monarchie de juillet. Œuvres académiques et d’un sensualisme libéré.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur de la source figurée : Rutxhiel Henri-Joseph,
Henri-Joseph Rutxhiel (1775 - 1837)

D'abord berger, il se tourne tardivement vers la sculpture. Il devient en 1800 l'élève de Jean-Antoine Houdon, puis du sculpteur Philippe-Laurent Roland et du peintre Jacques-Louis David. Il obtient en 1809 le prix de Rome de sculpture avec le relief Dédale attachant des ailes à son fils Icare, et part alors pour la villa Médicis.

Source: Wikipédia


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre
Auteur de la source figurée : Sanzio Raffaello, dit : Raphaël, dit(e) Raphaël,
Raffaello, dit : Raphaël Sanzio , dit(e) Raphaël (1483 - 1520)

Raffaello Sanzio, plus connu sous le nom de Raphaël, né le 6 avril 1483 à Urbino et mort le 6 avril 1520 à Rome, est un architecte et peintre de la Renaissance.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur de la source figurée : Bosio François Joseph,
François Joseph Bosio (1768 - 1845)

Élève de Pajou, avant d’avoir pour maître Canova au cours de son long séjour en Italie. Exposa au Salon de Paris. Il connut une grande vogue sous l’Empire et la Restauration qui lui valut les faveurs successives de Napoléon 1er, Louis XVIII, Charles X et Louis-Philippe et la décoration de la plupart des grands monuments édifiés à cette époque.

Il est, par exemple, l’auteur du quadrige en bronze qui surmonte l’arc de triomphe du Carrousel (1828) et du Louis XIV à cheval de la place des Victoires (1824). Le meilleur de son œuvre consiste en bustes de l’empereur et de sa famille ainsi que des rois de la Restauration.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur de la source figurée : Doré Gustave,
Gustave Doré (1832 - 1883)

Dessinateur, graveur, peintre et sculpteur. Outre une œuvre immense d’illustrateur et de peintre, Gustave Doré a réalisé 45 groupes, statues, bas-reliefs et pièces décoratives durant ses douze dernières années.

Il exposa comme sculpteur pour la première fois en 1877, puis jusqu’en 1882 et remporta en 1880 une médaille de troisième classe avec une statue de Madone.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur de la source figurée : Florentin Dominique,
Dominique Florentin (entre 1501 et 1506 - après 1570)

Domenico Rinucci, appelé aussi Domenico Del Barbiere, dit Dominique Florentin, peintre, sculpteur et architecte d'origine italienne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur
Auteur de la source figurée : Lavergne Claude, dit(e) Claudius Lavergne,
Claude Lavergne , dit(e) Claudius Lavergne (10 décembre 1815 - 31 décembre 1887)

Peintre-verrier actif de 1854 à 1886. Élève d’Ingres et de l’École des Beaux-Arts. Expose au Salon de 1838 à 1878. Troisième médaille en 1845. Il a fondé un atelier en 1857 à Paris, 74 rue d'Assas, puis 46 rue Madame.

Il était le père de Noël Lavergne et de Georges Lavergne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier
Auteur : Dupuy, architecte, (?)
Auteur : Comptoir général des fontes d'art de bâtiment et de fumisterie,
Comptoir général des fontes d'art de bâtiment et de fumisterie

Établissements industriels de fonderie créés en 1889 et ayant pour but la revente dans un dépôt unique sis au 78 quai de Jemmapes à Paris, la production des quatre associés: Chatel-Mathieu et Cie, Jean-Pierre Victor André, Edmond Capitain et Auguste Salin.

En 1891, le Comptoir est reconstitué entre les seuls Auguste Salin, Edmond Capitain, et Charlotte Gény son épouse. La raison sociale devient: Comptoir général des fontes de bâtiment et de fumisterie.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant
Auteur : Fonderies Capitain,
Fonderies Capitain

En 1831, Auguste Capitain s’associe avec son beau-frère Brocard pour construire un bocard à dix pilons et un patouillet au lieu-dit Bussy, sur la rive droite de la Marne. Le minerai de fer était essentiellement extrait sur la colline de Thonnance-lès-Joinville et descendait par un glissoir. L’atelier utilisait l’énergie hydraulique de la rivière pour concasser et laver le minerai qui était vendu aux forges environnantes.

En 1836 et 1837, Auguste Capitain et son frère Élophe construisent deux hauts-fourneaux réduisant le minerai en fonte de première fusion. Ils sont complétés, l’année suivante, par deux fours de seconde fusion.

En 1840, une nouvelle installation de traitement du minerai complète la précédente. Les hauts-fourneaux fonctionnent à l’air chaud. Élophe Capitain meurt en 1849. La société passe l'année suivante aux mains de la société Salin et cie, dirigée par Hyacinthe Salin, beau-frère d’Edmond Capitain (fils d’Auguste) alors âgé de 25 ans.

