Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominations statue
Titres Christ en croix
Aire d'étude et canton Wassy - Haute-Marne
Adresse Commune : Dommartin-le-Franc
Adresse : rue de Chanlaire

Modèle de fonderie en fonte de fer édité par la Maison Poiret, mentionné dans l'inventaire de 1896 qui fait suite à la reprise des établissements Denonvilliers par le Comptoir général des fontes d'art, de bâtiment et de fumisterie, détenu par Auguste Salin et Edmond Capitain.

On retrouve ce modèle dans les catalogues du Comptoir général des fontes d'art, de bâtiment et de fumisterie, c. 1900, planche 2, série saint Pierre de Rome (proposé en 0,45 m, 0,50 m, 0,60 m, 0,70 m, 0,80 m, 0,90 m, 1,00 m, 1,15 m, 1,25 m, 1,40 m, 1,50 m, 1,70 m, 1,90 m et 5,00 m de hauteur), et Ferry-Capitain de 1928, planches 1 et 2, série saint Pierre de Rome (proposé en 0,40 m, 0,45 m, 0,50 m, 0,60 m, 0,70 m, 0,85 m, 0,90 m, 1,04 m, 1,15 m, 1,25 m, 1,40 m, 1,57 m, 1,73 m et 1,90 m de hauteur).

On retrouve également ce modèle dans les catalogues Tusey de 1896, planche AS, modèle n° 91 (proposé en 1,65 m et 3,00 m de hauteur), et Salin, c. 1900, planche 883, série saint Pierre de Rome (proposé en 0,45 m, 0,60 m, 0,80 m, 0,90 m, 1,00 m, 1,25 m, 1,50 m et 1,90 m de hauteur).

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source
Stade de création chef-modèle
Auteur(s) Auteur : Poiret H,
H Poiret

Éditeur de statues et mobilier religieux qui sera absorbé par la maison La Statue Religieuse, 6’, rue Bonaparte à Paris. Le fondeur d’art Denonvilliers a édité en série un grand nombre de modèles Poiret.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
éditeur, attribution par source
Auteur : Fonderies Denonvilliers,
Fonderies Denonvilliers

Léon Claude Denonvilliers (1816 - 1885) est considéré comme le premier fondeur de la famille Denonvilliers. Il a fondé une société avec son fils Maurice Marie Denonvilliers et Victor Célestin Saleur, ancien salarié de Barbezat, à Osne-le-Val. Du 1er juillet 1860 au 11 novembre 1872, la société ainsi formée avait la dénomination Saleur Jeune et compagnie, puis Société des hauts-fourneaux fonderie de Sermaize-sur-Saulx, du 12 juillet 1872 au 12 mars 1877, puis Denonvilliers L. Et Fils et Saleur Jeune, du 13 mars 1877 à 1891, et enfin Société Anonyme de Fonderies d'Art et de Bâtiment (anciens Établissements Denonvilliers), jusqu'à sa dissolution le 25 mars 1895. Cette dernière raison sociale a été donnée lors du rachat de la société par le Comptoir Général des Fontes d'art, de bâtiment et de fumisterie, détenu en 1891 par Auguste Salin, Edmond Capitain et Charlotte Gény, son épouse.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
atelier de fabrication, attribution par source
Auteur : Comptoir général des fontes d'art de bâtiment et de fumisterie,
Comptoir général des fontes d'art de bâtiment et de fumisterie

Établissements industriels de fonderie créés en 1889 et ayant pour but la revente dans un dépôt unique sis au 78 quai de Jemmapes à Paris, la production des quatre associés: Chatel-Mathieu et Cie, Jean-Pierre Victor André, Edmond Capitain et Auguste Salin.

