Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Présentation des objets mobiliers de l'église Saint-Martin
    Présentation des objets mobiliers de l'église Saint-Martin Sommepy-Tahure - rue de la Chaussée - en village - Cadastre : 1956 AC 147 à 149
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique ancien canton de Ville-sur-Tourbe enquête thématique régionale recensement du patrimoine mobilier des églises de la Marne
    Historique :
    obtenir un avenant. En 1933, l'architecte de l'église, André ventre, estime l'additif à 280 849,12 F . C'est finalement la somme de 322 744,12 F qui est allouée par l’État l'année suivante. Le curé et , et s'adressent en 1935 au sculpteur Gaston Le Bourgeois pour la réalisation du maître-autel, de la clôture de chœur, des autels secondaires et des fonts baptismaux (IM51002160). Les tambours de porte et les bancs de fidèle, plus conventionnels, sont l’œuvre d'Edmond André, menuisier à Étain, Meuse (1937 l'ensemble de la vitrerie et remettre des statues dans les niches. À partir de 1970, le nouveau curé, André
    Parties constituantes non étudiées :
    fauteuil de célébrant tabouret de célébrant meuble de sacristie plateau de communion croix de sacristie banc de fidèles
    Référence documentaire :
    Documents concernant la reconstruction de l'église et son nouveau mobilier, 1920-1940. AC Sommepy -Tahure, Documents concernant la reconstruction de l'église et son nouveau mobilier, 1920-1940. Documents sur l'église rassemblés par l'Association du souvenir et du passé de Sommepy Musée et du passé de Sommepy, 1900-2020. [Souvenirs concernant l'aménagement mobilier de l'église], par Gaston Pérard, 1960 Collection privée. [Souvenirs concernant l'aménagement mobilier de l'église], par Gaston Pérard, maire de Sommepy -Tahure de 1929 à 1944, 1960, ms. Somme-Py. - Intérieur de l’Église. Éd. M.B., [1900-1910] Somme-Py. - Intérieur de l’Église. Éd. M.B [Bénédiction de la grosse cloche de l'église de Sommepy]. [8 septembre 1925] [Bénédiction de la grosse cloche de l'église de Sommepy]. [8 septembre 1925]. 1 photogr. pos. : épreuve (coll. privée).
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Wauthy Charles
    Localisation :
    Sommepy-Tahure - rue de la Chaussée - en village - Cadastre : 1956 AC 147 à 149
    Titre courant :
    Présentation des objets mobiliers de l'église Saint-Martin
    Annexe :
    Martin (pignon de la façade). Pierre, crosse en métal refaite en 1979 par Claude Michel ; 19e siècle : Saint Éloi. Par Claude Michel ; bois ; h = 76 cm ; vers 1970-1980. Bas-relief : La charité de saint Cahouët, curé de la paroisse de 1920 à 1970 ; bois ; h = 35 cm, la = 72 cm ; vers 1970. Mobilier religieux Confessionnal. Chêne ; h= 230 cm, la = 240 cm, pr = 107 cm ; vers 1935. Ensemble de bancs de de célébrant, de 2 tabourets de célébrant et de 6 tabourets d'église. Chêne, garniture en velours pour le fauteuil et les tabourets de célébrant ; fauteuil : h = 93 cm, la = 63 cm, pr = 54 cm ; tabouret de célébrant : h = 47 cm ; la = 53 cm ; pr = 48 cm ; tabouret d'église : h = 45 cm ; la = 40 cm ; pr = 35 cm ; vers 1936. Meuble de sacristie. Meuble recouvrant les deux longs côtés de la sacristie gros ouvrage 1er titre Paris 1938, pas de poinçon de maître ; limite 19e siècle 20e siècle. Burettes . Plateau de communion. Métal argenté ; l = 24 cm ; la 16 cm ; 2e quart 20e siècle. Croix de sacristie
    Illustration :