En 1855, l’usine est reliée au chemin de fer de Blesmes à Gray par un embranchement, ce qui lui permet de livrer 2 000 tonnes de pièces moulées et 600 tonnes de fonte d’affinage pour la fabrication du fer.

1861 voit la formation d'une nouvelle société, formée entre Hyacinthe Salin et Edmond Capitain, qui se substitue à la précédente.

En 1865, une soufflerie à vapeur permet aux hauts-fourneaux de produire, ensemble, 6 à 8 tonnes de fonte par jour. L'année suivante voit la construction d’un grand haut-fourneau circulaire. L’usine occupe 350 ouvriers.

En 1873, trois nouveaux cubilots sont installés, avec une soufflerie à vapeur de 6 chevaux. Chaque cubilot fournit 6 tonnes de fonte par jour, distribuées dans les halles de moulage. 12 grues de 4 à 30 tonnes de puissance permettent de couler, d’un seul jet, des pièces de 15 à 20 tonnes. Du matériel ferroviaire est fabriqué dans les nouveaux ateliers de construction mécanique. L’usine emploie 390 personnes qui produisent ou transforment plus de 7 000 tonnes de fonte. 56 familles d’ouvriers bénéficient des logements construits par l’usine.

En 1875, les Salin se retirent et une nouvelle société est créée entre Edmond Capitain et Charlotte Gény, son épouse et nièce de maîtres de forges : E. Capitain-Gény et Cie.

En 1878, Bussy obtient le Grand prix à l’Exposition universelle. 500 ouvriers travaillent à l’usine, dont 50 enfants. Il y a cinq cités et trois maisons ouvrières. Une politique sociale mutualisée avec le personnel est mise en place.

En 1879, Charlotte Capitain-Gény hérite des usines de Tampillon à Rachecourt-Suzémont et Montreuil-sur-Blaise.

En 1889, l’usine obtient une médaille à l’Exposition universelle de Paris. Elle y présente des pièces monumentales et des fontes d’art.

Entre 1889 et 1892, Edmond Capitain associe ses gendres Émile Ferry et Charles Lallemand. Une machine à vapeur de 100 chevaux est installée. Émile Ferry, fils du fondateur de Micheville, important groupe sidérurgique lorrain basé à Villerupt, sera co-gérant en 1895.

En 1896, la fonderie d’art Denonvilliers (Sermaize-les-Bains) est rachetée par le Comptoir Général des fontes d'art de bâtiment et de fumisterie, détenu pour moitié par E.Capitain-Gény et Cie. La fonderie produit des fontes d’art à l’usine du Rongeant (Suzannecourt).

En 1901, le haut-fourneau qui fonctionnait au coke et au charbon de bois depuis 1888 est éteint. Une fonderie d’acier moulé, alimentée par un four Martin-Siemens de 4 tonnes, diversifie la production.

En 1912, Micheville rachète les Forges de Marnaval, propriété des familles Giros, Lang et Robert-Dehault.

En 1914, Edmond Capitain et Émile Ferry font partie du puissant Comité des forges. L’usine est alimentée en énergie électrique. La Première Guerre mondiale décime le personnel. L'année suivante, à la demande du gouvernement, l’usine produit, pendant toute la guerre, 60 000 tonnes de fonte et d’acier livrés à l’armée. Les femmes tournent 15 tonnes d’obus par jour et fabriquent des grenades. L’usine est bombardée par l’aviation allemande en 1918.

En 1919, Edmond Capitain décède. Émile Ferry lui succède. L’usine devient Ferry-Capitain et Cie.

En 1943, Émile Ferry décède à son tour. Son fils Maurice Ferry lui succède. La société est intégrée au groupe CIF en 1967.

En 1970, Maurice Ferry décède et son fils Pierre Ferry lui succède.

Depuis 1997 et le décès de Pierre Ferry, sa fille Marthe Prunier continue le développement du groupe.