En 1891, le Comptoir est reconstitué entre les seuls Auguste Salin, Edmond Capitain, et Charlotte Gény son épouse. La raison sociale devient: Comptoir général des fontes de bâtiment et de fumisterie.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
atelier de fabrication, attribution par source
Auteur : Fonderies Salin,
Fonderies Salin

Entre 1142 et 1147, Geoffroy III, premier sire de Joinville, fonda une abbaye cistercienne en l’honneur de la Vierge Marie, au lieu d’Écurey. La première mention d’une activité métallurgique sur le site actuel d’Écurey, ou à proximité immédiate, remonte à 1188. À cette époque le seigneur de Commercy, Simon de Broye, descendant de Geoffroy III, détacha de son domaine de Morley la terre de Froillet qu’il donna à l’abbaye d’Écurey avec droit de l’essarter, d’y tirer de la mine et d’y établir des forges. C’est le premier acte relatif à une activité métallurgique dans le Barrois.

En 1545, la forge d’Écurey est au lieu-dit Grandpré, près de la Grange-Allard.

On trouve encore mention d’une forge et d’« un fourneau à fondre le fer » en 1625, mais toute activité est cessée en 1649, lors de son transfert à 3km en amont, à l’emplacement de l’actuelle ferme du Fourneau.

Jean-Baptiste Vivaux acquit l’abbaye en 1796 et transforma les bâtiments en exploitation agricole.

La fonderie d’Écurey fut créée en 1842 sur le site de cette ancienne abbaye. Les fondateurs de la fonderie, Eloi et Louis-Alexandre Vivaux, fils de Jean-Baptiste, s’étaient spécialisés dans la fabrication de fontes de première et seconde fusion pour le bâtiment et les articles culinaires.

Un haut-fourneau fut construit en 1842. Un bocard à minerai fut établi en 1845 dans l’ancien moulin de l’abbaye. L’usine fut agrandie en 1855 avec la construction d’une halle à couler et de deux halles à charbon, ultérieurement transformées en logements d’ouvriers. À la suite d’affaires difficiles, les frères Vivaux vendirent Écurey en 1876 à Auguste Salin (1848-1919), déjà acquéreur en 1875 de la fonderie de Dammarie-sur-Saulx. (Le fourneau de Dammarie-sur-Saulx avait été créé par des chaudronniers auvergnats en 1590. Son expansion est liée à l’arrivée des frères Vivaux en 1840 qui introduisirent des techniques de productions modernes). Salin spécialisera Ecurey dans les petites pièces et fontes décoratives et de bâtiment.

Au même moment, 1877, la fonderie Colas de Montiers-sur-Saulx connaissait ses premières difficultés qui aboutirent à la liquidation de l’établissement qui est mis en vente le 20 juin 1881. Rachetée par Arsène Turquet, gendre de Marcel Colas (1813-1895), la fonderie Colas fera faillite en 1888. L’usine, le matériel et les modèles sont également rachetés par Auguste Salin qui fait procéder en 1892 à la démolition du haut-fourneau de Montiers et revend les bâtiments en 1894, en y attachant une clause de non-concurrence qui interdit, pendant 99 ans, toute activité industrielle liée à la métallurgie.

En 1882, la fonderie d’Écurey commence sa modernisation : 1882, une nouvelle halle ; entre 1892 et 1895, des magasins industriels et la conciergerie ; en 1896, des logements ouvriers supplémentaires ; en 1897, l’école ; en 1901, la chapelle.

En 1897, la société Salin rachète tout ou partie des modèles de fontes d’art et d’ornement de la fonderie Denonvilliers, de Sermaize-les-Bains qui avait cessé sa production l’année précédente.

Auguste Salin (1848-1918) avait des associés et le 31 Janvier 1894, une société à commandite simple fut formée sous la raison sociale A. Salin et Cie. Les familles Salin et Capitain-Gény étaient unies par des liens de parenté et d’affaires.

Auguste Salin et Edmond Capitain fondèrent en association le Comptoir général des fontes d'art, de bâtiment et de fumisterie dont le siège était 78 quai de Jemmapes, à Paris Xe, ancienne adresse de la maison Colas Frères de Montiers-sur-Saulx. Ce comptoir existe encore, son siège est aujourd’hui à Noisy-le-Sec.