    Bas-relief : La charité de saint Martin. IVR21_20215100697NUCA Statue : Saint Martin. IVR21_19875100811X Bénédiction de la grosse cloche le 8 septembre 1925. IVR21_20015100089X Bancs de fidèles, vue partielle du groupe à droite de la nef. IVR21_20215100699NUCA Fauteuil de célébrant, tabouret de célébrant d'un ensemble de 2 et tabouret d'église d'un ensemble de 6. IVR21_20205101021NUCA Meuble de sacristie, vue d'ensemble. IVR21_20205101038NUCA Meuble de sacristie, partie principale. IVR21_20205101037NUCA Plateau de communion. IVR21_20205101044NUCA Croix de sacristie. IVR21_20215100694NUCA
  • Ensemble de 5 verrières : Scènes de la vie de saint Martin (baies 0 à 4)
    Ensemble de 5 verrières : Scènes de la vie de saint Martin (baies 0 à 4) Sommepy-Tahure - rue de la Chaussée - en village - Cadastre : 1956 AC 147 à 149
    Inscriptions & marques :
    Signature sur la baie 4 : CH. LORIN / ET Cie /CHARTRES / 1929. Dans le soufflet du réseau de la baie 0, armoiries de Mgr Tissier, évêque de Châlons de 1912 à 1948. Inscriptions, en partie effacées LAVIARDE / EN SOUVENIR DE M[...] ; lancette droite : FAMILLE THIBAULT PERARD / FAMILLE THIEBAULT LECLERE
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique ancien canton de Ville-sur-Tourbe enquête thématique régionale recensement du patrimoine mobilier des églises de la Marne
    Historique :
    Ensemble de 5 verrières réalisées en 1929 par l'atelier de Charles Lorin à Chartres.
    Représentations :
    messe de saint Martin mort de saint Martin charité de saint Martin messe de saint Martin. Dans la baie 1, la Charité de saint Martin se déroule devant une ville fortifiée . Un ange en prière occupe le soufflet du réseau. La mort de saint Martin (baie 2) a lieu dans une chambre de la fin de la période gothique, tandis qu'un ange portant une palme et une couronne se tient
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    4). Elles occupent 5 fenêtres identiques, composées chacune de 2 lancettes et d'un réseau formé d'un soufflet encadré de 2 mouchettes.
    Localisation :
    Sommepy-Tahure - rue de la Chaussée - en village - Cadastre : 1956 AC 147 à 149
    Titre courant :
    Ensemble de 5 verrières : Scènes de la vie de saint Martin (baies 0 à 4)
    États conservations :
    altération biologique de la matière
    Illustration :
    Plan schématique de localisation des verrières. IVR21_20215100661NUC
  • Ancienne abbaye de la Charmoye
    Ancienne abbaye de la Charmoye Montmort-Lucy - La Charmoye - D 38 - isolé - Cadastre : 1986 B1 110-111
    Genre :
    de cisterciens
    Cadre de l'étude :
    Recensement des sites cisterciens de Champagne-Ardenne
    Historique :
    in Saona, 51- com. Vélye) ou encore les chanoines réguliers augustins de Saint-Martin d’Épernay qui de Longpont, chanoine du chapitre collégial Saint-Jean, le plus souvent à titre viager. La chapelle présence : plateau briard forestier et humide, front de côte viticole, dépression du marais de Saint-Gond , comme pour le Reclus, à des moines de Vauclair qui vinrent peupler leur seconde abbaye-fille en 1167, au diocèse de Châlons cette fois. L’assise matérielle concédée était conséquente : en plus du terrain pour y construite le monastère à ses frais et de droits d’usages étendus dans sa proche forêt de Wassy, le comte n’apportait pas moins de deux domaines immédiatement exploitables, les granges de Betin (51- com. Morangis) et du Jard (51- com. Chavot-Courcourt), dont il venait de désinvestir l’abbaye-sœur du Reclus moyennant profit de la nouvelle fondation, a été réitéré dans les années qui ont suivi car le même comte émet un 2e acte en 1177 dans lequel il inventorie, à la manière d’une pancarte épiscopale, l’ensemble de ses
    Description :
