Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Synagogue

Dossier IA51000407 réalisé en 2001

Fiche

Dénominations synagogue
Aire d'étude et canton Châlons-en-Champagne centre - Châlons-en-Champagne 2
Adresse Commune : Châlons-en-Champagne
Adresse : 21 rue Lochet
Cadastre : 1981 BE 134

Le besoin de construire une synagogue s'était fait sentir après la guerre de 1870 au moment où l'arrivée de juifs alsaciens et mosellans accrut la communauté. L'édifice fut édifié entre 1874 et 1875 sur les plans de l'architecte Alexis Vagny, dans la rue Lochet, ouverte après la couverture du Nau. Les maîtres-verriers Antoine Lusson et Pierre Adhémar Marquant-Vogel ainsi que le peintre châlonnais Simon sont à l'origine des décors.

La construction fut financée par une souscription de la communauté israëlite ainsi que par des aides de la ville et de l'Etat. Elle fût inaugurée le 24 septembre 1875 en présence du Grand rabbin du consistoire de Lille, M. Benjamin Lippmann.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1874, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Lusson Antoine, dit(e) Antoine Lusson (fils),
Antoine Lusson , dit(e) Antoine Lusson (fils) (1840 - 1876)

Peintre-verrier, Paris. Fils de Lusson Antoine, peintre-verrier également.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître verrier, attribution par source
Auteur : Vagny Alexis,
Alexis Vagny (1821 - 1888)

Architecte municipal de Châlons-en-Champagne de 1844 à 1876.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Marquant-Vogel Pierre Adhémar,
Pierre Adhémar Marquant-Vogel (3 avril 1827 - 16 mars 1903)

Élève de Levasseur et de Boulangé, peintre verrier à Reims, puis à Paris. Peintre-verrier et peintre de chevalet à Reims, 47 bis rue de Chativesle. Actif dans le 4e quart du 19e siècle. Il épouse Marie Vogel le 15 septembre 1851 à Châlons-en-Champagne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier, attribution par source
Auteur : Simon,
Simon

Peintre à Châlons-en-Champagne


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, attribution par source

L'édifice, précédé d'une petite cour-jardin, présente un avant-corps bien affirmé bordé de travées latérales étroites dans un style orientaliste.

La façade, a des allures d'Alhambra. Le porche d’entrée est surmonté d’un arc outrepassé au tympan en vitrail représentant une étoile de David. Les baies polylobées de l'étage s'apparentent au portail de la cour d'honneur de l'Alcazar de Séville. Les chapiteaux cubiques ont un caractère néomauresque très affirmé. Les tables de la lois, associées à un couronnement en créneaux, surplombent l'ensemble. Sur la façade, au-dessus des baies, l’inscription en caractères hébraïques « Que tes demeures sont aimables, Éternel-Cébaot » (Psaume 84, 2, trad. Bible du Rabbinat 1899-1906, dir Zadoc Kahn) fait référence au psaume de David appliqué au Temple et transposé à la synagogue.

A l’intérieur, de plan basilical, une nef bordée de deux rangs de bancs mène à l’arche sainte inscrite dans une abside encadrée d’un arc outrepassé porté par des pilastres. L'arche est protégée par une grille. Des tribunes pour les femmes sont installées,en U, le long des murs latéraux et au-dessus du porche d’entrée.

Le vitrail qui surplombe l’arche sainte reprend l’iconographie décrite dans les textes de 1875 : les tables de la Loi entourées d’une symbolisation des cinq livres du Pentateuque. Il a sans doute était refait après la seconde guerre mondiale car la technique et le dessin ne correspondent pas au travail connu Antoine Lusson (fils), qui a notamment réalisé une partie des vitraux de la grande synagogue de Paris, rue de la Victoire, en 1874.

Murs calcaire pierre de taille
Toit tuile mécanique
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures terrasse
toit à longs pans
Techniques sculpture
vitrail
Représentations ornement géométrique entrelacs ornement architectural étoile de David
Précision représentations

Le décor de l’arche sainte est emprunté au costume du Grand prêtre décrit en Exode 28, 1-43. Il s’agit de rappeler la sainteté du Temple et d’en transférer l’aura sur l’arche sainte conçue comme un substitut du Saint des Saints, puisqu’elle contient la Parole divine, la Torah. Deux éléments du costume sont repris. Sur le linteau, le bandeau est une représentation fidèle de celui du Grand prêtre décrit en Exode 28,36-9 : « Tu feras une plaque d'or pur, sur laquelle tu graveras, comme sur un sceau : "Consacré au Seigneur". Tu la fixeras sur un ruban d'azur, de manière à la placer sur la tiare... » Le bandeau comporte, en hébreu, l’inscription Kodech l'Adonaï : « Consacré à l'Éternel ». Couronnant l’arc, le décorateur reprend le pectoral du Grand prêtre décrit dans l’Exode 28, 15-29. Il s’agit d’une plaque carrée comportant quatre rangées de trois pierres précieuses et colorées sur lesquelles sont inscrits les noms des douze fils de Jacob : ainsi, quand le Grand prêtre entrait dans le Saint des saints il portait sur le pectoral et les épaules les noms des tribus d'Israël symbolisant l’ensemble du peuple d’Israël.

L'arche sainte est remarquable par sa symbolique.

