Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ensemble cultuel et culturel juif appelé Centre Rachi

Dossier IA10001623 réalisé en 2016
Genre de juifs
Appellations Centre Rachi
Parties constituantes non étudiées synagogue, musée, oratoire
Dénominations ensemble cultuel
Aire d'étude et canton Aube - Troyes 1
Adresse Commune : Troyes
Adresse : 5 rue Brunneval
Cadastre : 2020 BV 140

Une importante communauté juive est installée à Troyes aux XIe et XIIe siècles et connait un rayonnement européen grâce à la personnalité de Rachi (Troyes 1040-1105), rabbin, traducteur et commentateur, poète et philosophe. Au XIIIe siècle, la Champagne riche et puissante, regroupe près de 50 communautés juives prospères tout particulièrement dans sa partie méridonale : Troyes, Ramerupt, Dampierre, Villenauxe-la-Grande, Lhuître, Ervy-le-Châtel, Chappes, Saint-Mards-en-Othe, Bar-sur-Aube, Mussy-sur-Seine, Brienne-le-Château, Plancy-l’Abbaye, Trannes...

A partir du XIVe siècle, elle disparait pour ne redevenir visible qu'après 1870 avec l'arrivée des optants d'Alsace-Moselle puis de l'émigration juive en provenance d'Europe de l'Est. Elle est fortement touchée par les déportations et dépourvue de lieu de culte. Avec l'arrivée du Grand Rabbin Abba Samoun, originaire du Maroc en 1951, une vie communautaire est peu à peu réorganisée avec une forte influence sépharade accentuée par la venue des pieds-noirs après 1962, et ceux-ci ont apporté avec eux des objets et des pratiques différentes de l’usage ashkénase. Aujourd'hui la communauté comprend 80 % de ses membres originaires d'Afrique du Nord, 10 % d'Alsace-Moselle et 10 % d'Europe centrale.

L'association communautaire israélite de Troyes acheta en 1960 le presbytère de l'église paroissiale Sainte-Madeleine situé au 5 rue Brunneval puis s'agrandit avec l'achat des maisons voisines en 1966.Il y implante la synagogue, (une simple salle de plan rectangulaire pourvue d’un mobilier assez sommaire) l'aumônerie, et le centre communautaire (au total trois immeubles sur quatre cour intérieures). Une importante activité culturelle s'organise alors avec le rabbin Samoun et de l'association du Centre Culturel Rachi de Troyes (conférences, expositions ...) à destination de tout public, membres de la communauté ou non.

La nouvelle synagogue est intégrée dans un édifice plus ancien construit comme une grande partie de la ville ancienne, en pan de bois, certains des murs pouvant être datés du 16e siècle. Située à l’emplacement d’une cour, elle est agrandie en 1986 et inaugurée en 1987 puis recouverte d’une verrière. Un oratoire évoquant l’ambiance des oratoires juifs médiévaux est ajouté. Une bibliothèque dédiée à Rachi est installée au premier étage. A partir de 2011, se succèdent plusieurs phases de travaux : façade sur la rue de Brunneval en 2011 puis 3 cours en 2013-2014 enfin la dernière en 2015-2016. Sur la façade du 18e siècle a été apposée une inscription en hébreu, au-dessus du portail : "Ouvrez-moi les portes de la Justice. J’y entrerai pour louer Dieu" (Psaume 118, 19).

Période(s) Principale : 16e siècle , daté par travaux historiques
Secondaire : 3e quart 20e siècle , daté par tradition orale
Principale : 1er quart 21e siècle , daté par source
Auteur(s) Personnalité : Rachi,
Rachi (1040 - 1105)

Rachi, Rabbi Salomon fils d’Isaac naît à Troyes en 1040. Il donne une impulsion inattendue à la créativité intellectuelle des Juifs de Champagne. Après lui, de nombreux érudits qui se réclament de son École champenoise, influencent les autres communautés juives dans l’interprétation de la Bible et du Talmud. Le nom de l’illustre comté de Champagne se propage alors dans tout l’Occident. Leurs commentaires et leurs décisions juridiques sont les uniques témoignages de cette époque, attestant d’une activité intellectuelle intense et d’une vie juive locale florissante.

Rachi quitte Troyes pour parfaire ses études religieuses en Rhénanie à Mayence puis Worms. De retour dans sa ville natale, il fonde un cercle d’étude dans lequel il formera une vingtaine d’élèves à une méthode d’exégèse révolutionnaire. Depuis Troyes, il consacre toute sa vie à commenter le Talmud et la Bible hébraïque. Érudit accompli, il est consulté par de nombreuses communautés. Ses trois filles lui assurent une descendance nombreuse. Il meurt à 65 ans, le 13 juillet 1105. A priori enterré à Troyes, sa tombe a disparu, le cimetière juif du quartier Preize ayant été détruit au XVIe siècle pour agrandir la ville.

Rachi reste aujourd’hui lu et étudié par les juifs du monde entier qui le considèrent comme le « commentateur par excellence ». A la suite de Rachi, ses gendres et ses petits-fils, tels que Rabbenou Tam (Jacob fils de Méir) et Rachbam (Samuel fils de Méir), fondent l’école des Tossafistes, « ceux qui rajoutent ». L’école rayonne d’abord depuis le village de Ramerupt jusqu’en 1146. Dampierre avec Isaac, arrière-petit-fils de Rachi, puis Sens, alors situé dans le comté ecclésiastique voisin, en reprennent ensuite le flambeau. Lorsque le comté entre dans le royaume de France entre 1285 et 1305, Paris en devient l’épicentre. Présents en France du Nord, en Angleterre et en Rhénanie, les Tossafistes s’inspirent de la méthode d’exégèse de Rachi pour produire de manière collective, un brillant commentaire du Talmud. Il traverse les siècles pour devenir une référence jusqu’à nos jours, complétant le commentaire de Rachi....

d'après, Rédaction CulturistiQ pour le Comité départemental du Tourisme de l’Aube Expertise scientifique : Claire Soussen, ULCO-HLLI et Nouvelle Gallia Judaica. Arnaud Baudin, directeur adjoint des Archives et du Patrimoine de l’Aube


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
personnage célèbre, attribution par travaux historiques

Le centre occupe une parcelle ne profondeur avec une alternance de cours et de corps de bâtiments aux niveaux tous différents, témoins de nombreuses modifications du bâti. Il se compose de salles à vocations associatives ou communautaire, d’une bibliothèque, d’un espace d’interprétation présentant l’œuvre de rachi, de la reconstitution d’un oratoire et d’un Bet Hamidrach (école), tels qu'on suppose qu'ils pouvaient se présenter au 12e siècle, à l'époque de Rachi. L’une des cours couverte d’une verrière abrite l’actuelle synagogue, les deux autres ont reçu un traitement de couleur, jaune pour la première, bleue pour la seconde et offrent aux visiteurs des espaces de promenade et de méditation.

Murs bois pan de bois
Toit tuile
Étages 2 étages carrés, étage de comble
Couvertures toit à longs pans croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : en charpente
Techniques vitrail
Statut de la propriété propriété d'une association cultuelle
(c) Conseil départemental de l'Aube (c) Conseil départemental de l'Aube ; (c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Région Grand-Est - Inventaire général - Bennani Maya
Maya Bennani

Chercheuse de l'Agence Bruno Decrock.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Jarrassé-Raquillet Théodora
Théodora Jarrassé-Raquillet

Chercheur au service de l'Inventaire du Grand Est


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Bouvet Mireille-Bénédicte
Mireille-Bénédicte Bouvet

Cheffe du service de l'Inventaire Grand Est


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.