Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Synagogue

Dossier IA51060450 réalisé en 2019

Fiche

Dénominations synagogue
Aire d'étude et canton Reims centre
Adresse Commune : Reims
Adresse : 49 rue Clovis
Cadastre : 2020 IK 392

La communauté juive rémoise s’accrut fortement, comme toutes les communautés champenoises, après 1870 avec l’arrivée des optants alsaciens ou mosellans pour atteindre 650 membres Un premier oratoire situé 7 rue des capucins fut rapidement insuffisant. En 1875, le rabbin Haguenauer obtint l’autorisation de construire une synagogue le 27 janvier 1877. Les travaux furent menés par Ernest Brunette (Reims 1848-1932), les vitraux furent réalisés par Pierre-Adhémar Marquant-Vogel (1828-1902), peintre-verrier et décorateur qui était intervenu quelques années auparavant à la synagogue de Châlons-en-Champagne (1874).

Le parti architectural semble imité de celui de la synagogue de la rue Notre-Dame de Nazareth à Paris (1851) et de celle de Marseille (1864). Le comité des inspecteurs généraux des travaux diocésains avait regretté la richesse de l’ornementation de la façade (Session du 28 janvier 1878) : « que la façade gagnerait à être considérablement simplifiée par la suppression de beaucoup de détails inutiles et notamment par celle des clochetons qui en couronnent les parties latérales. » L’architecte a maintenu ses options ornementales imprimant à l’ensemble un caractère oscillant entre des références à la Renaissance et des motifs hispano-mauresques.

L’inauguration eut lieu le 5 septembre 1879. Dès l’origine et selon les directives du consistoire central, la synagogue dispose d’une chaire à prêcher et à partir de 1901 d’un orgue (facteur d’orgues : Brisset). Suite aux destructions de la Première guerre mondiale, des travaux de restauration et de reconstruction furent conduit par l’architecte Margotin-Thierot dès 1920. Le 21 octobre 1923 la synagogue était de nouveau ouverte au culte. Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, un monument commémoratif est adossé à la façade principale en mémoire de 253 déportés de Reims et de sa région (architecte Paul Weiler, entreprise Camus-Renard).

Comme beaucoup de communautés champenoises, Troyes notamment, et quelques lorraines (Lunéville), la communauté est revitalisée par l’arrivée de juifs d’Afrique du Nord, notamment de pieds-noirs. D’askhenase, elle devint essentiellement sépharade. En 1966, une salle communautaire est construite sur la partie gauche de la parcelle Les petits corps de bâtiments, jadis à fonction de logement abritent désormais des bains rituels (depuis 1991) et un oratoire donc la taille est plus adaptée à l’importance actuelle de la communauté.

Le 25 octobre 1989, elle est inscrite au titre des MH.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source
Dates 1877, daté par source
1920, daté par source
Auteur(s) Auteur : Brunette Ernest
Ernest Brunette (1848 - 1932)

Architecte rémois, fils de Narcisse Brunette également architecte de la ville de Reims.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Marquant-Vogel Pierre Adhémar,
Pierre Adhémar Marquant-Vogel (3 avril 1827 - 16 mars 1903)

Élève de Levasseur et de Boulangé, peintre verrier à Reims, puis à Paris. Peintre-verrier et peintre de chevalet à Reims, 47 bis rue de Chativesle. Actif dans le 4e quart du 19e siècle. Il épouse Marie Vogel le 15 septembre 1851 à Châlons-en-Champagne.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître verrier, attribution par source
Auteur : Margotin-Thiérot Léon,
Léon Margotin-Thiérot , né(e) Margotin (18 avril 1859 - 8 juillet 1937)

Architecte rémois. Travaille en association avec Jacques Roubert à la restauration et la reconstruction d'édifices après la première guerre mondiale.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

S’élevant sur la rue Clovis, la synagogue a été placée en retrait afin de dégager une cour fermée par un muret soutenant une grille et bordée de part et d’autre de deux pavillons contenant à l’origine une conciergerie (aujourd’hui bains rituels) et un oratoire. La façade, percée d’une rose dont le remplage formé de six cercles dessine au centre une étoile à six pointes ou maguen David, bénéficie ainsi d’un recul et reflète l’organisation interne de l’édifice dont elle conserve les proportions : une nef centrale accessible par un portail central et deux bas-côtés.