Sources: fontesdart.org et ferrycapitain.fr.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant
Auteur : Fonderies Denonvilliers,
Fonderies Denonvilliers

Léon Claude Denonvilliers (1816 - 1885) est considéré comme le premier fondeur de la famille Denonvilliers. Il a fondé une société avec son fils Maurice Marie Denonvilliers et Victor Célestin Saleur, ancien salarié de Barbezat, à Osne-le-Val. Du 1er juillet 1860 au 11 novembre 1872, la société ainsi formée avait la dénomination Saleur Jeune et compagnie, puis Société des hauts-fourneaux fonderie de Sermaize-sur-Saulx, du 12 juillet 1872 au 12 mars 1877, puis Denonvilliers L. Et Fils et Saleur Jeune, du 13 mars 1877 à 1891, et enfin Société Anonyme de Fonderies d'Art et de Bâtiment (anciens Établissements Denonvilliers), jusqu'à sa dissolution le 25 mars 1895. Cette dernière raison sociale a été donnée lors du rachat de la société par le Comptoir Général des Fontes d'art, de bâtiment et de fumisterie, détenu en 1891 par Auguste Salin, Edmond Capitain et Charlotte Gény, son épouse.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant
Auteur : Fonderies Durenne,
Fonderies Durenne

Les fonderies Durenne, Val d’Osne et Ducel sont très étroitement liées. En 1878, Le Val d'Osne racheta Ducel et en 1931, Durenne rachèta le Val d'Osne. Ces anciennes fonderies vivent aujourd’hui sous le label GHM (Générale d’Hydraulique et de Mécanique).

La qualité des fontes d’art de Durenne fut consacrée pour la première fois lors de l’Exposition internationale de 1862 à Londres. De grands sculpteurs comme Rouillard, Frémiet, Delabrière, Carrier-Belleuse, Capellaro, Mathurin Moreau, Nicolas Caïn, Bartholdi, etc. ont fourni des modèles pour la reproduction multiple.



Des commandes prestigieuses ont couronné cette production : deux des quatre chevaux ailés du pont Alexandre III à Paris (1900), la plupart des statues qui ornent aujourd’hui le parvis du musée d’Orsay (1878), les fontaines de Bordeaux (monument des Girondins), Melun et Edinburgh, l’éclairage de la place de la Concorde et des Champs-Élysées.

Source: https://e-monumen.net/patrimoine-monumental/durenne/ (historique détaillé)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant
Auteur : Fonderies Salin,
Fonderies Salin

Entre 1142 et 1147, Geoffroy III, premier sire de Joinville, fonda une abbaye cistercienne en l’honneur de la Vierge Marie, au lieu d’Écurey. La première mention d’une activité métallurgique sur le site actuel d’Écurey, ou à proximité immédiate, remonte à 1188. À cette époque le seigneur de Commercy, Simon de Broye, descendant de Geoffroy III, détacha de son domaine de Morley la terre de Froillet qu’il donna à l’abbaye d’Écurey avec droit de l’essarter, d’y tirer de la mine et d’y établir des forges. C’est le premier acte relatif à une activité métallurgique dans le Barrois.

En 1545, la forge d’Écurey est au lieu-dit Grandpré, près de la Grange-Allard.

On trouve encore mention d’une forge et d’« un fourneau à fondre le fer » en 1625, mais toute activité est cessée en 1649, lors de son transfert à 3km en amont, à l’emplacement de l’actuelle ferme du Fourneau.

Jean-Baptiste Vivaux acquit l’abbaye en 1796 et transforma les bâtiments en exploitation agricole.

La fonderie d’Écurey fut créée en 1842 sur le site de cette ancienne abbaye. Les fondateurs de la fonderie, Eloi et Louis-Alexandre Vivaux, fils de Jean-Baptiste, s’étaient spécialisés dans la fabrication de fontes de première et seconde fusion pour le bâtiment et les articles culinaires.

Un haut-fourneau fut construit en 1842. Un bocard à minerai fut établi en 1845 dans l’ancien moulin de l’abbaye. L’usine fut agrandie en 1855 avec la construction d’une halle à couler et de deux halles à charbon, ultérieurement transformées en logements d’ouvriers. À la suite d’affaires difficiles, les frères Vivaux vendirent Écurey en 1876 à Auguste Salin (1848-1919), déjà acquéreur en 1875 de la fonderie de Dammarie-sur-Saulx. (Le fourneau de Dammarie-sur-Saulx avait été créé par des chaudronniers auvergnats en 1590. Son expansion est liée à l’arrivée des frères Vivaux en 1840 qui introduisirent des techniques de productions modernes). Salin spécialisera Ecurey dans les petites pièces et fontes décoratives et de bâtiment.

Au même moment, 1877, la fonderie Colas de Montiers-sur-Saulx connaissait ses premières difficultés qui aboutirent à la liquidation de l’établissement qui est mis en vente le 20 juin 1881. Rachetée par Arsène Turquet, gendre de Marcel Colas (1813-1895), la fonderie Colas fera faillite en 1888. L’usine, le matériel et les modèles sont également rachetés par Auguste Salin qui fait procéder en 1892 à la démolition du haut-fourneau de Montiers et revend les bâtiments en 1894, en y attachant une clause de non-concurrence qui interdit, pendant 99 ans, toute activité industrielle liée à la métallurgie.