Une nouvelle société vit le jour après les décès d’Auguste Salin (sept. 1918) et de son frère Edmond, sous la raison sociale Salin P. E. et Cie. Elle avait comme seuls associés en nom collectif et gérants les deux fils d’Auguste Salin, Pierre et Édouard et leur sœur Marie-Henriette. La raison sociale devint le 7 mars 1929 Salin P. et Cie, avec comme seul gérant Pierre Salin. Édouard se consacra à l’archéologie et fut le fondateur, avec Albert France-Lanord, du laboratoire de recherche archéologique du Musée lorrain de Nancy, en 1950. Il offrit une partie du parc de son château de Montaigu à Laneuveville-devant-Nancy pour la construction du Musée de l’Histoire du Fer.

À la mort de Pierre Salin (28 février 1942), son fils aîné Jean (né en 1913, prit la direction des deux usines, secondé jusqu’en 1945 par son beau-frère Jean Bommelaer. Il quitta son poste de président-directeur-général le 1er janvier 1980 et mourut deux ans plus tard, en 1982.

À partir de cette date, diverses restructurations eurent lieu afin de faire face à une situation économique peu favorable. La spécialité de l’usine était la fonte d’ornement, acitivité qui cessa progressivement vers 1960 et fut remplacée par le coulage de fonte pour l’industrie. Dans un premier temps, l’établissement d’Écurey fut transféré et rattaché au siège et établissement principal de Dammarie, le 21 décembre 1985, puis le 15 juillet 1987 eut lieu la cessation complète d’activité. Le 20 novembre 1987 intervint la liquidation de la S.A. Usines de Dammarie et d’Écurey Salin. La famille Salin se retira de la société.

Dammarie passera aux mains de la famille Durand (Joinville) en 1987, puis dans celle d’un industriel d’origine italienne, avant d’être rachetée par les Fonderies de Brousseval et Montreuil qui poursuivent l’activité de fontes mécaniques et artistiques.

Des pièces en bronze seront élaborées entre 1897 et 1914, mais la spécialité de l’usine est la fonte d’ornement, qui cessa progressivement vers 1960 et fut remplacée par le coulage de fontes pour l’industrie. L’usine ferma en 1986 à la suite de la concentration des fabrications dans l’usine de Dammarie-sur-Saulx (toujours en activité à ce jour – 2014 – Fonderies & ateliers Salin, actuelle propriété de la Société G.H.M, Générale d’hydraulique et de mécanique).

Le magasin à modèles de fontes d’ornement a été heureusement conservé dans son intégralité.

Il est toujours difficile, voire impossible, de définir si une statue rencontrée vient de Montiers, de Sermaize ou d’Écurey, toute marque de fondeur ou de date étant le plus souvent absente. Le fonds de modèles décoratifs est constitué par des rachats ou des acquisitions nouvelles : rachat en 1888 d’une partie du fonds Turquet (Montiers-sur-Saulx), rachat avec Capitain-Gény (1892) du fonds Thiriot rachat avec Capitain-Gény (1896) du fonds Denonvilliers. Quant à la liste des statues que l’on trouve en tête des catalogues d’Écurey de 1897 et 1912, sous le titre Liste des principaux monuments exécutés par nous-mêmes et par la Société Denonvilliers de Sermaize, dont nous avons repris la suite, elle ne comporte que des monuments, souvent considérables, exécutés par Denonvilliers. Elle prend fin en 1897 avec les « Quatre grands chevaux reptiles pour la ville de Bordeaux » (monument des Girondins) qui sont mentionnés dans l’inventaire des modèles de Denonvilliers. Il faut noter que la fabrication des fontes d’art à Écurey a réellement pris son essor en 1896, à la suite du rachat des établissements Denonvilliers dont de nombreux modèles sont encore proposés par le catalogue de 1912 (pages 775-780), sont conservés, souvent en mauvais état et ont été acquis par la communauté de communes de la Haute-Saulx.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
atelier de fabrication, attribution par source
Auteur : Fonderies Capitain,
Fonderies Capitain

En 1831, Auguste Capitain s’associe avec son beau-frère Brocard pour construire un bocard à dix pilons et un patouillet au lieu-dit Bussy, sur la rive droite de la Marne. Le minerai de fer était essentiellement extrait sur la colline de Thonnance-lès-Joinville et descendait par un glissoir. L’atelier utilisait l’énergie hydraulique de la rivière pour concasser et laver le minerai qui était vendu aux forges environnantes.