    Évolution architecturale de la Charmoye. Trois grandes phases peuvent être globalement restituées grâce à deux plans anciens, l’un en élévation daté de 1702 (ill. IVR21_20155100521NUCA, AD51, 14B92 , détail de la Figure et plan des bois de la Charmois), l’autre en relevé planimétrique exécuté par Nicolas -Joseph Le Louvier, architecte, au titre de l’estimation des bâtiments de l’abbaye du 14 décembre 1790 (ill. IVR21_20155100522NUCA, tiré de Neuville, op. cit., entre les pages 58 et 59). - Le carré monastique médiéval se situait immédiatement à l’est de l’aile orientale actuelle, qui a d’ailleurs été élevée a priori sur l’emplacement de l’ancien bâtiment des convers. Son pignon nord aboutissait à l’angle sud-ouest de l’église abbatiale qui comportait comme au Reclus un chœur à chevet plat, flanqué de 74 m de long pour 54 m de large au transept (d’ap. Neuville, p. 59). L’aile des moines quant à elle en prolongeait comme souvent le bras sud. Le dessin de 1702 figure un préau encore entouré des quatre
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Titre courant :
    Ancienne abbaye de la Charmoye
    Appellations :
    Château de la Charmoye
    Annexe :
    abbayes dans le peuplement des campagnes en Brie des étangs et dans les marais de Saint-Gond du VIIe à la Bibliographie BARTHELEMY, Édouard de, "Essai sur les abbayes du département de la Marne", Séances et Travaux de l’Académie de Reims, 16e vol., 1852, p. 54-56 et 79-81. BARTHÉLEMY, Édouard de, Diocèse ancien de Châlons-sur-Marne. Histoire et monuments, Paris, 1861, t. I, p. 175-177 et 362 BARTHELEMY , Édouard de, "Recueil de chartes de l’abbaye de la Charmoye", Annuaire de la Marne, 1886, p. 472-514 BARTHELEMY, Édouard de, Recueil de chartes de l’abbaye de la Charmoye, Paris, 1886, 66 p. [extr. du précédent prieures de France, t. II, Paris, 1726, p. 592-593 BENTON, John et BUR, Michel, Recueil des actes d’Henri le Libéral, comte de Champagne (1152-1181), Paris, t. 1, 2009 ; t. 2, 2013 CANIVEZ, J.-M., "Charmoye (La)", Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. 12, Letouzey et Ané, Paris, 1953 , Mâcon, 1936, I, col. 708-709 DEBROSSE, Vincent, Peuplement et occupation du sol dans 3 cantons de la
    Texte libre :
    in Saona, 51- com. Vélye) ou encore les chanoines réguliers augustins de Saint-Martin d’Épernay qui de Longpont, chanoine du chapitre collégial Saint-Jean, le plus souvent à titre viager. La chapelle présence : plateau briard forestier et humide, front de côte viticole, dépression du marais de Saint-Gond , comme pour le Reclus, à des moines de Vauclair qui vinrent peupler leur seconde abbaye-fille en 1167, au diocèse de Châlons cette fois. L’assise matérielle concédée était conséquente : en plus du terrain pour y construite le monastère à ses frais et de droits d’usages étendus dans sa proche forêt de Wassy, le comte n’apportait pas moins de deux domaines immédiatement exploitables, les granges de Betin (51- com. Morangis) et du Jard (51- com. Chavot-Courcourt), dont il venait de désinvestir l’abbaye-sœur du Reclus moyennant profit de la nouvelle fondation, a été réitéré dans les années qui ont suivi car le même comte émet un 2e acte en 1177 dans lequel il inventorie, à la manière d’une pancarte épiscopale, l’ensemble de ses
    Illustration :
    Carte du temporel de la Charmoye IVR21_20155100520NUCA Vue cavalière de l'abbaye, 1670, collationné à l'original en 1702. IVR21_19945100339X La Charmoye : représentation en tibériade de l'ancienne abbaye en 1702 (détail La Charmoye : plan des bâtiments de l'abbaye en 1790 IVR21_20155100522NUCA Vue aérienne du logis abbatial et de la ferme. IVR21_19975100823X Ancienne abbaye de la Charmoye : vue aérienne vers le Nord-Est IVR21_20155100305NUCA La Charmoye : bâtiments conventuels (1749-56), façades intérieures et aile de communs (1er plan
1