En 1882, la fonderie d’Écurey commence sa modernisation : 1882, une nouvelle halle ; entre 1892 et 1895, des magasins industriels et la conciergerie ; en 1896, des logements ouvriers supplémentaires ; en 1897, l’école ; en 1901, la chapelle.

En 1897, la société Salin rachète tout ou partie des modèles de fontes d’art et d’ornement de la fonderie Denonvilliers, de Sermaize-les-Bains qui avait cessé sa production l’année précédente.

Auguste Salin (1848-1918) avait des associés et le 31 Janvier 1894, une société à commandite simple fut formée sous la raison sociale A. Salin et Cie. Les familles Salin et Capitain-Gény étaient unies par des liens de parenté et d’affaires.

Auguste Salin et Edmond Capitain fondèrent en association le Comptoir général des fontes d'art, de bâtiment et de fumisterie dont le siège était 78 quai de Jemmapes, à Paris Xe, ancienne adresse de la maison Colas Frères de Montiers-sur-Saulx. Ce comptoir existe encore, son siège est aujourd’hui à Noisy-le-Sec.

Une nouvelle société vit le jour après les décès d’Auguste Salin (sept. 1918) et de son frère Edmond, sous la raison sociale Salin P. E. et Cie. Elle avait comme seuls associés en nom collectif et gérants les deux fils d’Auguste Salin, Pierre et Édouard et leur sœur Marie-Henriette. La raison sociale devint le 7 mars 1929 Salin P. et Cie, avec comme seul gérant Pierre Salin. Édouard se consacra à l’archéologie et fut le fondateur, avec Albert France-Lanord, du laboratoire de recherche archéologique du Musée lorrain de Nancy, en 1950. Il offrit une partie du parc de son château de Montaigu à Laneuveville-devant-Nancy pour la construction du Musée de l’Histoire du Fer.

À la mort de Pierre Salin (28 février 1942), son fils aîné Jean (né en 1913, prit la direction des deux usines, secondé jusqu’en 1945 par son beau-frère Jean Bommelaer. Il quitta son poste de président-directeur-général le 1er janvier 1980 et mourut deux ans plus tard, en 1982.

À partir de cette date, diverses restructurations eurent lieu afin de faire face à une situation économique peu favorable. La spécialité de l’usine était la fonte d’ornement, acitivité qui cessa progressivement vers 1960 et fut remplacée par le coulage de fonte pour l’industrie. Dans un premier temps, l’établissement d’Écurey fut transféré et rattaché au siège et établissement principal de Dammarie, le 21 décembre 1985, puis le 15 juillet 1987 eut lieu la cessation complète d’activité. Le 20 novembre 1987 intervint la liquidation de la S.A. Usines de Dammarie et d’Écurey Salin. La famille Salin se retira de la société.

Dammarie passera aux mains de la famille Durand (Joinville) en 1987, puis dans celle d’un industriel d’origine italienne, avant d’être rachetée par les Fonderies de Brousseval et Montreuil qui poursuivent l’activité de fontes mécaniques et artistiques.

Des pièces en bronze seront élaborées entre 1897 et 1914, mais la spécialité de l’usine est la fonte d’ornement, qui cessa progressivement vers 1960 et fut remplacée par le coulage de fontes pour l’industrie. L’usine ferma en 1986 à la suite de la concentration des fabrications dans l’usine de Dammarie-sur-Saulx (toujours en activité à ce jour – 2014 – Fonderies & ateliers Salin, actuelle propriété de la Société G.H.M, Générale d’hydraulique et de mécanique).

Le magasin à modèles de fontes d’ornement a été heureusement conservé dans son intégralité.

Il est toujours difficile, voire impossible, de définir si une statue rencontrée vient de Montiers, de Sermaize ou d’Écurey, toute marque de fondeur ou de date étant le plus souvent absente. Le fonds de modèles décoratifs est constitué par des rachats ou des acquisitions nouvelles : rachat en 1888 d’une partie du fonds Turquet (Montiers-sur-Saulx), rachat avec Capitain-Gény (1892) du fonds Thiriot rachat avec Capitain-Gény (1896) du fonds Denonvilliers. Quant à la liste des statues que l’on trouve en tête des catalogues d’Écurey de 1897 et 1912, sous le titre Liste des principaux monuments exécutés par nous-mêmes et par la Société Denonvilliers de Sermaize, dont nous avons repris la suite, elle ne comporte que des monuments, souvent considérables, exécutés par Denonvilliers. Elle prend fin en 1897 avec les « Quatre grands chevaux reptiles pour la ville de Bordeaux » (monument des Girondins) qui sont mentionnés dans l’inventaire des modèles de Denonvilliers. Il faut noter que la fabrication des fontes d’art à Écurey a réellement pris son essor en 1896, à la suite du rachat des établissements Denonvilliers dont de nombreux modèles sont encore proposés par le catalogue de 1912 (pages 775-780), sont conservés, souvent en mauvais état et ont été acquis par la communauté de communes de la Haute-Saulx.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant
Auteur : Fonderies de Tusey,
Fonderies de Tusey

Fonderies de Tusey, Gasne, Muel, Muel et Wahl, Zégut, Dufilhol, Dufilhol et Chapal, Chevailler.