En 1836 et 1837, Auguste Capitain et son frère Élophe construisent deux hauts-fourneaux réduisant le minerai en fonte de première fusion. Ils sont complétés, l’année suivante, par deux fours de seconde fusion.

En 1840, une nouvelle installation de traitement du minerai complète la précédente. Les hauts-fourneaux fonctionnent à l’air chaud. Élophe Capitain meurt en 1849. La société passe l'année suivante aux mains de la société Salin et cie, dirigée par Hyacinthe Salin, beau-frère d’Edmond Capitain (fils d’Auguste) alors âgé de 25 ans.

En 1855, l’usine est reliée au chemin de fer de Blesmes à Gray par un embranchement, ce qui lui permet de livrer 2 000 tonnes de pièces moulées et 600 tonnes de fonte d’affinage pour la fabrication du fer.

1861 voit la formation d'une nouvelle société, formée entre Hyacinthe Salin et Edmond Capitain, qui se substitue à la précédente.

En 1865, une soufflerie à vapeur permet aux hauts-fourneaux de produire, ensemble, 6 à 8 tonnes de fonte par jour. L'année suivante voit la construction d’un grand haut-fourneau circulaire. L’usine occupe 350 ouvriers.

En 1873, trois nouveaux cubilots sont installés, avec une soufflerie à vapeur de 6 chevaux. Chaque cubilot fournit 6 tonnes de fonte par jour, distribuées dans les halles de moulage. 12 grues de 4 à 30 tonnes de puissance permettent de couler, d’un seul jet, des pièces de 15 à 20 tonnes. Du matériel ferroviaire est fabriqué dans les nouveaux ateliers de construction mécanique. L’usine emploie 390 personnes qui produisent ou transforment plus de 7 000 tonnes de fonte. 56 familles d’ouvriers bénéficient des logements construits par l’usine.

En 1875, les Salin se retirent et une nouvelle société est créée entre Edmond Capitain et Charlotte Gény, son épouse et nièce de maîtres de forges : E. Capitain-Gény et Cie.

En 1878, Bussy obtient le Grand prix à l’Exposition universelle. 500 ouvriers travaillent à l’usine, dont 50 enfants. Il y a cinq cités et trois maisons ouvrières. Une politique sociale mutualisée avec le personnel est mise en place.

En 1879, Charlotte Capitain-Gény hérite des usines de Tampillon à Rachecourt-Suzémont et Montreuil-sur-Blaise.

En 1889, l’usine obtient une médaille à l’Exposition universelle de Paris. Elle y présente des pièces monumentales et des fontes d’art.

Entre 1889 et 1892, Edmond Capitain associe ses gendres Émile Ferry et Charles Lallemand. Une machine à vapeur de 100 chevaux est installée. Émile Ferry, fils du fondateur de Micheville, important groupe sidérurgique lorrain basé à Villerupt, sera co-gérant en 1895.

En 1896, la fonderie d’art Denonvilliers (Sermaize-les-Bains) est rachetée par le Comptoir Général des fontes d'art de bâtiment et de fumisterie, détenu pour moitié par E.Capitain-Gény et Cie. La fonderie produit des fontes d’art à l’usine du Rongeant (Suzannecourt).

En 1901, le haut-fourneau qui fonctionnait au coke et au charbon de bois depuis 1888 est éteint. Une fonderie d’acier moulé, alimentée par un four Martin-Siemens de 4 tonnes, diversifie la production.

En 1912, Micheville rachète les Forges de Marnaval, propriété des familles Giros, Lang et Robert-Dehault.