Statut de la propriété propriété d'une association cultuelle
Intérêt de l'œuvre à signaler

Annexes

  • Le nouveau temple israélite,1875

    "Depuis quelques temps s'élève dans la rue Lochet, à Châlons, un monument dont les proportions restreintes, mais exquises, semblent la réduction d'une mosquée arabe ou d'un alhambra. Nous voulons parler de la synagogue, élevée par la communauté israélite avec le concours de la ville et de l'Etat. Cet édifice fait le plus grand honneur à son architecte, M. Vagny, que recommandait déjà, non loin de là, l'intelligente restauration de l'édifice autrefois connu sous le nom de Château-du-Marché et qui abrite aujourd'hui la Caisse d'Epargne.

    Peu de personnes, assuréement, connaissaient de visu le local tout à faire insuffisant, décoré du nom de synagogue, que possédait jusqu'ici la communauté israélite. Cette chambre sordide et sans caractère religieux a fait place à un temps qui peut rivaliser avec ceux de communautés plus considérables que celle de Châlons.

    La nouvelle synagogue a une forme rectangulaire, à murs pleins, mais que le ciseau du sculpteur a ornés d'arabesques capricieuses. Sur le fronton sont sculptées les tables de la loi avec cette inscription hébraïque : "Oh ! Eternel, que tes demeures sont agréables !"

    Un porche, en fer-à-cheval, donne entrée dans le templs qui, malgré ses apparences exiguës, pourrait contenir plus de 300 personnes. La nef unique est éclairée par plusieurs baies en plein cintre, dont l'une, celle qui s'ouvre sur le grand portail, est décorée de verrières dues au talent si justement apprécié de M. Marquant-Vogel, de Reims. M. Marquand s'est, comme l'architecte, inspiré du goût oriental. A l'autre extrémité de l'édifice, une rosace forme cinq médaillons figurant les livres saints, groupés autour d'un médaillon central qui représente les tables de la loi. Cette verrière est l’œuvre de M. Lusson, de Paris.

    Une arcade d'une grande beauté sépare l'enceinte réservée aux fidèles du sanctuaire dans lequel s'accomplissent les cérémonies du culte. Un voile en velours rouge, relevé d'or et de pierres précieuses, don de M. Alfred Neymark, protège l'armoire sainte qui contient les livres de la loi. Au-dessus, le sculpteur a dessiné le bandeau d'or qui décorait autrefois le front du grand-prêtre, et le pectoral ou ornement qu'il portait sur sa poitrine. Les noms des douze tribus d'Israël y sont inscrits en caractère hébreux.

    Les femmes occupent des places séparées dans des galeries supérieures qui courent le long de la nef. Des peintures, aux nuances adoucies et d'un dessin léger et gracieux cachent la nudité des murs ; ces peintures sont l’œuvre d'un artiste châlonnais, M. Simon.

    Un petit bâtiment qui s'élève derrière la synagogue renferme le presbytère et une école pour les jeunes enfants."

    Le nouveau temple israélite. Journal du département de la Marne, 27 septembre 1875, n° 8455.

Références documentaires

Documents figurés
  • Synagogue de Châlons sur Marne, Isidore Cerf. Lithographie, 4e quart 19e siècle.

    Bibliothèque municipale, Châlons-en-Champagne : N° 1912 ES Vue CHA 3/36
  • Châlons-sur-Marne - La Synagogue. [début 20e siècle]. 1 impr. photoméc. L.Coëx, éditeurs, Châlons-sur-Marne : carte postale.

    Collection particulière
  • La Ferté-sous-Jouarre - La Synagogue. [début 20e siècle]. 1 impr. photoméc. : carte postale.

    Collection particulière
  • Châlons-sur-Marne - La synagogue. [début 20e siècle]. 1 impr. photoméc. : carte postale (AD Marne).

    Archives départementales de la Marne, Châlons-en-Champagne : Série FI
Bibliographie
  • CLAUSE, Georges, RAVAUX, Jean-Pierre. Châlons-en-Champagne, panorama monumental et architectural. Rosheim : Editions Contades, 1986.

    p89-90
  • JARRASSÉ, Dominique. L'âge d'or des synagogues. Herscher, 1991.

    Région Grand Est, Service régional de l'inventaire, Châlons-en-Champagne : ARC 5.3/17
  • JARRASSÉ, Dominique. Une histoire des synagogues françaises. Actes Sud, 1997 (Hébraïca).

    Collection particulière
  • BONNET, Claire, DUCOURET, Bernard, MIGUEL, Sandra, Châlons-en-Champagne. Châlons-en-Champagne : Région Champagne-Ardenne (Inventaire général) ; Lyon : Lieux Dits, 2007. 128 p. (Images du Patrimoine, n° 246).

    p. 59 Région Grand Est, Service régional de l'inventaire, Châlons-en-Champagne
Périodiques
  • Le nouveau temple israélite. Journal du département de la Marne, 27 septembre 1875, n° 8455.

    Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale de Châlons-en-Champagne : P00063
(c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Région Grand-Est - Inventaire général - Bonnet Claire - Miguel Sandra - Jarrassé-Raquillet Théodora
Théodora Jarrassé-Raquillet

Chercheur au service de l'Inventaire du Grand Est


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.