1ère période (1832-1840)

Adresse : Tusey (55, Vaucouleurs).

Magasins en 1837 : 5 rue au Maire (Aumaire), à Paris IIIe.

Créées en 1832 par Pierre Adolphe Muel, issu d’une famille de maîtres de forges vosgiens, les fonderies de Tusey s’orientent, dès l’origine, vers la fabrication d’objets artistiques en fonte de fer.La production de statues a été prévue avec l’utilisation de châssis en bois ou en fonte pour remplacer la coulée en fosse, ce qui réduit considérablement le coût.Le sable vert de Cousances (Cousances-les-Forges, Meuse, arr. Bar-le-Duc, c. Ancerville) ou d’Hévilliers (Meuse, arr. Bar-le-Duc, c. Montiers-sur-Saulx), pour remplacer la terre, apporte une meilleure qualité de la pièce coulée, principalement pour les statues et œuvres d’art.L’almanach du commerce de 1837 indique l’adresse de Tusey, la forge Muel étant représentée par H. Wahl : 5 rue au Maire (Aumaire), à Paris IIIe (Wahl est déjà revendeur des fers d’Abainville (Meuse, arr. Commercy, c Gondrecourt-le-Château) usine qui est propriété du frère de Muel).

Muel coulera les 2 fontaines, ainsi que 16 colonnes rostrales de la place de la Concorde (1834-1837). Ce mobilier urbain en fonte, symbole de l’union de l’Art et de l’Industrie, est le premier et magistral exemple d’une production qui va révolutionner l’urbanisme et exporter un art de vivre français dans le monde entier.Dans son traité : De la Fonderie telle qu’elle existe en France… André Guettier, professeur à l’École royale des Arts et métiers d’Angers, et ancien directeur de la fonderie de Tusey (1839-1843), décrit précisément les techniques de fabrication et de revêtement des fontaines de la place de la Concorde. Il témoigne ainsi d’un savoir-faire parfaitement maîtrisé dès la première moitié du XIXe siècle.

2e période (1840-1862)

Muel s’associera à Wahl en 1840. Muel fait faillite en 1843. En 1844, est créée par la famille Barbe et Schmitz de Nancy la Société des usines et fonderies de Tusey. Départ de Schmitz. L’usine passe aux propriétaires : Muel, Wahl et Cie jusqu’au décès de Muel en 1862.

3e période (1862-1864)

Louis-Constant Liandier devient propriétaire dans le courant de l’année 1862. Il place Édouard Zégut à la direction de l’usine (1862-1874). Liandier est déclaré en faillite le 25 janvier 1864.

4e période (1864-1866)

Les fonderies passent dans les mains de Jean-Baptiste Charles Barbe et François Barbe, négociants à Nancy. Zégut reste directeur. Il devient propriétaire à la suite des difficultés financières de la famille Barbe qui fait faillite à Liverdun en 1867.

5e période (1866-1874-1878)

Édouard Nicolas Zégut, régisseur de la fonderie du Val d’Osne jusqu’en 1855 est un ancien associé du fondeur d’art haut-marnais Durenne à Sommevoire qui appartient à Viry. Il y est indiqué comme maître de forges. Il est maire de la commune jusqu’en décembre 1862, date à laquelle il quitte Sommevoire pour s’installer à Tusey. Il devient propriétaire des fonderies de Tusey en 1866. L’inventaire de 1869 montre une augmentation importante des modèles. Zégut poursuit l’activité de Tusey jusqu’à sa mort en 1874. Sa veuve et ses héritiers poursuivent l’activité jusqu’à la vente courant 1878 à Joseph Baron, propriétaire à Paris. Puis la famille Zégut quitte Tusey.

6e période (1878-1884)

La période Baron laisse peu de traces. Sa fin, en 1884, mouvementée sur le plan juridique s’achève par la surenchère de Louis Gasne qui achète la fonderie.