En 1914, Edmond Capitain et Émile Ferry font partie du puissant Comité des forges. L’usine est alimentée en énergie électrique. La Première Guerre mondiale décime le personnel. L'année suivante, à la demande du gouvernement, l’usine produit, pendant toute la guerre, 60 000 tonnes de fonte et d’acier livrés à l’armée. Les femmes tournent 15 tonnes d’obus par jour et fabriquent des grenades. L’usine est bombardée par l’aviation allemande en 1918.

En 1919, Edmond Capitain décède. Émile Ferry lui succède. L’usine devient Ferry-Capitain et Cie.

En 1943, Émile Ferry décède à son tour. Son fils Maurice Ferry lui succède. La société est intégrée au groupe CIF en 1967.

En 1970, Maurice Ferry décède et son fils Pierre Ferry lui succède.

Depuis 1997 et le décès de Pierre Ferry, sa fille Marthe Prunier continue le développement du groupe.

Sources: fontesdart.org et ferrycapitain.fr.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
atelier de fabrication, attribution par source
Auteur : Fonderies de Tusey,
Fonderies de Tusey

Fonderies de Tusey, Gasne, Muel, Muel et Wahl, Zégut, Dufilhol, Dufilhol et Chapal, Chevailler.

1ère période (1832-1840)

Adresse : Tusey (55, Vaucouleurs).

Magasins en 1837 : 5 rue au Maire (Aumaire), à Paris IIIe.

Créées en 1832 par Pierre Adolphe Muel, issu d’une famille de maîtres de forges vosgiens, les fonderies de Tusey s’orientent, dès l’origine, vers la fabrication d’objets artistiques en fonte de fer.La production de statues a été prévue avec l’utilisation de châssis en bois ou en fonte pour remplacer la coulée en fosse, ce qui réduit considérablement le coût.Le sable vert de Cousances (Cousances-les-Forges, Meuse, arr. Bar-le-Duc, c. Ancerville) ou d’Hévilliers (Meuse, arr. Bar-le-Duc, c. Montiers-sur-Saulx), pour remplacer la terre, apporte une meilleure qualité de la pièce coulée, principalement pour les statues et œuvres d’art.L’almanach du commerce de 1837 indique l’adresse de Tusey, la forge Muel étant représentée par H. Wahl : 5 rue au Maire (Aumaire), à Paris IIIe (Wahl est déjà revendeur des fers d’Abainville (Meuse, arr. Commercy, c Gondrecourt-le-Château) usine qui est propriété du frère de Muel).

Muel coulera les 2 fontaines, ainsi que 16 colonnes rostrales de la place de la Concorde (1834-1837). Ce mobilier urbain en fonte, symbole de l’union de l’Art et de l’Industrie, est le premier et magistral exemple d’une production qui va révolutionner l’urbanisme et exporter un art de vivre français dans le monde entier.Dans son traité : De la Fonderie telle qu’elle existe en France… André Guettier, professeur à l’École royale des Arts et métiers d’Angers, et ancien directeur de la fonderie de Tusey (1839-1843), décrit précisément les techniques de fabrication et de revêtement des fontaines de la place de la Concorde. Il témoigne ainsi d’un savoir-faire parfaitement maîtrisé dès la première moitié du XIXe siècle.

2e période (1840-1862)

Muel s’associera à Wahl en 1840. Muel fait faillite en 1843. En 1844, est créée par la famille Barbe et Schmitz de Nancy la Société des usines et fonderies de Tusey. Départ de Schmitz. L’usine passe aux propriétaires : Muel, Wahl et Cie jusqu’au décès de Muel en 1862.

3e période (1862-1864)

Louis-Constant Liandier devient propriétaire dans le courant de l’année 1862. Il place Édouard Zégut à la direction de l’usine (1862-1874). Liandier est déclaré en faillite le 25 janvier 1864.

4e période (1864-1866)

Les fonderies passent dans les mains de Jean-Baptiste Charles Barbe et François Barbe, négociants à Nancy. Zégut reste directeur. Il devient propriétaire à la suite des difficultés financières de la famille Barbe qui fait faillite à Liverdun en 1867.