Le décor d’architecture offre un caractère oscillant entre des références à la Renaissance et des motifs hispano-mauresques arcs outrepassés, chapiteaux cubiques et décor d’arabesques en méplat), le style dominant à l’intérieur.

Le volume intérieur, disposé selon un plan basilical, est dégagé et lumineux en raison du système constructif adopté, une structure métallique aux fines colonnes qui soutiennent, sur six travées, les tribunes et une série d’arcs diaphragmes outrepassés que coiffent des oculi inscrits entre les fermes du couvrement.

Dans l’axe de l’entrée, l’arche sainte est logée dans une petite abside précédée du podium de la téba fermé par une grille et orné d’un grand chandelier à huit branches évocation de la ménora. Le mur du fond est percé de la même rose que sur la façade ; de même l’arc qui englobe l’arche.

Un décor orientaliste (arcs outrepassés, rinceaux, pommes de pin …) est répandu sur les boiseries des garde-corps des tribunes. Toutes les surfaces et les structures métalliques sont peintes avec des motifs décoratifs inspirés de végétaux, palmettes, rinceaux et arabesques empruntés parfois à l’art hispano-mauresque. La partie la plus décorée est la niche de l’arche sainte où frise, palmettes et arabesques recouvrent toute la structure.

Dans la synagogue de Reims, la symbolique juive, hormis le maguen David, semble avoir cédé la priorité à un décor orientaliste en lien avec une tendance commune aux synagogues de la Marne qui usent de la référence hispano-mauresque comme affirmation de l’identité du bâtiment. Cependant deux inscriptions, à des endroits clés, viennent rappeler le message juif porté par la synagogue : sur l’arc du portail, en hébreu sont reproduites les paroles de Jacob (Genèse 28,17) : « Ceci n’est autre que la maison du Seigneur et c’est ici la porte du ciel », verset fréquent à cet emplacement. De part et d’autre de la rose qui surmonte l’arche sainte, des plaques imitant les tables de la Loi sont disposées sur des colonnettes géminées : à droite, en français est inscrite la profession de foi israélite, le Chéma (ailleurs dans les autres notices écrit Shema), « Écoute Israël, l’Éternel notre Dieu l’Éternel est un » ; à gauche, en hébreu, sont repris les dix paroles ou commandements.

Murs calcaire pierre de taille
calcaire moellon sans chaîne en pierre de taille
Couvrements
Couvertures toit à longs pans
Techniques sculpture
vitrail
peinture
Représentations étoile de David tables de la Loi palmette, arabesque, pilastre, rosace
Précision représentations

arceaux; tables de la Loi; pilastres; rosace; étoile de David; bossage; gâble; frise; palmettes; arabesques;

Statut de la propriété propriété d'une association cultuelle
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1989
Précisions sur la protection

inscription par arrêté du 25 octobre 1989

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Marne, Reims. 10 R 1235 (1886). Dommages de guerre du 49 rue Clovis, 1922.

    Archives départementales de la Marne, Reims : 10 R 1235
Documents figurés
  • 1133. Reims - La synagogue. [début 20e siècle]. 1 impr. photoméc. Rep et Filliette, éditeurs, Château-Thierry : carte postale.

    Collection particulière
  • 210. Le crime de Reims - La synagogue / The synagogue. [début 20e siècle]. 1 impr. photoméc. : carte postale.

    Collection particulière
Bibliographie
  • JARRASSÉ, Dominique. Une histoire des synagogues françaises. Actes Sud, 1997 (Hébraïca).

    Collection particulière
  • JARRASSÉ, Dominique. L'âge d'or des synagogues. Herscher, 1991.

    Région Grand Est, Service régional de l'inventaire, Châlons-en-Champagne : ARC 5.3/17
(c) Région Grand-Est - Inventaire général (c) Région Grand-Est - Inventaire général - Bouvet Mireille-Bénédicte
Mireille-Bénédicte Bouvet

Cheffe du service de l'Inventaire Grand Est


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Ducouret Bernard
Bernard Ducouret

Chercheur au service de l'Inventaire Grand Est.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Jarrassé-Raquillet Théodora
Théodora Jarrassé-Raquillet

Chercheur au service de l'Inventaire du Grand Est


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.