7e période (1884-1896)

Louis Gasne succède à Zégut en 1874 et rachète la fonderie en 1884. Il en sera à la tête pendant plus de 20 ans (1874-1896). Il prend l’habitude de signer ses productions d’un cachet bien visible « Louis Gasne, maître de forges à Tusey ». En 1887, l’entreprise prend de l’importance. 1889 est l’année de tous les succès. Lors de l’Exposition universelle, il remporte une médaille d’or : fournitures de fontes décoratives pour les deux pavillons de l’architecte Formigé, présentation de statues profanes et religieuses et la fontaine monumentale du sculpteur Saint-Vidal sous la tour Eiffel (fontaine représentant les cinq parties du monde, titre exact : La Nuit essayant d’arrêter le génie de la lumière qui s’efforce d’éclairer la vérité. cf. Francis de Saint-Vidal dans Wikipédia). Il expose des produits liés au centenaire qu’il va commercialiser habilement. Les catalogues de 1892 témoignent de l’éclectisme de la production de Tusey. En 1896, il vend Tusey à Dufilhol et Chapal. Il mourra à Paris en 1913.En 1901, Gasne rachète la « Société anonyme de fonderie artistique » à la fonderie Thiébaut, dirigée alors par Victor Thiébaut, le fonds représentant la branche artistique de l’entreprise. Il installe alors ses ateliers 28 rue Guersant dans le 17e, pratiquant à la fois la fonte au sable et à la cire perdue. Il travaille pour Rodin, mais peu de temps puisqu’il revend en 1906 sa société « Gasne successeur de Thiébaut frères » à Joseph Malesset. Le fait que Gasne ait pratiqué à Tusey, en plus de la fonte au sable, la fonte à cire perdue, fait rarissime pour l’époque et unique pour un fondeur travaillant industriellement, et qu’il ait été repreneur de Thiébaut par la suite, laisse présumer d’un intérêt sensible pour les bronzes d’art qui ne fit que décroître après son départ.

Zégut puis Gasne contracteront un accord avec Louis Thiriot, propriétaire de modèles à Paris (92, rue Amelot). Quelques modèles Thiriot apparaissent dans le catalogue Zégut. Celui de Gasne (1888-1889) comporte tous les modèles du catalogue Thiriot (1887).

8e période (1896-1898)

Le passage de Gaston Chapal (1871- †1921) à Tusey sera de courte durée. En 1895, il est nommé ingénieur aux fonderies de Tusey, où il devient associé (Société Dufilhol & Chapal). En 1898, il reprend, avec son père, les fonderies et ateliers de Kerloc, à Auray. Il dirige, dans le même temps, les scieries et ateliers de Voutenay (Yonne).

9e période (1898-1904)

Dufilhol poursuit seul l’activité des fonderies jusqu’à la faillite de 1904. Lors de l’Exposition universelle de 1899, la fonderie de Tusey expose notamment un Valet de chien de Dagonet en fonte de fer, du mobilier urbain, des monuments et des pièces ornementales en fonte. Dufilhol enrichira le fonds de modèles artistiques. L’entreprise réalise essentiellement des travaux d’édition et quelques monuments : statue de Vercingétorix à Gien, monument commémoratif à Laon.

10e période (1904-1935)

En 1904, après la faillite de Dulfilhol, la fonderie devient la propriété de Laurent Chevailler, entrepreneur à Tunis. Il produira des grenades « citron » pendant la Guerre de 1914-1918. Après la guerre, il produira des monuments aux morts et cessera la production de fontes d’art autour de 1920. Il commence à produire des pièces mécaniques qui constitueront bientôt l’essentiel de la production. À sa mort, les fonderies de Tusey poursuivent leur activité sous la dénomination Les héritiers de L. Chevailler jusqu’en 1935. Il existe un catalogue de 1925 ne comportant plus de fontes d’art, mais simplement des éléments de serrurerie : balcons, appuis de croisées… De 1930 à 1935, date de sa mise en faillite, l’entreprise connaît une chute vertigineuse. La société sera reprise par Pierre Esch en 1935.

11e période (1935-1963)

En octobre 1935, Pierre Esch loue les locaux aux héritiers Chevailler pour exploiter la fonderie. En octobre 1949, la fonderie de Tusey fusionne avec une autre fonderie de Vaucouleurs, créée au XIXe siècle : la « Société anonyme des ateliers et fonderies de la Meuse » (ancienne Fonderie Jeanne d’Arc). La nouvelle société prend le nom d’Ateliers et Fonderies de Tusey et de la Meuse, puis Fonderies de Vaucouleurs en 1961.

Les deux sites existent jusqu’en 1963, date de la fermeture de l’usine de Tusey : le personnel rejoint le site de Vaucouleurs qui poursuit son activité.

Les modèles de Tusey seront rachetés par Capitain-Gény et Salin (maîtres de forges et beaux-frères) à une date indéterminée. Un certain nombre d’entre eux figurent aujourd’hui dans le fonds de modèles Ferry-Capitain. Le fonds Salin a été acquis par la communauté de communes de la Haute-Saulx.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant
Auteur : Fonderies d'art du Val d’Osne,
Fonderies d'art du Val d’Osne

Créé en 1836 par Jean-Pierre Victor André, pour fabriquer du mobilier urbain et de la fonte décorative, le Val d’Osne devient rapidement la plus importante fonderie d’art de France. La réputation de ses productions est le fruit du mariage particulièrement heureux de l’art et de l’industrie.