5e période (1866-1874-1878)

Édouard Nicolas Zégut, régisseur de la fonderie du Val d’Osne jusqu’en 1855 est un ancien associé du fondeur d’art haut-marnais Durenne à Sommevoire qui appartient à Viry. Il y est indiqué comme maître de forges. Il est maire de la commune jusqu’en décembre 1862, date à laquelle il quitte Sommevoire pour s’installer à Tusey. Il devient propriétaire des fonderies de Tusey en 1866. L’inventaire de 1869 montre une augmentation importante des modèles. Zégut poursuit l’activité de Tusey jusqu’à sa mort en 1874. Sa veuve et ses héritiers poursuivent l’activité jusqu’à la vente courant 1878 à Joseph Baron, propriétaire à Paris. Puis la famille Zégut quitte Tusey.

6e période (1878-1884)

La période Baron laisse peu de traces. Sa fin, en 1884, mouvementée sur le plan juridique s’achève par la surenchère de Louis Gasne qui achète la fonderie.

7e période (1884-1896)

Louis Gasne succède à Zégut en 1874 et rachète la fonderie en 1884. Il en sera à la tête pendant plus de 20 ans (1874-1896). Il prend l’habitude de signer ses productions d’un cachet bien visible « Louis Gasne, maître de forges à Tusey ». En 1887, l’entreprise prend de l’importance. 1889 est l’année de tous les succès. Lors de l’Exposition universelle, il remporte une médaille d’or : fournitures de fontes décoratives pour les deux pavillons de l’architecte Formigé, présentation de statues profanes et religieuses et la fontaine monumentale du sculpteur Saint-Vidal sous la tour Eiffel (fontaine représentant les cinq parties du monde, titre exact : La Nuit essayant d’arrêter le génie de la lumière qui s’efforce d’éclairer la vérité. cf. Francis de Saint-Vidal dans Wikipédia). Il expose des produits liés au centenaire qu’il va commercialiser habilement. Les catalogues de 1892 témoignent de l’éclectisme de la production de Tusey. En 1896, il vend Tusey à Dufilhol et Chapal. Il mourra à Paris en 1913.En 1901, Gasne rachète la « Société anonyme de fonderie artistique » à la fonderie Thiébaut, dirigée alors par Victor Thiébaut, le fonds représentant la branche artistique de l’entreprise. Il installe alors ses ateliers 28 rue Guersant dans le 17e, pratiquant à la fois la fonte au sable et à la cire perdue. Il travaille pour Rodin, mais peu de temps puisqu’il revend en 1906 sa société « Gasne successeur de Thiébaut frères » à Joseph Malesset. Le fait que Gasne ait pratiqué à Tusey, en plus de la fonte au sable, la fonte à cire perdue, fait rarissime pour l’époque et unique pour un fondeur travaillant industriellement, et qu’il ait été repreneur de Thiébaut par la suite, laisse présumer d’un intérêt sensible pour les bronzes d’art qui ne fit que décroître après son départ.

Zégut puis Gasne contracteront un accord avec Louis Thiriot, propriétaire de modèles à Paris (92, rue Amelot). Quelques modèles Thiriot apparaissent dans le catalogue Zégut. Celui de Gasne (1888-1889) comporte tous les modèles du catalogue Thiriot (1887).

8e période (1896-1898)

Le passage de Gaston Chapal (1871- †1921) à Tusey sera de courte durée. En 1895, il est nommé ingénieur aux fonderies de Tusey, où il devient associé (Société Dufilhol & Chapal). En 1898, il reprend, avec son père, les fonderies et ateliers de Kerloc, à Auray. Il dirige, dans le même temps, les scieries et ateliers de Voutenay (Yonne).

9e période (1898-1904)

Dufilhol poursuit seul l’activité des fonderies jusqu’à la faillite de 1904. Lors de l’Exposition universelle de 1899, la fonderie de Tusey expose notamment un Valet de chien de Dagonet en fonte de fer, du mobilier urbain, des monuments et des pièces ornementales en fonte. Dufilhol enrichira le fonds de modèles artistiques. L’entreprise réalise essentiellement des travaux d’édition et quelques monuments : statue de Vercingétorix à Gien, monument commémoratif à Laon.