Sous l’appellation André, Barbezat puis Fourment-Houille, le Val d’Osne poursuit un parcours industriel et artistique sans faute, émaillé de récompenses à toutes les Expositions universelles du XIXe siècle.


Ce fonds sera enrichi par celui de la fonderie d’art Ducel (Pocé-sur-Cisse), racheté en 1878. Certains modèles comme La Source de Sauvageau, Neptune de Dubray, la Source à l’enfant d’Iselin ou la Jeune fille à la conque de Loison, sont de grands classiques dont le Val d’Osne poursuivra l’édition et la diffusion.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant
Auteur : F.V.L (Frédéric Vermare, Lyon),
F.V.L (Frédéric Vermare, Lyon)

Sculpteur et éditeur de statues religieuses à Lyon, il fut le fils et l'élève du sculpteur Pierre Vermare, et le frère d'André-César Vermare. Il édita sous la signature F.V.L les œuvres de l'entreprise familiale.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant
Auteur : La statue religieuse (Maison Raffl),
La statue religieuse (Maison Raffl)

Fabricant de statues religieuses et de mobilier d’église.

Cette maison a connu de nombreux propriétaires : Raffl (1857), Froc-Robert (1903), Pacheu-Lecaron & Peaucelle, Peaucelle-Coquet, Raphaël Casciani, Cachal-Froc (1907), Frédiani, Verrebout, Delon, Costet, Salvatore Marchi, Besand, Solon, Poiret, Blondeau, Senart et Cie, Arnoult, A. Bogino jeune et Cie, Lagarde, Pillet.

La fabrique Marchi Veuve Salvatore et fils (18, 28 et 30 passage Choiseul à Paris IIe) a été rachetée par la Maison Raffl en 1889.

Peaucelle-Coquet et fils, maison fondée en 1860, 93 rue de Sèvres, Paris. En 1893 Auguste Peaucelle (1865-1941), rachète la Maison Peaucelle-Coquet exploitée par ses parents. Elle prend alors le nom de Peaucelle. Elle est absorbée en 1898.

Raffl, avant 1903, rachète les fabriques Raphaël Casciani (137 rue de Rennes, Paris VIe) et Cachal-Froc (30-32 rue Vavin, Paris, Vie), et en 1903 Delin-Frères.

En 1903 la Maison Raffl a acquis la Société Blondeau, Senart et Cie. Maison fondée en 1852 par Besand, architecte et sculpteur, dirigée de 1863 à 1888 par Froc-Robert (Désiré) sous la marque Froc-Robert et fils Paris (38 rue Bonaparte). Ce mouleur sur plâtre possédait également un atelier à Beauvais qui lui a donné un développement considérable et de 1888 à 1896 par M. Poiret.

Depuis le 1er mars 1907 les Maison Raffl, Froc-Robert, Peaucelle, Peaucelle-Coquet, Raphaël Casciani et Cachal-Froc, sont réunies sous le nom de Maison Raffl.

Le 1er avril 1907, il s’associe avec Yvonick Pacheu et Lecaron afin de créer La statue religieuse.

- Le catalogue Raffl n° 52 - non daté - ajoute à sa liste Bogino A. Jeune et Cie, sculpteurs-éditeurs, 137 rue de Rennes, Paris Vie.

- Le catalogue Raffl n° 5 - non daté - ajoute à sa liste Lagarde, Pillet

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant
Auteur : Maison Gousset,
Maison Gousset

Rue saint-Etienne à Lyon. La Maison Gousset deviendra à la fin du XIXe siècle la Maison P. Vermare.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant
Auteur : Maison Laugier, fabricant
Auteur : Maison Raffl,
Maison Raffl

Sur la maison Raffl, voir : Pauline Carminati, "Publication : la maison Raffl, 1796-1956", Raffl & Cie [en ligne], 26/12/2016. Lien : https://raffl.hypotheses.org/467.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant
Auteur : Marron M, fabricant
Auteur : Poiret H,
H Poiret

Éditeur de statues et mobilier religieux qui sera absorbé par la maison La Statue Religieuse, 6’, rue Bonaparte à Paris. Le fondeur d’art Denonvilliers a édité en série un grand nombre de modèles Poiret.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant
Auteur : Trouchaud Auguste, fabricant
Auteur : Veuve D. Saudinos-Ritouret, fabricant
Atelier ou école : Atelier de moulage du Louvre, atelier

Références documentaires

Documents d'archives
  • Fonderies Denonvilliers. Inventaire des modèles de fonderie suite à la liquidation de la société, 1896.

    Collection privée, ASPM
Bibliographie
  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L. Baschet, 1864. ISSN : 2276-0075.

  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L.Baschet, 1867. ISSN : 2276-0075.

  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L.Baschet, 1868. ISSN : 2276-0075.

  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L. Baschet, 1869. ISSN : 2276-0075.

  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L.Baschet, 1874. ISSN : 2276-0075.

    Bibliothèque nationale de France, Paris
  • Cercle de l'Union artistique, 1878. ISSN-L 1246-0184.

  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L. Baschet, 1879. ISSN : 2276-0075.

  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L.Baschet, 1880. ISSN : 2276-0075.

    Bibliothèque nationale de France, Paris
  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L.Baschet, 1882. ISSN : 2276-0075.

    Bibliothèque nationale de France, Paris
  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L.Baschet, 1886. ISSN : 2276-0075.

    Bibliothèque nationale de France, Paris
  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L.Baschet, 1887. ISSN : 2276-0075.

    Bibliothèque nationale de France, Paris
  • THIRIOT, L. Album des fontes d'art de Louis Thiriot. Paris : Sgap, 3 rue de l’Échelle, 1887.

    Collection privée, ASPM
  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L.Baschet, 1889. ISSN : 2276-0075.

    Bibliothèque nationale de France, Paris
  • Hauts-fourneaux et fonderies à Sommevoire (Haute-Marne). A. Durenne, maître de forges. Album général des planches publiées antérieurement au 31 décembre 1889, 1889.

    Collection privée, ASPM
  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L.Baschet, 1890. ISSN : 2276-0075.

  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L.Baschet, 1894. ISSN : 2276-0075.

    Bibliothèque nationale de France, Paris
  • Société anonyme des fonderies d’art, de bâtiment et de fumisterie (anciens établissements Denonvilliers). Haut fourneau, fonderies de fer, de bronze et de cuivre et ateliers de construction à Sermaize sur Saulx (Marne). Catalogue commercial, 1894 (date manuscrite).

    Collection privée, ASPM
  • DUMAS, F-G (dir.). Catalogue illustré du Salon. Paris : Librairie d'art L.Baschet, 1895. ISSN : 2276-0075.

    Bibliothèque nationale de France, Paris
  • Hauts-fourneaux fonderies et ateliers de constructions de Tusey (Meuse). P. Dufilhol & Chapal, maîtres de forges. Album des fontes d'ornements, fontes d'art, fontes religieuses,1896.

    Collection privée, ASPM
  • Comptoir général des fontes d'art, de bâtiment et de fumisterie. Album série B, c. 1900.

    Collection privée, ASPM
  • Société anonyme des fonderies d'art du Val d’Osne. Album n°2, fontes d’art, 1900.

    Collection privée, ASPM
  • Société des usines de Dammarie et Ecurey. A. Salin & Cie, maîtres de forges. Hauts-fourneaux, fonderies et ateliers de construction. Catalogue commercial, c. 1900.

    Collection privée, ASPM
  • E.Capitain-Gény & Cie. Album général des fontes d’art et de bâtiment, 1900-1908.

    Collection privée, ASPM
  • E. Capitain-Gény & Cie. Album général des fontes d’art et de bâtiment, articles religieux, funéraires et de jardin, poterie, chauffage et fumisterie, 1911.

    Collection privée, ASPM
  • Ferry-Capitain et Cie. Fonderies de fonte et d'acier. Ateliers de construction. Album des fontes de Série, fascicule n°8, fontes d'art, statues religieuses, 1928.

    Collection privée, ASPM
  • La Statue religieuse. Statues religieuses et chemins de croix artistiques, ameublement d'églises. Pacheu, Lecaron et Peaucelle. Catalogue n°59, non daté.

    Collection privée, ASPM
Périodiques
  • Le Monde illustré. Deuxième semestre, 1857. ISSN 0996-228X.

  • Le Monde illustré. Édition du 6 septembre 1902, n°2371. ISSN 0996-228X.

  • Le Petit Journal. Édition du 16 juin 1925, n°22797. ISSN 1256-0464.

    Bibliothèque nationale de France, Paris
  • DELVAUX, Guillaume. Zoom sur le monument à Eugène Carada. Fontes, n°108, avril 2018, p. 26-27.

    Collection privée, ASPM
  • MOURIN, Samuel. Le Monument à la Mémoire des Enfants ... . Fontes, n°108, avril 2018.

    Collection privée, ASPM
(c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Région Grand-Est - Inventaire général ; (c) ASPM - Delvaux Guillaume - Isnard Isabelle