10e période (1904-1935)

En 1904, après la faillite de Dulfilhol, la fonderie devient la propriété de Laurent Chevailler, entrepreneur à Tunis. Il produira des grenades « citron » pendant la Guerre de 1914-1918. Après la guerre, il produira des monuments aux morts et cessera la production de fontes d’art autour de 1920. Il commence à produire des pièces mécaniques qui constitueront bientôt l’essentiel de la production. À sa mort, les fonderies de Tusey poursuivent leur activité sous la dénomination Les héritiers de L. Chevailler jusqu’en 1935. Il existe un catalogue de 1925 ne comportant plus de fontes d’art, mais simplement des éléments de serrurerie : balcons, appuis de croisées… De 1930 à 1935, date de sa mise en faillite, l’entreprise connaît une chute vertigineuse. La société sera reprise par Pierre Esch en 1935.

11e période (1935-1963)

En octobre 1935, Pierre Esch loue les locaux aux héritiers Chevailler pour exploiter la fonderie. En octobre 1949, la fonderie de Tusey fusionne avec une autre fonderie de Vaucouleurs, créée au XIXe siècle : la « Société anonyme des ateliers et fonderies de la Meuse » (ancienne Fonderie Jeanne d’Arc). La nouvelle société prend le nom d’Ateliers et Fonderies de Tusey et de la Meuse, puis Fonderies de Vaucouleurs en 1961.

Les deux sites existent jusqu’en 1963, date de la fermeture de l’usine de Tusey : le personnel rejoint le site de Vaucouleurs qui poursuit son activité.

Les modèles de Tusey seront rachetés par Capitain-Gény et Salin (maîtres de forges et beaux-frères) à une date indéterminée. Un certain nombre d’entre eux figurent aujourd’hui dans le fonds de modèles Ferry-Capitain. Le fonds Salin a été acquis par la communauté de communes de la Haute-Saulx.

Source: e-monumen.net


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
atelier de fabrication, attribution par source

Modèle de fonderie en fonte de fer creux représentant un Christ en croix.

Catégories sculpture
Structures intérieur creux
Matériaux fonte de fer, en plusieurs éléments, moulé coulé
Mesures h : 140.0 cm
la : 120.0 cm
Iconographies Christ en croix
Inscriptions & marques inscription concernant l'auteur, manuscrit, sur étiquette
inscription concernant le titre, manuscrit, sur étiquette
Précision inscriptions

Inscription manuscrite sur une étiquette: Poiret, Christ Saint Pierre de Rome 1,40 m.

États conservations manque
rouillé
Précision état de conservation

Les pouces, rapportés, manquent.

Statut de la propriété propriété d'une société privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Fonderies Denonvilliers. Inventaire des modèles de fonderie suite à la liquidation de la société, 1896.

    Page 2 Collection privée, ASPM
Bibliographie
  • Hauts-fourneaux fonderies et ateliers de constructions de Tusey (Meuse). P. Dufilhol & Chapal, maîtres de forges. Album des fontes d'ornements, fontes d'art, fontes religieuses,1896.

    Planche AS Collection privée, ASPM
  • Comptoir général des fontes d'art, de bâtiment et de fumisterie. Album série B, c. 1900.

    Planche 2 Collection privée, ASPM
  • Société des usines de Dammarie et Ecurey. A. Salin & Cie, maîtres de forges. Hauts-fourneaux, fonderies et ateliers de construction. Catalogue commercial, c. 1900.

    Planche 883 Collection privée, ASPM
  • Ferry-Capitain et Cie. Fonderies de fonte et d'acier. Ateliers de construction. Album des fontes de Série, fascicule n°8, fontes d'art, statues religieuses, 1928.

    Planches 1 et 2 Collection privée, ASPM

Liens web

(c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Région Grand-Est - Inventaire général ; (c) ASPM - Delvaux Guillaume - Isnard Isabelle